Euro 2021 : le match nul face à la Hongrie, un mal pour un bien pour les Bleus ?

Séduisante en préparation puis solide face à l’Allemagne (1-0), la France a affiché ses premières limites face à la Hongrie samedi (1-1). Comme un rappel à l’ordre.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Kylian Mbappé et Karim Benzema lors de Hongrie-France, le 19 juin (FRANCK FIFE / POOL)

Un premier avertissement. La belle aventure des Bleus débutée le 26 mai dernier à Clairefontaine a pris un léger coup samedi 19 juin, dans l’après-midi étouffante de Budapest. Après plusieurs semaines d’idylle, marquées par le retour de Karim Benzema, des matches de préparation aboutis et une entrée en matière solide dans cet Euro 2021 face à l’Allemagne (1-0), l’équipe de France a trébuché face à la Hongrie hier (1-1), dans la chaleur étouffante de Budapest.

Didier Deschamps le sait mieux que personne : le parcours des sélections qui remportent des tournois majeurs n’est jamais lisse. "Ce n’est jamais un long fleuve tranquille. On n’allait pas écraser tout le monde", a souligné le sélectionneur des Bleus hier après-midi, en conférence de presse d’après-match. En 2016, avant de remporter l’Euro, le Portugal avait débuté par trois matches nuls. Deux ans plus tard, l’équipe de France luttait contre l’Australie (2-1) et le Pérou (1-0) en entame de la Coupe du monde.

"On est dans les temps" 

Face à la Hongrie samedi, les joueurs de Deschamps ont connu un léger accroc, le premier depuis le début de la préparation. Et avec du recul, on serait tenté de dire que les Bleus ont bien fait de se trouer lors de ce match plutôt qu’en huitièmes de finale ou en quarts. "L’objectif est de se qualifier et pour le moment, on est dans les temps", a indiqué Deschamps. Les Bleus ont buté mais l’issue finale espérée n’est donc pas entamée.

Ce match face à la Hongrie n'est pas à jeter à la poubelle, loin de là. Deschamps et son équipe pourront se concentrer sur ce qui n’a pas été bien fait pour mieux préparer la suite. Une humilité nécessaire pour une équipe de France dont les qualités sont louées depuis plusieurs semaines.

Lloris avait averti sur l'excès de confiance

Et pourtant, la défense qui avait été si irréprochable à Munich face à l’Allemagne a subi et cédé face aux Hongrois. Le milieu de terrain, qui avait dominé son sujet face à la Nationalmannschaft, a eu les pires difficultés - hormis pour N’Golo Kanté - à émerger. Enfin, le trio offensif a encore montré des difficultés pour combiner efficacement et pendant 90 minutes. 

"Il ne faut pas se voir trop beau", avertissait Hugo Lloris en conférence de presse vendredi, avant de poursuivre : "Ce n’était qu’un premier match (face à l’Allemagne), le chemin est encore très long, il y a de nombreux défis à commencer par la Hongrie". Pris dans la nasse de la Puskas Arena de Budapest, l’équipe de France s’en est sortie et se retrouve désormais avertie, sûre de certaines forces et notamment de sa qualité en contre-attaque, qui avait fait son bonheur en 2018. Le but face à la Hongrie hier est arrivé sur une de ces phases de jeu et la France a fait mal à l’Allemagne de cette manière.

Didier Deschamps lors du match entre la Hongrie et la France, le 19 juin (FRANCK FIFE / POOL)

Repartir de l'avant face au Portugal

Ce nul face à la Hongrie a donc fait office de piqûre de rappel. L’équipe de France a encore du mal à se défaire des équipes regroupées devant leur défense et ce résultat décevant va forcément pousser les joueurs et le staff à trouver des solutions. Comme l’a rappelé Deschamps en conférence de presse après la rencontre, la qualification pour les huitièmes de finale reste en bonne voie, même si pour la première fois de son mandat, le sélectionneur n’a pas remporté ses deux premiers matches d'une Coupe du monde ou d'un Euro.

L’épopée de 2018 est aussi là pour rappeler que l’équipe de France n’était pas totalement au point après ses deux premiers matches face à l’Australie (2-1) et au Pérou (1-0). "Il y a encore une marge de progression", a assuré Deschamps. Pour l’exploiter, il faudra donc s’en donner les moyens et ne pas compter simplement sur son statut de grand favori dans cet Euro. Face au Portugal mercredi prochain, l’occasion sera belle de repartir de l'avant, dans un match décisif pour la première place du groupe F.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Euro 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.