Jeux paralympiques : moisson de médailles françaises en cyclisme, déception pour les Bleus en cécifoot... Voici ce qu'il faut retenir de la nuit à Tokyo

L'équipe de France para cycliste a ramené trois médailles dans la nuit de mardi alors qu'Arnaud Assoumani a fini 8e du saut en longueur et que les Bleus du cécifoot se sont encore inclinés.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Arnaud Assoumani au concours de saut en longueur T47 des Jeux paralympiques de Tokyo, mardi 31 août. (T. Nguyen / France Paralympique)

La nuit du lundi 30 au mardi 31 août a été prolifique pour la délégation française aux Jeux paralympiques de Tokyo grâce aux trois breloques glanées en contre-la-montre de cyclisme sur route. L'équipe de France compte désormais 31 médailles, à quatre unités, déjà, de l'objectif fixé avant les Jeux.

De son côté, Arnaud Assoumani n'a pas réussi à remporter une sixième médaille paralympique et l'équipe de France de cécifoot a concédé une troisième défaite en autant de matchs. Franceinfo: sport vous récapitule ce qu'il faut retenir de la nuit.

La moisson des para cyclistes tricolores

L'équipe de France de para cyclisme est une grande pourvoyeuse de médailles pour la délégation tricolore. Mardi, trois nouvelles breloques sont venues porter le total de médailles françaises à 31 (8 pour le seul para cyclisme, piste et route confondues) grâce à l'épreuve du contre-la-montre sur route disputée dans chaque catégorie.

C'est Alexandre Léauté, déjà double médaillé sur la poursuite C2 et le kilomètre contre-la-montre sur piste, qui a ouvert le compteur de la nuit. Dans la catégorie C2, le jeune de 20 ans a pris le bronze, un incident mécanique l'empêchant de rêver jusqu'au bout de la médaille d'argent. Florian Jouanny a également récolté la médaille de bronze en catégorie H2 alors que Loïc Vergnaud a pris l'argent en H5.

À seulement 20 ans, Alexandre Léauté décroche sa troisième médaille paralympique dans ces Jeux. Après l'or en poursuite individuelle et l'argent sur le kilomètre en piste, le Français remporte le bronze au contre-la-montre sur route (C2). Pourtant, le jeune para-athlète a eu un problème technique dans les derniers kilomètres, lui faisant perdre de précieuses minutes.

La déception Arnaud Assoumani

Arnaud Assoumani, 35 ans, ne sera pas médaillé paralympique pour la cinquième édition consécutive. Trustant les podiums du saut en longueur depuis Athènes en 2004 avec notamment un titre à Pékin en 2008, le quintuple médaillé (il avait aussi pris l'argent au triple saut en 2012, à Londres) a terminé 8e à la longueur, en catégorie T47.

Avec quatre sauts mordus sur six, Assoumani ne s'est pas donné toutes les chances possibles pour ravir la médaille. Il a d'abord passé 6,65 m au 3e essai pour s'offrir trois sauts supplémentaires. Il a ensuite amélioré sa marque au saut suivant, réalisant sa meilleure performance de la saison avec 6,89 m. Mais cela n'a pas suffi. Il échoue à 45 cm du podium.

L'équipe de France de cécifoot toujours bredouille

Les Tricolores terminent la phase de groupes de cécifoot sans aucun but inscrit. Défaits en ouverture par le Japon (4-0) puis par la Chine (1-0), les Bleus n'ont pas pu créer l'exploit face aux Brésiliens (4-0), à qui le titre paralympique n'a jamais échappé depuis l'intronisation de la discipline en 2004.

Les Français ont bien tenu en première période, n'encaissant l'ouverture de la marque qu'après seize minutes. En seconde période, le Brésil a alourdi l'addition pour finalement l'emporter 4-0. Avec 9 buts encaissés pour aucun marqué, l'équipe de France jouera une dernière rencontre, le match pour la 7e place, jeudi. Ce sera vraisemblablement face à la Thaïlande.

Fortunes diverses pour les nageurs

Seulement deux nageurs français étaient engagés dans le bassin de Tokyo cette nuit. Le jeune Florent Marais, 21 ans, a lancé ses Jeux paralympiques sur le 100 m papillon en catégorie S10. Il a pris la quatrième place de sa série mais se qualifie tout de même en finale avec le 8e et dernier temps des qualifiés. La finale est programmée à 11h46, ce mardi.

L'autre Tricolore, Claire Supiot, n'a malheureusement pas pu l'imiter. Sur le 100 m nage libre de la catégorie S9, la nageuse de 53 ans a été éliminée en séries, avec le 13e temps des participantes. Il fallait rentrer dans les huit meilleures nageuses pour se qualifier en finale. Elle est encore engagée dans deux épreuves : le 200 m 4 nages, mercredi 1er septembre, et le 100 m papillon, jeudi 2 septembre.

Julien Casoli trop court pour le podium en para athlétisme

Après avoir terminé troisième de sa série, Julien Casoli n'a malheureusement pas atteint le podium lors de la finale du 1500m T54 remporté par Marcel Hug. Le Français s'est finalement hissé à la septième place.

Déjà médaillé de bronze à Pékin sur le 4X400 m et à Londres sur le 5 000 m, Julien Casoli n'est pas parvenu à accrocher une troisième breloque paralympique. En finale du 1 500 m T53/54, le para athlète de 39 ans a terminé 7e en réalisant sa meilleure performance en carrière (5'51''69). Mais c'était cependant trop juste pour espérer mieux dans une course qui a été très, très rapide puisque le vainqueur suisse Marcel Hug a battu le record du monde de plus de deux secondes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cyclisme aux Jeux paralympiques de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.