JO de Tokyo : "Un goût de victoire déjà parce qu'ils se tiennent", estime Roxana Maracineanu

Roxana Maracineanu, ministre déléguée chargée des Sports, s'est exprimée sur franceinfo et sur France 2, quelques heures avant la cérémonie d'ouverture vendredi. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Roxana Maracineanu, ministre déléguée chargée des Sports, vendredi 23 juillet 2021 sur franceinfo (Radio France)

Les Jeux olympiques de Tokyo "ont un goût de victoire déjà parce qu'ils se tiennent", a affirmé vendredi 23 juillet sur franceinfo Roxana Maracineanu, ministre déléguée chargée des Sports, qui s'est également  Des jeux qui s'ouvrent officiellement ce vendredi à 13 heures. Le stade olympique risque de sonner un peu creux lors de la cérémonie d'ouverture avec seulement 900 invités dans les tribunes.

"Ils ont un goût de victoire déjà parce qu'ils se tiennent malgré un report d'un an. Pour les athlètes, c'est très important parce que tout simplement, ils peuvent faire leur métier. C'est leur métier d'être sportifs de haut niveau", a-t-elle déclaré.

La ministre a salué l'abnégation du Japon malgré le contexte sanitaire : "Honnêtement, chapeau au gouvernement, chapeau au Comité d'organisation et au CIO d'avoir maintenu cette compétition", a-t-elle dit. "On est vraiment reconnaissant au peuple japonais et au Japon d'avoir maintenu ces Jeux", a-t-elle ajouté.

maracineanu
France 2

Une importante répétition avant les JO à Paris

Pourtant, le peuple japonais reste en grande majorité hostile au maintien de ces Jeux olympiques en pleine crise sanitaire. Des manifestations sont d'ailleurs prévues dans la journée de vendredi pour dénoncer leur tenue.

Médaillée d'argent aux Jeux olympiques de Sydney en 2000, l'ancienne nageuse devenue aujourd'hui ministre n'aurait pas hésité à se rendre à Tokyo en tant qu'athlète : "Sans aucun doute, j'y serais allé", affirme-t-elle. "C'est une compétition rare. C'est une compétition qui, pour certains sports, est la seule compétition majeure de leur carrière et donc c'est très important. D'autant plus que dans trois ans, on a les Jeux en France et qu'ils veulent exister, performer, briller à Paris. Pour eux, c'est important de faire cette répétition", explique-t-elle.

40 médailles minimum

Roxana Maracineanu compte aussi sur l'enthousiasme des téléspectateurs qui vont suivre ces Jeux à la télévision : "C'est une fête parce qu’on va suivre aussi l'épopée de ces athlètes", dit-elle. "C'est un souffle positif. C'est de l'enthousiasme. On a vu beaucoup de téléspectateurs suivre le Tour de France, suivre l'Euro de football", souligne-t-elle.

Reste l'objectif sportif. 40 médailles au minimum pour les 378 athlètes français, selon le calcul de Claude Onesta, le manager de la haute performance à l’Agence nationale du sport. La ministre s'aligne sur cet objectif, mais ajoute celui des paralympiques. Il faudrait "augmenter un peu le nombre de 28 médailles de Rio et qu'on passe la trentaine", a-t-elle indiqué. Soit 70 médailles au total pour la délégation française.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Jeux olympiques de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.