JO 2021 - Judo : Clarisse Agbégnénou sur le toit de l'Olympe

La Française, porte-drapeau à la cérémonie d'ouverture, a conquis son premier titre olympique en dominant la Slovène Tina Trstenjak, qui l'avait battue lors de la finale à Rio en 2016. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La Française Clarisse Agbégnégnou, championne olympique le 27 juillet 2021 à Tokyo. (FRANCK FIFE / AFP)

La boucle est bouclée pour Clarisse Agbégnénou ! Finaliste malheureuse à Rio en 2016, la judokate française a pris sa revanche sur la Slovène Tina Trstenjak pour s'offrir le titre olympique des Jeux de Tokyo, mardi 27 juillet. Jamais bousculée dans la compétition des moins de 63 kilos, la quintuple championne du monde et d'Europe ajoute à son palmarès le seul titre qui lui manquait. Et elle apporte à la France sa sixième médaille, la quatrième en judo.

Clarisse Agbégnénou remporte le titre olympique au golden score (-63kg) et ajoute une magnifique ligne à son palmarès déjà auréolé de cinq titres mondiaux. La Tricolore de 28 ans prend une éclatante revanche sur la Slovène Tina Trstenjak qui l'avait dominée en finale des JO de Rio en 2016.

Avant de débuter son combat, Clarisse Agbégnénou affichait un regard fermé, terrifiant pour le commun des mortels. Celui d'une femme déterminée à cocher la dernière case de sa liste d'objectifs. Et à prendre une revanche attendue depuis cinq ans. En 2016, elle avait regretté son impatience, son erreur de jeunesse d'être tombée dans un piège tendu par la Slovène. À Tokyo, elle a dominé le combat dès le début, comme sur ses trois rencontres précédentes. Réduite au silence, Trstenjak a fini par céder au golden score, sur un waza-ari décisif. 

Une domination mondiale récompensée

En montant sur le tatami, Agbégnénou avait un statut à assumer. La championne du monde en titre restait sur trois succès d'affilée face à son ancienne bête noire, après quatre revers consécutifs entre 2015 et 2017, dont deux en finale (championnats du monde 2015 et Jeux olympiques 2016). Mais depuis que la Française a brisé le cycle infernal, lors de la finale des Mondiaux 2017, elle écrase sa catégorie. Retrouver Tina Trstenjak à Tokyo pouvait réveiller les vieux démons. Clarisse Agbégnénou les a définitivement exorcisés.

La réaction de Clarisse Agbégnénou (-63 kg), championne olympique et première médaillée d'or féminine pour la France

Souvent présentée comme "la Teddy Riner au féminin", Clarisse Agbégnénou rejoint donc son compatriote sur le toit de l'Olympe, devenant la 7e judokate tricolore à remporter l'or aux JO après Cécile Nowak et Catherine Fleury (1992), Marie-Claire Restoux (1996), Séverine Vandenhende (2000), Lucie Décosse (2012), et Émilie Andéol (2016).

Elle le rejoint également parmi les porte-drapeau français qui ont gagné l'or olympique. Les trois derniers à l'avoir fait ne sont pas n'importe qui : David Douillet en 2000, Teddy Riner en 2016, et désormais Clarisse Agbégnénou en 2021.

Un sacre pour le plus grand bonheur de sa maman, qui a vécu avec passion le combat de sa fille.

La maman de clarisse Agbégnénou salue la victoire de sa championne olympique de fille avec un joli message plein de fierté, de joie et d'émotion.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Judo aux Jeux olympiques de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.