Covid-19 : "Le couvre-feu à 21 heures, c'est une décision de fermeture", regrette le co-directeur du Théâtre Montparnasse

Pour Bertrand Thamin, les théâtres vont "essayer d'avancer les levers de rideau à 19 heures, mais ça va être très compliqué à mettre en place".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une ouvreuse dans un théâtre parisien (photo d'illustration). (VINCENT ISORE / MAXPPP)

"On nous ferme pratiquement, parce que le couvre-feu à 21 heures, c'est une décision de fermeture", regrette mercredi 14 octobre sur franceinfo Bertrand Thamin, co-directeur du Théâtre Montparnasse et président du Syndicat national du théâtre privé, après les annonces d'Emmanuel Macron, et notamment l'instauration d'un couvre-feu de 21 heures à 6 heures dans huit métropoles et en Île-de-France à partir de samedi.

>> Covid-19 : couvre-feu, aides exceptionnelles, autotests... Ce qu'il faut retenir des annonces d'Emmanuel Macron

"On va dans le maximum de cas, quand c'est possible, essayer d'avancer les levers de rideau à 19 heures, mais ça va être très compliqué à mettre en place", glisse le co-directeur du Théâtre Montparnasse. "Ce n'est pas toujours possible, poursuit Bertrand Thamin, parce que dans certains théâtres, il y a une double programmation, il y a des spectacles à 19 heures et à 21 heures, et donc c'est difficile d'avancer de deux heures le spectacle de 21 heures parce que le créneau est déjà pris.

"Il y a parfois des pièces qui durent plus de deux heures, ça pose un vrai problème", avance-t-il avant de prédire que "certains n'auront pas d'autres solutions que de faire relâche".

"Il n'y a pas un spectateur qui rentre sans désinfection des mains"

Bertrand Thamin dénonce "les incohérences" : "On ferme les salles de spectacle, sans doute un des endroits en France les plus sécurisés." Le co-directeur du Théâtre Montparnasse détaille : "Il n'y a pas un spectateur qui rentre chez nous sans désinfection des mains, sans porter le masque, etc. Il n'y avait strictement aucun risque à fréquenter les cinémas, les théâtres ou les opéras,. La meilleure preuve, c'est que, à ma connaissance, il n'y a jamais eu le moindre cluster dans ces endroits-là", assure Bertrand Thamin.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.