Paris 2024 : obligation de réserver plusieurs nuits, "tarifs hallucinants", les pratiques de certains hôtels dénoncés par l'UFC-Que Choisir

À quelques mois des JO de Paris 2024, l'UFC-Que Choisir a comparé les prix de plusieurs hôtels parisiens le jour de la cérémonie d'ouverture et deux semaines avant. D'après France Inter qui a consulté ce document mardi, les tarifs font plus que tripler.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Les anneaux olympiques sur le parvis du Trocadéro, à Paris, le 14 septembre 2017. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Dans une étude publiée sur son site mercredi 27 décembre, l'UFC-Que Choisir dénonce les pratiques de vente de certains hôtels lors des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024, a appris France Inter qui a pu consulter le document mardi 26 décembre. Selon l'association de défense des consommateurs, les prix moyens ont bondi de 226 % et certains établissements forcent le client à réserver plusieurs nuits.

Pour son étude, l'UFC-Que Choisir a ciblé aléatoirement 80 hôtels, du 2 au 5 étoiles, dans un rayon d'un kilomètre autour de la Seine où aura lieu la cérémonie d'ouverture (Notre-Dame, Tuileries, Orsay jusqu’au Trocadéro) prévu vendredi 26 juillet 2024. Pour comparer les prix, l'association a pris le tarif le plus bas d'une chambre double classique le 26 juillet. Les prix des chambres relevées ont été comparés à ceux en vigueur deux semaines avant, en début du mois.

Le résultat est sans appel : ils font plus que tripler. "Le coût moyen de la nuit était de 317 euros", raconte Arnaud De Blauwe, rédacteur en chef à l'UFC-Que Choisir. "Quand on revient 15 jours plus tard pour la cérémonie d'ouverture, la nuit est passée à 1 033 euros en moyenne"

Un appel à sensibiliser les hôteliers parisiens

Autre pratique mise en place par 30 % des hôtels étudiés : impossible de réserver une seule nuitée. "Ils obligent à prendre de deux à quatre nuits, voilà ce qu'on a constaté", relève Arnaud De Blauwe. "On a eu un hôtel qui propose quatre nuits obligatoires, sinon rien, et chaque nuit coute 8 380 euros". Le niveau global des tarifs pratiqués est, selon l'association, "probablement au moins deux fois plus cher que lors de la finale de la Ligue des champions", en mai 2022.

Face à ces "tarifs hallucinants", l'UFC-Que Choisir appelle les professionnels hôteliers "à revenir à une certaine raison" et demande "aux autorités de sensibiliser" les hôtels parisiens. L'association promet en tout cas qu'elle va continuer à faire des relevés de prix dans les hôtels jusqu'à cet été. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.