JO 2021 : Agbégnénou sur le toit de l'Olympe, du bronze prometteur pour Althéa Laurin, grosse déception en VTT... Le bilan de la journée des Français à Tokyo

Grâce à la patronne Clarisse Agbégnénou en judo et à la prometteuse Althéa Laurin en taekwondo, le clan tricolore a ajouté deux médailles à son compteur, mardi. La France pointe au 9e rang du tableau des médailles.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
La judoka française Clarisse Agbégnénou célèbre sa victoire en finale des moins de 63 kilos aux Jeux olympiques de Tokyo, le mardi 27 juillet. (FRANCK FIFE / AFP)

Nouvelle journée mitigée à Tokyo pour la délégation tricolore. À l'issue de la quatrième journée d'épreuves, mardi 27 juillet, la France a pu compter sur sa porte-drapeau Clarisse Agbégnénou, sacrée en -63 kg, et sur sa jeune pépite Althéa Laurin en taekwondo, médaillée de bronze, pour gonfler son compteur. En revanche, grosse déception du côté du VTT ou du basket féminin 5x5.

Judo : Clarisse Agbégnénou, reine parmi les reines

Elle a rempli la dernière ligne. Celle qui échappait encore à son palmarès. La reine des moins de 63 kg et quintuple championne du monde, Clarisse Agbégnénou, a réussi sa mission en décrochant l'or olympique à Tokyo.

Cinq ans après sa médaille d'argent face à la Slovène Tina Trstenjak, la judokate française s'est offerte la plus belle des revanches pour entrer, encore un peu plus, dans le panthéon de son sport. "Enfin ! (...) J'ai enfin cette médaille ! Je n'y crois pas... J'étais en mission, aller chercher cette médaille d'or n'a pas été simple. Je n'ai pas les mots !", s'est-elle réjouie à la sortie du tatami.

Clarisse Agbégnénou remporte le titre olympique au golden score (-63kg) et ajoute une magnifique ligne à son palmarès déjà auréolé de cinq titres mondiaux. La Tricolore de 28 ans prend une éclatante revanche sur la Slovène Tina Trstenjak qui l'avait dominée en finale des JO de Rio en 2016.

Taekwondo : Althéa Laurin, la jeunesse décomplexée

19 ans et déjà médaillée olympique. Même si elle rêvait d'or, Althéa Laurin a décroché une belle médaille de bronze dans la catégorie des +67 kg. "J'étais venue chercher la médaille d'or mais je vais me satisfaire de ça et me réjouir, a-t-elle réagi après sa victoire contre l'Ivoirienne Aminata Charlène Traoré. C'est rare de décrocher une médaille à mon âge."  Elle succède à Haby Niaré (médaillée d'argent en 2016), Anne-Caroline Graffe (médaille d'argent en 2012) et Gwladys Epangue (médaillée de bronze en 2008) dans le panthéon français de la discipline. "C'est un honneur de suivre ses traces, a déclaré Althéa Laurin à propos de Gwladys Epangue. C'est une personne très inspirante, elle a trouvé les mots pour me remotiver après la déception de la demi-finale." 

Basket : les Bleues du 3x3 en demi-finales, le 5x5 démarre mal

Deux matchs face au Japon, deux résultats très différents pour les basketteuses françaises. En 3x3, les Bleues ont écarté l'hôte de la compétition en quarts de finale (16-14) pour s'offrir une demi-finale de rêve contre les Etats-Unis (mercredi 28 juillet à 10h). Du côté du 5x5, Sandrine Gruda et ses coéquipières ont démarré leur tournoi par une défaite (70-74) face aux Japonaises. Pour viser les quarts, les Bleues devront s'imposer face au Nigéria (vendredi 30 juillet, 10h20) puis réussir l'exploit contre les Etats-Unis (lundi 2 août, 6h40).

La France a eu peur durant cette rencontre contre le Japon (16-14) mais elle est restée debout jusqu'à la fin. Le résultat envoie les Bleues en demi-finale face aux Etats-Unis pour la première fois dans l'histoire des Jeux Olympiques.
Retrouvez le résumé du match ici.

VTT : Lecomte et Ferrand-Prévot ratent le coche 

Les espoirs de médailles étaient grands avant l'épreuve de VTT cross-country chez les femmes. Avec Loana Lecomte et Pauline Ferrand-Prévot, le titre ou un podium semblaient à la portée de la délégation française. Mais le duo a finalement subi la loi des Suissesses, arrivées aux trois premières positions. A la lutte pour la première place, "PFP" a chuté après onze minutes de course, laissant Jolanda Neff filer vers la victoire. Dans le dur mentalement et physiquement, elle a finalement terminé à la 10e place.

Pauline Ferrand-Prévot chute et perd du temps. La française repart avec du retard sur la tête de la course.

Pour ses premiers Jeux olympiques, Loana Lecomte s'est hissé à la 6e place. Un classement qui satisfait la sportive de 21 ans. "Un top 10 pour mes premiers Jeux, c'est super, a-t-elle expliqué. J'ai fait avec la forme du jour. Je suis heureuse d'être là et d'avoir fini. C'est un rêve de participer aux Jeux, c'est exceptionnel de pouvoir courir malgré la pandémie. Je suis contente de ma course et ne regrette rien. Je vais prendre de l'expérience, j'espère que je vais progresser." Rendez-vous est pris à Paris.

Handball : les Bleues s'inclinent contre l'Espagne

Coup d'arrêt pour les handballeuses tricolores. Victorieuses contre la Hongrie dimanche, elles ont enchaîné par un revers contre l'Espagne (25-28). Malgré un bon début de match, les Bleues ont perdu leur adresse au fil du match, offrant l'opportunité aux Espagnoles de prendre l'avantage. L'écart fait, elles n'ont pas réussi à revenir à hauteur. Prochain adversaire : la Suède, jeudi 29 juillet à 14h30. Il faudra ensuite affronter les athlètes du comité olympique de Russie (samedi) puis le Brésil (lundi). 

Tchakounté au pied du podium en haltérophilie, Léonie Périault 5e du triathlon, les gymnastes 6es

Un kilo, c'est tout ce qui aura manqué à Dora Tchakounté pour décrocher un podium olympique. L'haltérophile tricolore a terminé 4e dans la catégorie des -59 kg, avec 213 kg soulevés (96 à l'arraché, 117 à l'épaulé-jeté). La Japonaise Mikiko Andoh a fait mieux d'un petit kilo (94 à l'arraché, 120 à l'épaulé-jeté). Juste assez pour décrocher le bronze.

Dora Meiriama Tchakounté échoue au pied du podium pour un petit kilo (213kg total) malgré une superbe prestation à l'arraché (96kg) et à l'épaulé-jeté (117kg). La Taïwanaise Hsing-Chun Kuo a survolé la compétition avec un total incroyable de 236 kg !

Sur le triathlon, Léonie Périault a terminé à la 5e place après presque deux heures d'effort (1h57"49'). Un superbe final en course à pied lui a permis de passer de la 13e à la 5e place mais cela n'a pas été suffisant pour atteindre le podium, pour seulement 46 secondes. 

Melanie de Jesus dos Santos, Aline Friess, Carolann Héduit et Marine Boyer rêvaient d'une médaille en gymnastique mais la concurrence était rude. Les Bleues ont bien débuté aux barres asymétriques mais la rotation suivante, à la poutre, les a éloignées du podium. Un retard que n'a pas pu combler le passage au sol. Elles ont terminé sur une très bonne note, avec le deuxième meilleur score au saut de cheval, derrière les intouchables athlètes du comité olympique de Russie (ROC). Sixièmes, le meilleur résultat de l'histoire des Bleues, il leur aura manqué moins d'un point s'offrir le bronze (163,264 contre 164,096 pour la Grande-Bretagne). 

Mélanie de Jesus dos Santos réalise un bon passage sur la poutre d’équilibre avec une note de 13.233 qui porte le total de l'équipe à 39.899.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers La France aux JO de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.