Paris 2024 : une soixantaine d'associations alertent sur le risque de "nettoyage social" des rues de Paris d'ici les JO

Elles lancent une campagne de sensibilisation et ont écrit une lettre ouverte pour interpeller le "comité d'organisation, son président Tony Estanguet, les athlètes et les Fédérations, sponsors et partenaires des Jeux".
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Plus de 60 associations alertent sur le risque de "nettoyage social" des rues de Paris pour les JO de 2024 (LAURE BOYER / HANS LUCAS)

Elles craignent un "nettoyage social" des rues de Paris lors des Jeux olympiques et paralympiques de 2024. Plus de 60 associations lancent une campagne de sensibilisation lundi 30 octobre. À l'initiative de Médecins du Monde, une lettre ouverte interpelle le "comité d'organisation, son président Tony Estanguet, les athlètes et les Fédérations, sponsors et partenaires des Jeux".

"Il faut garantir une continuité de la prise en charge des personnes en situation de précarité et d'exclusion, avant, pendant et après les Jeux"

Les associations dans une lettre ouverte

Pour ce collectif, les grands événements sportifs engendrent un "risque avéré de nettoyage social des rues", avec des "délogements de sans-abri, des réductions des places d'hébergement d'urgence, des fermetures des points d'accueil, de distribution de l'aide alimentaire, etc."

Des moyens à la hauteur et une politique ambitieuse requis

Les signataires demandent donc aux autorités publiques de "mettre en place une politique ambitieuse dotée de moyens à la hauteur des valeurs olympiques". Ils veulent "pouvoir participer aux comités d'organisation et d'aménagements de la ville en préparation des JO 2024".

Enfin, les associations lancent une campagne de sensibilisation baptisée "le revers de la médaille" pour insister sur le risque de "renforcement de l'exclusion de dizaines de milliers de personnes, alors que Paris 2024 se vante d'être les Jeux les plus inclusifs et exemplaires de l'Histoire".

Il y a quelques jours, le gouvernement a créé la polémique en proposant 100 euros de dédommagement aux étudiants qui seront exclus de leurs logements CROUS pendant la compétition.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.