JO 2021 - Judo : Teddy Riner a rendez-vous avec l'histoire

Le double champion olympique en titre va tenter d'aller chercher un troisième médaille d'or consécutive aux Jeux, vendredi sur le tatami de Tokyo à partir de 4 heures du matin (heure française).

Article rédigé par
Elias Lemercier - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Le judoka français Teddy Riner, le 3 octobre 2020, lors d'un tournoi à Brest (Finistère). (PHILIPPE MILLEREAU / KMSP / AFP)

Il est enfin là. Teddy Riner, double champion olympique chez les plus de 100 kilos, va faire son entrée au Nippon Budokan de Tokyo dans la nuit du jeudi 29 au vendredi 30 juillet. Premier judoka à monter sur le tatami, dès 4 heures du matin, il sera opposé à l'Autrichien Stephan Hegyi, 19e mondial, en 32es de finale. 

Rencontre à suivre à partir de 4 heures sur France 3 et france.tv

Un troisième titre olympique en ligne de mire

Dix fois champion du monde, cinq fois champion d'Europe, Teddy Riner est désormais un expert en comptabilité au vu du nombre de titres engrangés dans sa carrière. Mais, même s'il a tout gagné, il est, à 32 ans, toujours aussi ambitieux et a désormais un exploit olympique à aller chercher.

Médaillé d'or à Londres en 2012 puis à Rio en 2016, il s'est lancé l'objectif de devenir le second judoka de l'histoire, après le Japonais Tadahiro Nomura (1996, 2000, 2004), à s'adjuger le triplé olympique.

Entraîneur de Teddy Riner depuis le 30 août 2017, Laurent Calleja n'y est pas allé par quatre chemins concernant les objectifs du Guadeloupéen à Tokyo : "Si ce n'est pas l'or, c'est rien, on ne vient chercher que l'or. Le reste serait impensable. Ce serait un échec pour lui, pour nous, pour tout le monde. C'est difficile de dire ça mais c'est à la hauteur de son investissement, de sa carrière, de son nom". 

Une préparation perturbée par une blessure au genou

Telle une tombe, le colosse français a gardé un secret pendant les mois qui ont précédé les Jeux olympiques. La veille de l'ouverture officielle des JO de Tokyo, Teddy Riner a dévoilé par le biais du documentaire Teddy Riner, la quête s'être blessé gravement au genou fin février.

Lors d'une séance d'entraînement intense au Maroc, le double champion olympique s'est déchiré aux deux tiers le ligament croisé du genou gauche, l'obligeant à rester éloigné des tatamis pendant deux mois. Et même s'il y a de quoi être inquiet, son entraîneur s'est montré rassurant : "Ça s'est cicatrisé complètement. Il n'y a plus de séquelles, plus rien. Plusieurs mois qu'on n'en parle même plus. Il est prêt à refaire du judo à 100% sinon il ne serait pas là."

Teddy Riner a tout de même avoué que "le genou, en général, c'est synonyme de gros bobos". À 32 ans et avec une centaine de combats derrière lui, il est difficile d'évaluer le niveau auquel va combattre la légende du judo français.

Selon son entraîneur, "physiquement il est à son niveau, maintenant psychologiquement, il va falloir qu'il soit présent. Tout va se passer dans sa tête et pas ailleurs, car ailleurs il est prêt". Une chose est sûre, dans la tête de ses adversaires, il n'a jamais été aussi "prenable" que maintenant.

Teddy Riner lance sa quête d’une troisième médaille d’or olympique, vendredi 30 juillet, à 4 heures.

Une partie de tableau extrêmement relevée

C'est un parcours du combattant que les dieux du judo ont réservé à Teddy Riner.  Non protégé par un statut de tête de série, le Guadeloupéen s'est vu octroyer sur sa route bon nombre de médaillés européens ou mondiaux. S'il passe son premier tour, il pourrait retrouver l'Israélien Or Sasson, médaillé de bronze à Rio, mais qui n'a pas signé un seul podium depuis.

"Ce n'est pas un tableau facile car ses deux premiers adversaires sont deux profils qui ne lui conviennent pas beaucoup. ll commence par l'Autrichien qui est un personnage, costaud, que Teddy a déjà pris. Il sait comment fonctionner avec lui. Et le deuxième match, un Israélien qui est très fort aussi et qui pose problème à Teddy. Un match qu'il a déjà pris aux JO", analyse Calleja.

Au troisième tour, c'est le Russe Tamerlan Bashaev, numéro un mondial, champion d'Europe en titre et médaillé d'argent aux derniers championnats du monde, qui devrait tenter de renverser le colosse français.

En demi-finale, le Brésilien Rafael Silva, double médaillé olympique et l'un des adversaires que Riner a le plus croisés, ou le Géorgien Guram Tushishvili, champion du monde 2018, pourraient se retrouver face au judoka du Paris Saint-Germain. En finale, il y aura forcément du très lourd. Peut-être avec le Tchèque Lukas Krpalek, médaillé d'or en moins de 100 kilos en 2016, qui veut lui aussi écrire l'histoire en devenant champion olympique dans deux catégories différentes. 

Probablement le parcours le plus compliqué qu'il ait eu à affronter, ce qui rendrait cette nouvelle médaille d'or encore plus belle. "Peut être la journée la plus dure de sa vie, pour toutes les raisons qu'on a citées et le tableau qu'il y a en face, mais c'est le prix à payer pour être champion olympique", ajoute son entraîneur. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Judo aux Jeux olympiques de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.