Cet article date de plus de deux ans.

Euro 2021 : avant son quart face à l'Ukraine, l'Angleterre se voit déjà en finale

Après sa victoire face à l’Allemagne en huitièmes de finale (2-0), l’Angleterre aborde avec confiance son quart de finale face à l'Ukraine, samedi.

Article rédigé par Denis Ménétrier, franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 4 min
Raheem Sterling célèbre son but inscrit face à l'Allemagne, le 29 juin à Wembley (JUSTIN TALLIS / POOL)

Des scènes de liesse dans les rues de Londres et le fameux chant anglais "it’s coming home". Les supporters britanniques ont célébré avec faste, mardi soir, la victoire désinhibante de l’équipe d’Angleterre face à l’Allemagne (2-0) en huitièmes de finale de l'Euro. Avant d’affronter l’Ukraine en quarts de finale samedi 3 juillet (à 21 heures), ce succès face à la Nationalmannschaft a ouvert une voie royale aux Trois Lions pour la victoire finale dans cet Euro 2021. Au passage, ils chassent leurs vieux démons...

En 1996, l’Angleterre s’inclinait en demi-finale de son Euro, à domicile, contre l’Allemagne, aux tirs au but (1-1, 5-6 t.a.b.). Gareth Southgate, aujourd’hui sélectionneur de l’Angleterre, ratait le penalty décisif et condamnait son équipe. Vingt-cinq ans plus tard, la victoire face à l’Allemagne est celle d’une équipe qui s’affranchit de son passé douloureux lors des compétitions internationales (un seul sacre, lors de la Coupe du monde 1966) et qui ose croire en son destin.

Une partie de tableau abordable

Depuis mardi, l’Angleterre tout entière est prise d’un enthousiasme débordant alors que les demi-finales et la finale se dérouleront à Londres, devant 60 000 personnes dans le stade de Wembley. Avec le Danemark, la République tchèque et l’Ukraine dans leur partie de tableau, difficile de ne pas voir les Trois Lions comme les favoris pour une place de finaliste. L’optimisme outre-Manche s'est reflété dans les Unes de la presse au lendemain de la victoire face à l’Allemagne.

"La route est ouverte jusqu’à la finale", titrait le Daily Mirror. "Maintenant, on peut y croire", écrivait de son côté The Times. Jamie Carragher, ancien international anglais (38 sélections) et désormais consultant sur Sky, considère les joueurs de Gareth Southgate comme les "favoris" pour la victoire finale, tout comme l’Allemand Jürgen Klinsmann qui a déclaré sur la BBC : "L’énergie qu’il y avait ce soir, l’alchimie, tout ça était incroyable. (…) C’est votre tournoi !"

Même chez les joueurs, généralement habitués à désamorcer les choses et adeptes de la langue de bois, certains n’ont pas réussi à cacher un sentiment d’ivresse que partage une bonne partie de la population britannique. "C’est incroyable, beaucoup de gens nous avaient éliminés en phase de groupes, mais nous voulions prouver que les gens avaient tort. Je n’ai jamais fait partie d’une équipe aussi soudée. Nous y croyons vraiment, surtout que la finale aura lieu à Wembley", a déclaré Declan Rice, le milieu de terrain après le huitième de finale face à l’Allemagne.

À la conquête de Rome

Jouer à Wembley, les Anglais savent faire. Depuis le début de la compétition, ils ont profité du format de cet Euro pour jouer leurs trois matchs de poule et leur huitième de finale à Londres. Alors que certains ont crié à l’injustice et l’inégalité face aux traitements différents selon les nations, les joueurs de Southgate ont profité de l’opportunité qui leur était offerte avec le soutien de 40 000 personnes face à l’Allemagne.

Mais pour ce quart de finale, les Anglais devront faire sans leur public, car le match va se dérouler à Rome. Seuls les Britanniques résidant en Italie, et quelques irrésistibles supporters qui auront fait le déplacement malgré les consignes du gouvernement de Boris Johnson, seront là pour soutenir les joueurs de Gareth Southgate face à l’Ukraine. Malgré tout, cette sélection apparaît comme un adversaire largement à la portée des Trois Lions.

Les fans anglais dans les rues de Londres après la victoire face à l'Allemagne, le 29 juin (HASAN ESEN / ANADOLU AGENCY)

Southgate le rabat-joie

Surtout que sur le terrain, l’Angleterre gère depuis le début de la compétition. Jordan Pickford, le gardien de la sélection, n’a pas pris un but en quatre matchs. Harry Kane, capitaine et joyau de la couronne britannique, a enfin ouvert son compteur but face à l’Allemagne. "Ça va être une délivrance pour lui", affirmait Southgate après le match. Tout n’est pas parfait mais l’équipe d’Angleterre est sur la bonne voie.

Le sélectionneur a tout de même averti contre un excès de confiance, affirmant avec le sourire jouer volontiers le "rabat-joie" : "C’est un moment dangereux pour nous, parce qu’il y a la chaleur de la victoire et l’impression dans le pays que l’on a juste à se présenter sur le terrain pour gagner, alors qu’on sait que ce sera un énorme défi à partir de maintenant. Les joueurs le savent, ils ont atteint les derniers tours d’une compétition avant, et ils savent comme c’est difficile. Ils ont les pieds sur terre."

Après la finale de la Ligue des champions 100% anglaise avec le succès de Chelsea contre Manchester City (1-0), l’Angleterre veut croire que 2021 est son année. Une victoire à l’Euro serait une première pour la sélection anglaise et les aventures des Trois Lions intéressent fortement outre-Manche : le match contre l’Allemagne, en huitièmes de finale, a rassemblé 27 millions de téléspectateurs devant la BBC, la meilleure audience de l’année. Mais pour que la fête continue jusque tard dans la nuit du 11 au 12 juillet, il faudra ne pas se voir trop beau, trop tôt.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.