"Ce jour doit être une fête" : prêt à déconfiner ses théâtres le 19 mai, Jean-Marc Dumontet sur la réouverture des lieux culturels

L'ensemble des lieux culturels devraient rouvrir dès le 19 mai selon les annonces du chef de l'État, interviewé par plusieurs quotidiens régionaux. Malgré l'imposition de conditions d'accueil du public strictes, cette décision a enthousiasmé le producteur et directeur de théâtres Jean-Marc Dumontet.

Article rédigé par
Mélisande Queïnnec - franceinfo Culture
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Jean-Marc Dumontet en 2018 à Paris. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Les lieux culturels - théâtres compris - devraient pouvoir rouvrir leurs portes dès le 19 mai, en respectant un protocole sanitaire strict. Parmi les mesures annoncées : le respect d'une jauge de 35% de la capacité d'accueil des établissements. Une difficulté supplémentaire qui contraint certaines salles à garder porte close jusqu'au mois de septembre... Mais qui n'a pas amoindri l'enthousiasme de Jean-Marc Dumontet. Producteur de spectacles et propriétaire de cinq théâtres parisiens, il se réjouit de pouvoir lever le rideau le 19 mai.

Franceinfo Culture : Vous attendiez depuis longtemps des perspectives quant à la réouverture des lieux culturels. Comment avez-vous réagi aux annonces d'Emmanuel Macron ?

Jean-Marc Dumontet : Je suis enthousiaste. Ça fait longtemps qu’on est à l’arrêt. A partir du moment où il y a une lueur, on ne peut que l’accueillir avec bonheur ! On n’imagine pas que d’un coup de baguette, tout va rouvrir. On a un calendrier : c’est ce dont nous avions besoin, même si c’est compliqué - personne ne connaît l’avancée ou le recul potentiels de l’épidémie -. Il y a des contraintes, certes, mais des perspectives de réouvertures progressives : notre vie va redémarrer. 

Allez-vous faire en sorte de rouvrir l'ensemble de vos établissements dès le 19 mai malgré une jauge stricte ?

Je vais tout faire pour. On va imaginer des spectacles qui puissent se conjuguer avec ces contraintes de jauges. Une chose importante et forte, c’est que très rapidement, le couvre-feu va évoluer. Il va être porté à 21h, puis 23h. C’est le couvre-feu qui nous avait arrêtés. Aujourd’hui, on a un couvre-feu retardé, une ouverture opérée progressivement. Ce sont des facteurs encourageants : il faut qu’on réamorce, on va pouvoir opérer ce réamorçage. A nous de nous creuser la tête, donc, de trouver des spectacles compatibles avec des contraintes économiques fortes. Après le premier confinement, on a pu rejouer le 22 juin. Dans mes cinq théâtres j’ai joué, la fête était trop fabuleuse. Le 19 mai, si les taux d’incidence ne sont pas trop catastrophiques, on jouera. Pas forcément notre programmation permanente - mais symboliquement, on jouera. Ce jour doit être une fête !

Vous vous étiez efforcé de maintenir une programmation malgré le confinement...

Entre le 6 et le 28 avril, j’ai organisé un festival entièrement en livestream : Paroles Citoyennes. On a proposé plusieurs spectacles à 19h en direct sur Facebook. Sans public dans la salle, évidemment. Hier, on a présenté le dernier en direct du théâtre Antoine, un spectacle dédié à Simone Veil, Les combats d’une effrontée. On était tellement heureux de retrouver la scène, même sans spectateurs… Là, on aura 35% de notre public habituel ! On va donc trouver des solutions, imaginer, créer : on a trop envie de jouer. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.