Euro 2024 : "Plus tôt Kylian Mbappé jouera, plus tôt il sera rassuré", estime Bixente Lizarazu

L'ancien champion du monde a déjà joué avec un nez cassé. "Dans le feu de l'action, on l'oublie assez vite", assure Bixente Lizarazu.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min
Kylian Mbappé condamné à porter un masque pour protéger son nez, cassé dès le premier match de l'Euro 2024. (FRANCK FIFE / AFP)

Va-t-on voir Kylian Mbappé et son masque bleu-blanc-rouge vendredi 21 juin au soir à la Red Bull Arena de Leipzig, en Allemagne, alors que la France et les Pays-Bas s'affrontent pour la deuxième journée du groupe D de l'Euro 2024 ? "Plus tôt il jouera, plus tôt il sera rassuré", estime Bixente Lizarazu, consultant football pour Radio France. Didier Deschamps a entretenu le mystère en conférence de presse jeudi. Un acte probablement volontaire de la part du sélectionneur des Bleus, selon le champion du monde 98. "Ça peut mettre le doute à l'entraîneur adverse", dit-il. Selon Bixente Lizarazu, une fracture du nez "peut se gérer, il y a simplement cette appréhension à oublier très vite dans le cœur du jeu".

franceinfo : Est-il plus raisonnable de laisser Kylian Mbappé sur le banc, ce soir ?

Bixente Lizarazu : Pour moi, il ne sera pas plus rassuré dans quatre jours contre la Pologne. C'est plus la sensation du joueur et de savoir s'il est à l'aise avec un masque qui va faire qu'il jouera ou il ne jouera pas. Il n'y a pas plus de risque ce soir que dans quatre jours contre la Pologne. Plus tôt il jouera, au fond, plus tôt il sera rassuré sur cette possibilité d'être à l'aise avec ce masque.

Vous avez déjà joué avec le nez cassé. On n'est pas un peu sur la retenue ?

C'est le risque. On peut être sur la retenue, mais quand on est dans le feu de l'action, on l'oublie assez vite. Très franchement, ce n'est pas aussi problématique qu'une blessure aux jambes, un problème à l'articulation, un problème de blessure musculaire. Ça peut se gérer. Il y a simplement cette appréhension à oublier très vite dans le cœur du jeu.

Didier Deschamps a entretenu le doute jeudi en conférence de presse sur la présence de Kylian Mbappé. C'est volontaire ?

Probablement oui. C'est vrai que ça peut mettre le doute à l'entraîneur adverse. Si Mbappé joue ou pas, ça change les choses par rapport à son profil, par rapport à sa spécificité. Il entretient ce doute-là pour l'adversaire, mais aussi parce qu'il attend peut-être une réponse plus précise de Kylian Mbappé, notamment sur les sensations qu'il a pu avoir à l'entraînement, par exemple.

Quel genre d'équipe sont les Pays-Bas ?

C'est l'un des adversaires les plus difficiles de notre groupe. C'est un adversaire qui ne nous a plutôt pas trop mal réussi jusqu'à présent. Mais c'est un adversaire qui est un peu instable. Il y a toujours eu de très bons talents aux Pays-Bas, mais pas forcément une cohésion collective. On verra quel adversaire on retrouvera ce soir.

Une victoire ce soir signifierait une qualification pour les huitièmes, avec éventuellement une première place de poule. Ça simplifierait les choses ?

C'est mieux évidemment de se qualifier dès ce soir parce qu'on peut déjà gérer le troisième match de poule. Être premier c'est mieux aussi par rapport au futur adversaire potentiel qui devrait être moins fort. C'est aussi mieux pour la dynamique. On a bien démarré face à l'Autriche, même si c'était perfectible sur le plan offensif. Enchaîner sur une deuxième victoire, ça rassure un groupe.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.