SÉRIE. Premiers JO à Tokyo 2021 : Marjorie Delassus, le canoë comme affaire de famille

Pendant les JO, franceinfo: sport dresse le portrait de cinq athlètes français qui disputent leur premier rendez-vous olympique à Tokyo. À tout juste 23 ans, la céiste Marjorie Delassus, aînée d'une fratrie passionnée par la discipline, a également Paris 2024 dans son viseur.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Marjorie Delassus lors des championnats de France de canoë C1, le 22 avril 2021 à Vaires-sur-Marne. (PHILIPPE MILLEREAU / KMSP / AFP)

Le regard fixe et l'air déterminé, elle s'élance tel un boulet de canon sur les eaux rapides du bassin de Vaires-sur-Marne, le même qui accueillera les épreuves de canoë-kayak à Paris en 2024. Le 25 avril, Marjorie Delassus déroule sa technique et boucle son slalom en affolant le chrono. Après trois courses parfaitement maîtrisées, la céiste est sacrée championne de France de C1. 

Après ses titres prometteurs de championne d'Europe des moins de 23 ans en kayak (2018) et en canoë (2019), la Française a déjà confirmé. C'est bien elle qui s'apprête à représenter pour la première fois le canoë féminin tricolore aux Jeux olympiques de Tokyo.

Les JO, un "rêve lointain" devenu réalité

À peine sortie de son embarcation, son sourire radieux illumine le site. La jeune femme (23 ans), qui a commencé à pratiquer sa discipline dès l'âge de huit ans, sait qu'elle est dans les bons temps de passage avant de s'envoler pour la capitale japonaise. "Pourtant, quand j'ai commencé, je ne pensais pas du tout à faire de la compétition, se rappelle-t-elle avec émotion. Le canoë-kayak est un sport où tu es en harmonie avec ton environnement, il y a un côté 'plaisir sur l'eau', une sensation de glisse et de vitesse... C'est pour cela qu'au départ, les JO, c'était surtout un rêve lointain. Puis après mon intégration au pôle espoirs en 2014, celui-ci a commencé à se concrétiser de plus en plus jusqu'à devenir un véritable objectif."

Le ticket pour Tokyo a été composté dès octobre 2020, avec la manière, après une intense semaine de sélection. Les places sont pourtant chères dans sa discipline avec seulement deux quotas pour l'aventure olympique (un pour les hommes et un pour les femmes en C1 et idem en K1). Au sein de l'équipe de France, Marjorie est la cadette, bien entourée par les expérimentés Martin Thomas (C1), Marie-Zélia Lafont et Boris Neveu (K1). Une position assez inédite pour l'aînée d'une fratrie qui a suivi son exemple et sa passion pour la discipline.

 (ARMELLECOURTOIS)

Paris 2024 dans le viseur pour le clan Delassus

Avec Natacha, 21 ans, qui évolue en Nationale 1 en kayak, Anatole, 20 ans, champion d'Europe U18 et champion du monde en kayak, et Doriane, 18 ans, championne olympique de la jeunesse en canöe et vice-championne en kayak, le nom Delassus s'est vite répandu. L'histoire d'amour commence dans les Alpes, à La Plagne, là où la famille a grandi.

Marjorie découvre le kayak avec sa soeur à l'école. "Pour s'amuser", précise-t-elle. Ensuite, les deux derniers de la fratrie s'y essaient et tombent aussi dans la marmite. Dès lors, tous les week-end, en stages pendant les vacances, le frère et les trois soeurs y passent l'essentiel de leur temps. "Aujourd'hui on est tous au haut niveau et le fait de se suivre sur les compétitions, de se challenger, cela nous pousse plus loin." 

En secret, un plan de bataille pour les Jeux de Paris est évoqué, même si Marjorie, Natacha et Doriane seront confrontées au quota des deux tickets éligibles pour les JO chez les femmes. "On en parle pour rigoler, précise l'aînée. Mais ne serait-ce que voir deux représentants de la famille en 2024, ce serait incroyable."

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Marjorie Delassus (@delassusmarjorie)

Avant de se projeter vers 2024, Marjorie Delassus a dû composer pendant un an et demi avec la pandémie de Covid-19 et le report des Jeux tokyoïtes. Confinée avec sa famille, elle est restée motivée malgré les restrictions qui ont touché sa discipline. Une motivation accrue par le report des sélections olympiques, qui auraient dû se tenir en avril 2020 et où la jeune femme ne s'estimait "pas vraiment prête""Cela a été une opportunité pour m'entraîner, progresser et cela m'a permis d'y croire. Pour les jeunes comme nous, ce report laissait un espoir en plus."

Dans le même temps, l'étudiante en troisième année de kinésithérapie a poursuivi ses cours en visio puis en présentiel et a eu l'opportunité d'intégrer l'armée des champions du bataillon de Joinville. Un soutien financier et moral bienvenu qui lui permet de continuer à mener son projet plus sereinement, surtout dans un sport peu médiatisé où les partenaires ne courent pas les rues.

Delassus - Estanguet, vers le même destin olympique ?

À mesure que les coups de pagaie se succèdent, les points communs affluent avec une autre famille qui a marqué l'histoire du canoë-kayak tricolore : les Estanguet. Un parallèle d'autant plus prononcé qu'aujourd'hui, le reste de la famille habite à Pau, sur les terres du triple champion olympique, Tony. "La comparaison revient souvent, cela me fait sourire, détaille la céiste. Mais pas de pression, au contraire, c'est hyper motivant."

"J'espère accéder à la finale (des JO de Tokyo) et ensuite viser une médaille, évidemment. Mais pas question de brûler les étapes"

Marjorie Delassus

À Tokyo, Marjorie Delassus sait qu'elle va probablement vivre une édition unique, à huis clos et sans le soutien des siens. "Il va falloir gérer plein de choses différemment, confesse-t-elle. Mais il ne faut pas que je perde d'énergie à cause de cela. Mon objectif va être de produire de la belle navigation, de n'avoir aucun regret sur ce que je peux produire sur l'eau et je pense que le résultat suivra." Un mot de la fin qui pourrait prêter à sourire pour celle qui a pris l'habitude de glisser plus vite que tout le monde. N'en déplaise aux cadets qui poussent derrière.

À savoir : le canoë se pratique à genoux avec une pagaie simple tandis qu'en kayak, on est assis avec une pagaie double.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Canoë aux Jeux olympiques de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.