PODCAST. Ecoutez le podcast "Au comptoir de l'info", avec Stéphane Guillemot, journaliste reporter d'images

SAISON 2, EPISODE 2. Le journaliste, spécialiste de la couverture de conflits armés (Haut-Karabakh, Irak, Syrie) livre ses méthodes de travail sur les terrains dangereux. Il explique pourquoi il a choisi la caméra plutôt que le micro et ce faisant, en quoi le rôle d'"invisible" lui convient parfaitement.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
"Au comptoir de l'info" est un podcast présenté par François Beaudonnet.  (SHUTTERSTOCK)

"J'ai voulu devenir caméraman parce que j'ai toujours voulu être une petite souris qui va ensuite surprendre par ce qu'elle a vu." Stéphane Guillemot revendique son choix d'être derrière la caméra, en tant que journaliste reporter d'images (JRI). Il estime ainsi être un "témoin professionnel" qui s'interdit de donner son avis, en donnant la priorité absolue à l'image et à la force qu'elle dégage.

"Dans ce moment de panique, je laisse tourner la caméra"

Au cours de ses quinze années de carrière, le grand reporter s'est rendu dans de nombreux pays en guerre. Récemment, il a réalisé avec Maryse Burgot un reportage à Stepanakert (Haut-Karabakh) qui a marqué les esprits. Ils sont en train d'interviewer un habitant lorsqu'un obus s'abat à quelques centaines de mètres d'eux. "Dans ce moment de panique, je laisse tourner la caméra", dit-il. Les deux journalistes partent se réfugier dans une cave où ils vont rester quatre heures. Ce reportage est pour Stéphane Guillemot le reflet fidèle de ce qu'il a vécu et surtout du quotidien dramatique des habitants de la capitale du Haut-Karabakh.

Avec une famille qui tente de fuir Daech

Le reportage dont le cameraman garde le souvenir le plus fort est celui qu'il a tourné aux portes de Mossoul en 2006 et qui, avec Arnaud Comte, leur a valu le prix Bayeux des correspondants de guerre. Les deux journalistes racontent la fuite éperdue d'une famille dont le père et un fils ont été grièvement blessés par une mine déposée par les jihadistes de Daech. Là encore, Stéphane Guillemot n'avait pas prévu ce qui allait se passer devant l'objectif de sa caméra et dont il se rappelle avec émotion car cette famille aurait pu être "vous ou moi".

Vous pouvez vous abonner à cette série sur l'application Radio France, Spotify, Deezer, Apple Podcasts, Google Podcasts et AudioNow. 

A propos du podcast : "Au comptoir de l'info" est le premier podcast natif de France Télévisions. Sous forme d'interview journalistique, un acteur qui fabrique l'information télévisée du service public — un grand reporter, un cameraman, un présentateur — vient se livrer, raconter, dévoiler la manière dont il travaille. Dans une ambiance sonore de comptoir de café, il confie ses doutes, ses joies, mais aussi ses peurs lorsqu'il est sur le terrain ou en studio.

La série est réalisée par François Beaudonnet, éditorialiste sur franceinfo (canal 27), grand reporter à France 2 et chroniqueur dans l'émission "Nous, les Européens" sur France 3. Ancien correspondant à Rome et Bruxelles, il a débuté en radio où il présentait le journal de 13 heures sur France Inter. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.