Raphaël Varane : "Le genou à terre est devenu un symbole de tensions et de crispations"

Au lendemain de la victoire face à l’Allemagne à l’Allianz Arena de Munich, Raphaël Varane est revenu mercredi sur la rencontre en conférence de presse.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Raphaël Varane à l'entraînement avec l'équipe de France, le 14 juin (FRANCK FIFE / AFP)

Journée plutôt calme pour Raphaël Varane, et il l’a bien mérité : après avoir réalisé l’un de ses meilleurs matches en équipe de France pour sa 75e sélection mardi soir face à l’Allemagne (1-0), pour le premier match des Bleus à l’Euro 2021, le défenseur central du Real Madrid ne s’est pas entraîné mercredi 16 juin, au contraire des remplaçants. Varane s’est contenté de rester dans la salle du FC Bayern campus, pour un passage par le kiné et une séance de vélo.

Dans la foulée, le défenseur s’est présenté en visioconférence de presse pour répondre aux questions des journalistes. L’une des premières avait pour objet l’agenouillement des joueurs de l’équipe de France. Avant le match face à l'Allemagne, Hugo Lloris avait affirmé que les Bleus poseraient un genou à terre pour soutenir la lutte contre le racisme et toute forme de discrimination. Hier soir, juste avant le coup d’envoi de la rencontre, aucun joueur allemand ni français ne s’est agenouillé.

"C'est un geste un symbole de tensions"

"C’est une décision qui a été prise par l’ensemble des joueurs. C’est une cause qu’on soutient, (…) mais on a discuté entre nous et ce n’est pas le même symbole que ce que c’était au début", d’abord souligné Varane avant de s'expliquer: "C’est un geste très fort, et maintenant, c’est un symbole de tensions ou de crispations par rapport au fait qu’une équipe mette le genou à terre ou non. On n’a pas eu d’élan collectif avec un message clair et fort donc on a pris cette décision ensemble."

Il est donc peu probable que les Bleus posent un genou à terre pendant le reste de la compétition alors que la pratique que suivent les joueurs britanniques depuis plusieurs mois suscitent une controverse outre-Manche : certains considèrent qu’il faudrait en faire davantage dans la lutte contre le racisme et que poser un genou à terre justifierait une forme de paresse dans ce combat. "Le groupe France représente des origines différentes, des catégories sociales différentes. Et on veut montrer que tous unis, on peut atteindre le même objectif", a conclu Varane.

Une charnière avec Kimpembe en progrès

Le défenseur du Real s’est également penché sur sa prestation majuscule hier mais également sur sa relation avec Presnel Kimpembe en défense centrale : "C’était avant tout une grande prestation collective, c’est ce qu’il faut mettre en avant. (…) Avec Presnel, on a des qualités complémentaires. On parle beaucoup (…) et plus on joue ensemble, plus on développe des automatismes. Il fallait être très concentré et on a beaucoup discuté pour être performants."

Sérieuse et appliquée, la charnière centrale des Bleus l’a été tout au long de la rencontre face à l’Allemagne. Varane a été le meilleur joueur français sur le terrain, avec Paul Pogba, rayonnant au milieu de terrain. "Il apporte beaucoup au groupe par rapport à son caractère et son envie sur le terrain. Il est à un très, très haut niveau et on est très contents d’avoir Paul comme ça", a soutenu Varane, qui a notamment évoqué la morsure d’Antonio Rudiger pour tenter de stopper le numéro 6 des Bleus.

La récupération du groupe, une donnée essentielle

"Paul, c’était un régal, un délice sur le terrain, mais de là à le mordre…", a souri le défenseur des Bleus. Interrogé sur le rôle de leader de "la Pioche" et la possibilité que ce dernier devienne un jour capitaine des Bleus, Varane a soutenu que Pogba "a évolué, en confiance, en maturité. Il sait transmettre sa force de caractère, sa détermination au groupe. Il est respecté. C’est un joueur qui pourrait porter le brassard de l’équipe de France, sans problème."

Pour l’heure, Hugo Lloris est le capitaine. Et le gardien des Bleus va s’assurer que ses coéquipiers vont faire le nécessaire pour bien récupérer après le match face à l’Allemagne. La récupération, l’une des clés de cet Euro selon Varane : "On va voir sur la durée du tournoi mais le fait d’être dans un groupe comme le nôtre, avec une grosse débauche d’énergie, ça veut dire que c’est important de bien récupérer entre les matches." Le défenseur et les titulaires ont en tout cas bien pu le faire ce mercredi, avant le départ de la délégation de l’équipe de France pour Budapest en fin d’après-midi.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Euro 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.