Cet article date de plus d'un an.

Evénements menacés par les JO 2024 : un syndicat du spectacle dénonce le "manque de considération" et "l'amateurisme" du gouvernement

En raison de la mobilisation des forces de l'ordre pour les Jeux olympiques à Paris, le ministre de l'Intérieur a annoncé que des évènements sportifs et culturels pourraient être annulés ou reportés en 2024.

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Au festival Rock en Seine le 25 août 2022. (FRED DUGIT / MAXPPP)

"Le problème, c'est le manque d'anticipation, de considération et l'amateurisme avec lequel les choses sont effectuées aujourd'hui", a dénoncé jeudi 27 octobre sur franceinfo Olivier Darbois, président du syndicat du spectacle Prodiss. Jeudi matin sur France Inter, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a évoqué le "report ou l'annulation des grands évènements", comme les gros festivals qui se dérouleront l'été des JO de Paris 2024 et a appelé "chacun à faire des efforts".

>> Paris 2024 : l'inquiétude des festivals face aux éventuels "reports ou annulations" évoqués par Gérald Darmanin

"Nous sortons d'une crise historique, avec deux ans d'interdiction ou de fermeture, a rappelé Olivier Darbois. Nous pensions que l'État avait enfin compris que nos métiers sont des métiers de projection qui se pensent en amont, entre six mois et 24 mois." Selon lui, le secteur du spectacle "va être interdit d'activité pendant cinq mois", c'est-à-dire "du début mai jusqu'à fin septembre 2024". Olivier Darbois parle alors d'une perte "de 50% à 60% de [leur] chiffre d'affaires annuel".

La ministre de la Culture Rima Abdul-Malak va organiser la semaine prochaine une concertation avec de nombreux acteurs culturels, a appris jeudi franceinfo auprès de l'entourage de la ministre. Olivier Darbois attend de cette concertation des garanties de "compensation" en cas d'annulation de concerts ou de festivals lors de l'été 2024 car "nous ne pouvons pas laisser notre activité dans une telle équation".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.