Euro 2021 : après la finale perdue, Marcus Rashford, Jadon Sancho et Bukayo Saka cibles d'insultes racistes

Le monde du football anglais a réagi aux propos racistes publiés sur les réseaux sociaux après la défaite des Three Lions dimanche en finale de l'Euro.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
De gauche à droite : Jadon Sancho, Bukayo Saka et Marcus Rashford. (AFP)

Nouveau déferlement de racisme en ligne. Après Kylian Mbappé, victime d'insultes à la suite de son penalty manqué face à la Suisse, c'est au tour de trois joueurs anglais d'être la cible de propos discriminatoires. Les tirs au but ratés lors de la finale de l'Euro perdue face à l'Italie, dimanche 12 juillet, à Wembley, de Marcus Rashford, Jadon Sancho et Bukayo Saka, ont coûté la victoire aux Anglais. Ils ont également valu au trio d'internationaux un déferlement de commentaires racistes sur les réseaux sociaux. Des propos discriminatoires qui ont fait réagir outre-Manche.

"Nous sommes dégoûtés de voir que des membres de notre équipe, qui ont tout donné cet été, ont été soumis à des agressions discriminatoires en ligne après le match de ce soir", a indiqué l'équipe des Three Lions sur son compte officiel Twitter. "Nous soutenons nos joueurs", a-t-elle insisté.

Des "comportements répugnants"

Les trois joueurs, entrés en cours de rencontre, ont manqué leur tentative de tirs au but, scellant la défaite de l'Angleterre face à l'Italie (1-1 a.p., 3-2 t.a.b.) et brisant ainsi le rêve de tout un pays qui espérait décrocher un deuxième titre majeur, 55 ans après son succès à domicile dans la Coupe du monde 1966.

Dans un communiqué, l'association anglaise de football (FA) a rappelé qu'elle "condamne toutes les formes de discrimination et est consternée par le racisme diffusé sur les réseaux sociaux à l'encontre de certains des joueurs de l'Angleterre"."Nous disons de la façon la plus claire qui soit que quiconque est derrière des comportements aussi répugnants n'est pas bienvenu parmi les supporters de cette équipe", a-t-elle ajouté. 

Soutiens de Boris Johnson et de la royauté

Les réactions n'ont pas tardé à dépasser le monde du sport. Le Premier ministre britannique Boris Johnson, présent à Wembley dimanche soir, a dénoncé ces "insultes racistes". "Cette équipe d'Angleterre mérite d'être traitée en héros, et non [victimes] d'insultes racistes sur les réseaux sociaux. Les responsables de ces abus effroyables devraient avoir honte d'eux-mêmes", a déclaré sur Twitter le dirigeant conservateur.

Le Prince William, également dans les tribunes pour la finale, s'est quant à lui dit "écoeuré par les abus racistes". "Ce comportement odieux doit cesser maintenant et toutes les personnes impliquées doivent être tenues pour responsables", a t-il tweeté.

La police de Londres a de son côté annoncé qu'elle était "en train d'enquêter" sur ces publications "insultantes et racistes" en ligne.

Le racisme en ligne régulièrement pointé du doigt

Le football anglais est confronté depuis plusieurs mois à un phénomène de racisme en ligne visant des joueurs après la défaite de leur club ou après des performances décevantes.

En mai, la FA avait déjà appelé le gouvernement britannique à légiférer sans tarder pour obliger les réseaux sociaux à agir contre les insultes en ligne qui ont déjà visé par le passé Marcus Rashford. Mi-février, les responsables du football anglais avaient demandé dans une lettre ouverte au dirigeant de Twitter et à celui de Facebook (Jack Dorsey et Mark Zuckerberg) de prendre des mesures "pour des raisons de simple décence humaine".

Pour attirer l'attention sur ce racisme en ligne, la FA, les clubs de la Premier League, de la deuxième division et de la Super Ligue féminine, mais aussi des organisations représentant les joueurs, les arbitres et les entraîneurs, rejoints par la suite par d'autres sports comme le rugby ou le cricket, avaient décidé de ne pas alimenter leurs comptes sur les réseaux sociaux du vendredi 30 avril jusqu'au lundi 3 mai.

Scènes de violences

La finale de l'Euro a par ailleurs été marquée par des incidents avec des supporters sans ticket qui ont réussi à pénétrer dans le stade en forçant des barrages de sécurité et en submergeant le personnel du stade.

Une scène de violence avec des supporters frappant à coups de poing et de pied un homme d'origine asiatique dans les couloirs du stade, a également été filmée et diffusée sur les réseaux sociaux.

La police de Londres a dit avoir procédé à 49 arrestations dimanche pour différentes infractions liées à l'Euro et indiqué que 19 policiers ont été blessés, des violences qu'elle a condamnées comme "totalement inacceptables".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Euro 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.