Cet article date de plus de deux ans.

Angleterre-Allemagne : une attaque anglaise enfin délivrée

Longtemps bousculée, l'Angleterre a pris le dessus sur l'Allemagne (2-0) en fin de match, mardi, pour s'ouvrir les portes des quarts de finale grâce à une attaque revigorée.

Article rédigé par franceinfo: sport - Hugo Lauzy
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Raheem Sterling et Harry Kane ont marqué les deux buts de la victoire de l'Angleterre face à l'Allemagne (2-0) en huitièmes de finale de l'Euro, mardi 29 juin 2021. (ANDY RAIN / AFP)

Chirurgical, clinique et sans pitié, l'attaquant Raheem Sterling a délivré l'Angleterre en huitièmes de finale de l'Euro contre l'Allemagne (2-0), mardi 29 juin, en marquant aux six mètres suite à un mouvement collectif de grande classe (75e). Même schéma onze minutes plus tard, cette fois-ci avec Harry Kane (86e) - jusque-là invisible - dans le rôle du tueur à gages. Un retour soudain de l'attaque des Three Lions au coeur d'un dernier quart d'heure d'enfer, qui a mis à terre un collectif allemand au bout du rouleau et servi de déclic à toute une nation dans son antre de Wembley.

Timide et source de nombreuses critiques lors de la phase de groupes, le front offensif anglais n'avait tenté que 16 tirs en trois matchs. Un bilan faiblard au contraire de sa défense invincible, pour une équipe ayant terminé première de son groupe avec seulement deux buts marqués par l'unique Sterling, contre la Croatie et la République tchèque. Critiqués et vilipendés à outrance par les tabloïds et observateurs outre-Manche, le capitaine Harry Kane et ses compères ont répondu par deux coups d'éclair.

Sterling garde l'Angleterre dans l'Euro

Premier buteur face à l'Allemagne mardi, Raheem Sterling revient à son meilleur niveau dans le rôle du sauveur de sa sélection, bien loin des doutes accumulés ces derniers mois à Manchester City. Souvent mis au placard par Pep Guardiola en deuxième partie de saison, l'attaquant positionné à gauche revit sous les ordres de Gareth Southgate. Dribbleur, provocateur et instinctif, il facilite l'animation offensive des Three Lions par sa vision du jeu.

Avec 14 buts sous le maillot des Citizens, son influence est moins importante qu'avant. La faute à une concurrence plus importante. C'est tout le contraire avec l'Angleterre (65 sélections, 17 buts et 22 passes décisives), où sa liberté est plus grande. Placé sur les ailes, il peut également prendre l'axe comme lors de ses trois dernières réalisations dans cet Euro, dont l'ouverture du score face aux Allemands.

Sur un mouvement initié par Jack Grealish, Sterling s'est retrouvé seul aux six mètres à la réception d'un centre de Luke Shaw sur la gauche. Sa qualité de finition a fait la différence pour envoyer les Anglais en quarts de finale et battre les Allemands pour la première fois en phase finale d'une compétition majeure.

Grealish en détonateur, Kane en leader (r)éveillé

Son rôle de joker de luxe ne semble pas lui déplaire. Jack Grealish a pourtant la carrure pour devenir un indispensable dans le onze des Three Lions. Remplaçant lors des deux premières rencontres, le milieu offensif d'Aston Villa avait apporté une touche d'efficacité contre la République tchèque (1-0) avec une passe décisive pour Sterling. Rebelote contre les Allemands, mardi, avec une entrée en jeu fracassante.

À la place de Buyako Saka, son style de jeu direct et atypique a tout de suite fait la différence. Avec seulement sept ballons touchés, il a joué son rôle d'impact player à merveille. À l'origine du premier but sur une percée au milieu de terrain, il a ensuite exécuté un centre à la perfection pour réveiller son capitaine muet et critiqué : Harry Kane.

En difficulté ces derniers mois du côté de Tottenham, Kane a vu sa saison minée par des blessures. Inexistant face à la Croatie en ouverture de la compétition, le sixième meilleur buteur de l'histoire de la sélection anglaise n'avait jamais pesé sur les défenses adverses. Avec un seul tir cadré en trois matchs, il avait subi les foudres de la part des médias anglais.

Mais le meilleur réalisateur de la Coupe du monde 2018 (6 buts) a fait parler son sens du but dans la surface sur son unique tentative de la tête. À 27 ans, il incarne la figure d'un groupe jeune et prometteur qui rêve de reconquérir un titre majeur qui lui échappe depuis le Mondial 1966. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.