Cet article date de plus de deux ans.

JO 2022 : Anaïs Chevalier-Bouchet remporte l'argent en biathlon, Denise Herrmann accroche l’or

C'est la deuxième médaille en argent pour la biathlète française aux JO de Pékin, après le relais mixte samedi.

Article rédigé par Xavier Richard, franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
La biathlète française Anaïs Chevalier-Bouchet lors du 15 km individuel des Jeux de Pékin, le 7 février 2022. (JEWEL SAMAD / AFP)

La moisson tricolore se poursuit en biathlon. Après le relais mixte samedi, Anaïs Chevalier-Bouchet a ajouté, lundi 7 février, une autre médaille d'argent à son palmarès olympique. En lice pour l'or, l'Iséroise a péché lors du dernier tir, laissant le champ libre à l'Allemande Denise Herrmann, plus rapide sur les skis et sacrée championne olympique du 15 km individuel. La Norvégienne Marte Olsbu Roeiseland, leader du classement général de la Coupe du monde, complète le podium. Après la médaille d'argent de Johan Clarey un peu plus tôt lundi en descente, la France récolte sa troisième breloque lors de ces Jeux olympiques d'hiver.

Il n'y a plus que l'or qui lui résiste. Deux courses, deux médailles d'argent, Anaïs Chevalier-Bouchet est sur son petit nuage depuis son arrivée en Chine. Après le relais mixte samedi en ouverture du biathlon, le bonheur était déjà immense mais l'impression mitigée. Beaucoup de fautes et un tour de pénalité qui ont bien failli plomber l'équipe de France. En solitaire, elle a rectifié le tir et de quelle façon. Sur 89 concurrentes, elle ressort avec le meilleur temps carabine en mains. Sans une faute sur le deuxième passage debout, le dernier de cet individuel, la Française s'offrait le titre. "Je n'ai pas grand chose à regretter", a-t-elle confié. "J'ai une balle qui m'échappe, je m'en veux un peu mais j'étais très concentrée. Dès ce matin, j'avais le flow. Il ne pouvait pas m'arriver grand chose. Ça a payé, c'est chouette. J'ai fait le biathlon que j'aime aujourd'hui."

Complètement épuisée à l'arrivée, Anaïs Chevalier-Bouchet a donné le meilleur d'elle-même pour décrocher cette médaille d'argent. Avec deux tirs manqués, la Française est arrivée juste derrière l'Allemande Denise Herrmann (+9.4).
Biathlon 15km individuel (F) : la Française Anaïs Chevalier-Bouchet décroche la médaille d'argent Complètement épuisée à l'arrivée, Anaïs Chevalier-Bouchet a donné le meilleur d'elle-même pour décrocher cette médaille d'argent. Avec deux tirs manqués, la Française est arrivée juste derrière l'Allemande Denise Herrmann (+9.4).

Une maman en argent

"La palette a bougé, pas de chance", a regretté l'entraîneur au tir des biathlètes françaises, Jean-Paul Giachino, après le dernier passage de Chevalier-Bouchet.
Sans ce cordon, elle serait devenue la deuxième biathlète tricolore à se parer d'or sur une course en solitaire, après Florence Baverel sur le sprint des Jeux de Turin en 2006. Qu'importe pour l'Iséroise qui écrit ses plus belles pages après avoir donné naissance à une fille en octobre 2019. "Je suis fière de faire partie des sportives qui arrivent à concilier maternité et vie de sportive de haut niveau", avait-elle expliqué lors de son retour à la compétition en 2020. "On n'est pas nombreuses et je suis admirative de celles qui le font. Être considérée comme une maman, ça me va bien."

Très présent sur le relais, le vent avait choisi de se faire plus discret. L'affrontement  entre toutes les ténors du biathlon allait se dérouler à la loyale. Parmi elles, la leader de la Coupe du monde Marte Olsbu Roeiseland se présentait avec une grosse pancarte dans le dos. La Norvégienne avait choisi de s'élancer en premier, histoire de mettre tout le monde d'accord. Avec deux fautes dont une sur sa dernière cible, elle laissait la porte ouverte aux autres chercheuses d'or. S'engageait alors un mano à mano à distance entre Herrmann, Chevalier-Bouchet, Alimbekava et Davidova. À 19/20 chacune, le titre allait se jouer sur les skis. Et quand il s'agit de faire chauffer les spatules sur une neige lente, on peut faire confiance à l'ancienne fondeuse Denise Herrmann.

Denise Herrmann a bon fond

Médaillée du relais 4x5km en ski de fond lors des JO 2014, l'Allemande s'offrait une consécration olympique à 33 ans et reléguait Chevalier-Bouchet à 9''4 et Roeiseland à 15''3. Julia Simon peut, elle, nourrir des regrets. Très en vue sur le relais mixte, la Française était en tête à mi-parcours. Quatre fautes plus tard, dont trois sur le dernier tir debout, lui ont coûté le podium, voire plus. Elle termine 21e devant la Norvégienne Tiril Eckhoff, passée à côté de sa course. Dans le dur dès son premier tir (deux fautes), Anaïs Bescond termine en 30e position, loin de ses ambitions initiales.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.