JO 2021 : la moisson continue en voile, le sans-faute des sports collectifs, Mayer en clair-obscur... Le bilan de la journée des Français

La journée de mercredi a été marquée par une nouvelle médaille pour le clan français, la 25e, en voile, avec Aloïse Retornaz et Camille Lecointre ainsi que par les succès des handballeuses et basketteuses tricolores.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Les basketteuses de l'équipe de France, victorieuses de l'Espagne en quarts de finale du tournoi olympique, le 4 août 2021. (ARIS MESSINIS / AFP)

Pour la 12e journée de ces Jeux olympiques de Tokyo, mercredi 4 août, la France a continué de faire grimper son compteur de médailles, qui pointe désormais à 25 unités. Dans la matinée, Aloïse Retornaz et Camille Lecointre sont allées accrocher le bronze en dériveur double 470. Autres performances remarquables pour la délégation tricolore : le carton plein des sports collectifs avec la qualification pour les demi-finales des handballeuses d'Olivier Krumbholz et des basketteuses de Valérie Garnier.

Mal parti en début de journée, blessé au dos, Kevin Mayer a refait surface en décathlon dans la nuit tokyoïte, à la faveur d'une très belle épreuve de saut en hauteur. Il garde, pour l'instant, des chances de médaille.

Voile : le duo Retornaz-Lecointre sur la troisième marche du podium

La médaille d'argent leur tendait les bras. Finalement, elles se contenteront, avec un plaisir certain, du bronze. Sixièmes de la Medal race en dériveur 470, Aloïse Retornaz et Camille Lecointre ont pris la troisième place du classement général, à l'issue d'une semaine de lutte acharnée sur le plan d'eau d'Enoshima.

Leur contestation après la course, estimant que les Britanniques, déjà assurées de la médaille d'or, ont volontairement joué le jeu des Polonaises en leur offrant sur un plateau l'argent (et la quatrième place de la Medal race, deux rangs devant l'embarcation tricolore), ne sera finalement pas retenue. Pas de quoi entâcher la prestation des deux Françaises au Japon. Camille Lecointre, déjà en bronze il y a cinq ans à Rio avec Hélène Defrance, repart avec le même métal. Aloïse Retornaz, qui n'est pas professionnelle, se découvre, elle, un destin olympique à 27 ans. Avant de viser plus haut en 2024 à Paris ?

Basket / handball : les Bleues dans le sillon des Bleus

Il est encore trop tôt pour mesurer pleinement les performances des équipes de France engagées dans des sports collectifs sur ces Jeux olympiques. Mais, mercredi, les qualifications pour les demi-finales des basketteuses et des handballeuses ont, une nouvelle fois, attisé la flamme. Celle de voir un carton plein inédit, après l'argent déjà glané par le rugby à sept féminin.

Après les hommes du basket, du volley et du hand, les femmes ont, elles aussi, rempli leur mission pour accéder au dernier carré. Les joueuses de Valérie Garnier ont bataillé jusqu'au bout face aux Espagnoles mais n'ont pas tremblé (67-64). Dans la lignée d'une Marine Johannès très précieuse dans ce quart de finale, ses coéquipières l'ont été tout autant dans le "money time" face à un adversaire qui ne sourit pas souvent aux Bleues.

Un peu plus tôt, à Saitama, ce sont les joueuses d'Olivier Krumbholz qui avaient validé leur billet pour les demi-finales. Auteures d'un match plein et bien aidées par une Amandine Leynaud en fusion dans les buts (51% d'arrêts sur l'ensemble du match), les handballeuses tricolores ont écrasé les Pays-Bas (32-22). Cinq ans après leur finale perdue à Rio, les voilà de nouveau au rendez-vous avec les meilleures.

Décathlon : Kevin Mayer, une première journée à courants contraires

On l'a d'abord vu au bord des larmes quand, après trois épreuves, il semblait tirer une croix sur ses ambitions de médaille à Tokyo. Souffrant d'un dos bloqué, Kevin Mayer laissait échapper toute sa frustration, celle d'un corps qui le lâche au pire des moments, lors des Jeux olympiques.

Un peu plus tard, son visage était transformé. Les anti-inflammatoires semblaient avoir fait effet quand, sur l'épreuve de saut en hauteur, le recordman du monde du décathlon s'envolait pour passer la barre fixée à 2,08 m. Une barre que n'avait, jusqu'alors, plus franchie le Français depuis la saison 2017. De quoi reprendre espoir avant la dernière journée.

S'il sera compliqué de contester le Canadien Damian Warner pour la gagne, Kevin Mayer, 5e après cinq épreuves, reste à bonne distance du podium (189 points derrière un autre Canadien, Pierce Lepage). D'autant que le 110 mètres haies (2 heures, heure française), le lancer du disque (2h50) ou encore le saut à la perche (5h45) – qui sera le gros tournant du concours – devraient, sur le papier, lui être plus propices jeudi.

Gêné par une douleur au dos en début de journée, Kevin Mayer se satisfait d'avoir "trouvé la solution" pour signer un grand concours de saut en hauteur.

Lancer du marteau : Quentin Bigot juste derrière les cracks

Pour ses premiers Jeux, le Messin pourra se targuer d'avoir été, comme il le confiait après son concours du marteau, "à son niveau". C'est-à-dire pas loin des meilleurs mondiaux, qui ont tous dépassé les 80 mètres.

Avec un meilleur jet à 79,39 mètres, soit le deuxième meilleur de toute sa carrière, Quentin Bigot peut quitter Tokyo sans regrets. Et reviendra plus fort dans trois ans à Paris, il l'a promis.

Quentin Bigot manque la médaille, 5e de la finale du marteau avec un lancer à 79.39 m.

110 mètres haies : Manga et Martinot-Lagarde à l'heure pour la finale

Deux Tricolores seront dans les starting blocks en finale du 110 mètres haies, jeudi à 4h55 heure française. Aurel Manga (13''24) et Pascal Martinot-Lagarde (13''25) ont signé respectivement les 5e et 6e temps des demi-finales, derrière le meilleur chrono établi par l'Américain Grant Holloway (13''13).

Cinquième à Rio en 2016, "PML" entre une nouvelle fois en finale des JO après avoir, pourtant, très peu couru cette saison. Pour Manga, la surprise est encore un peu plus grande : le hurdler a égalé son record personnel, établi la veille lors des séries. Un bon signe avant d'aller chercher encore un peu plus loin jeudi ?

Après Pascal Martinot-Lagarde, Aurel Manga est le deuxième tricolore à se hisser en finale du 110 m haies. Le Français égale son record personnel en 13'24'' et termine second de sa série.

Escalade : Anouck Jaubert rejoint Mickaël Mawem en finale du combiné

Comme chez les hommes avec Mickaël Mawem – et après le retrait de son frère Bassa, blessé au biceps – il y aura bien une représentante tricolore parmi les huit finalistes du combiné olympique, vendredi 6 août (à partir de 10 heures en France).

Après les épreuves de vitesse (2e), de bloc (13e) et de difficulté (15e), la Française, double tenante du titre en coupe du monde de vitesse, a validé le dernier billet au bout du suspense. Ça ne passe pas en revanche pour Julia Chanourdie, 13e des qualifications.

Début de l'épreuve d'escalade femmes, Anouck Jaubert, notre Française, réalise le deuxième meilleur temps en vitesse (7.12).
Julia Chanourdie est 8 ème avec 8.17 pour son meilleur temps !

Cyclisme sur piste : aux repêchages, Sébastien Vigier passe en 8es

Sébastien Vigier s'est qualifié, mercredi, pour les huitièmes de finale du tournoi de vitesse individuel de cyclisme sur piste des JO de Tokyo, programmés jeudi (8h54 heure française).

Médaillé de bronze la veille avec l'équipe de France de vitesse, Vigier a d'abord perdu son match des 16es de finale contre le Néo-Zélandais Sam Webster, mais il s'est rattrapé en s'imposant en repêchages contre le Surinamais Jai Tjon En Fa. Il sera opposé en 8es de finale au Britannique Jack Carlin.

Le Français Sébastien Vigier s'est imposé en repêchages pour gagner son billet vers les huitièmes de finale en vitesse individuelle.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers La France aux JO de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.