Après Rio, la Tour Eiffel et le Mont-Saint-Michel, le funambule Nathan Paulin débarque à La Rochelle

Grâce à un partenariat entre le Théâtre national de Chaillot et le Centre des monuments nationaux, le funambule Nathan Paulin investit des monuments emblématiques de La Rochelle et de Bordeaux, le 7 et 9 juin prochain.
Article rédigé par Rudy Degardin
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 3 min
La performance "Les Traceurs" par Rachid Ouramdane à Rio au Brésil. (Théâtre national de Chaillot)

Si vous levez la tête, vous l'apercevrez peut-être. Mercredi soir à La Rochelle, Nathan Paulin trace un nouveau chemin entre la Tour de la Lanterne et la Tour Saint Nicolas... mais à cinquante mètres au-dessus du sol et sur un fil. Accompagné par neuf artistes aériens, le funambule aux nombreux records mondiaux propose une performance poétique, Les Traceurs, sous la supervision de Rachid Ouramdane, directeur du Théâtre national de Chaillot. Ce dernier livre à franceinfo Culture les dessous d'un projet en étroite collaboration avec le Centre des monuments nationaux.

Le spectacle "Les Traceurs" se tient à La Rochelle, le 7 juin 2023. (Théâtre national de Chaillot)

Funambulisme : un art chorégraphique

Pour le directeur du Théâtre national de Chaillot, "il y a du chorégraphique, bien au-delà de la danse : dans les environnements qui nous entourent, dans le sport, dans les réseaux sociaux... Et ces acrobates, à la manière des sportifs de l'extrême, font la démonstration de leur 'hyperattention' à tout ce qui les entoure". Pour pouvoir tenir sur un ruban souple, Nathan Paulin a dû apprendre à s'appuyer sur le vent et à considérer des éléments qu'ignore la grande majorité des gens.

Nathan Paulin fait une traversée de la Tour Eiffel au Théâtre de Chaillot, en septembre 2021. (Benjamin Mengelle)

Rachid Ouramdane ajoute : "Les acrobates ont aussi une très grande attention au corps de leur partenaire. Et cette hypersensibilité des uns et des autres, cela me semblait important de la partager dans une période où se pose la question de faire attention au vivant qui nous entoure".

Un projet pour valoriser le patrimoine

Avec ces performances, les badauds ont l'opportunité de poser un autre regard sur un site patrimonial. "Le projet est né en pleine crise Covid, explique Rachid Ouramdane. Les théâtres étaient fermés et il fallait se tenir à distance donc on a commencé à réfléchir à des spectacles à l'échelle d'une vallée ou d'une forteresse. L'idée était de pouvoir contempler de loin ces présences incongrues, ces artistes qui se trouvent dans les airs de façon inattendue". 

"Les Traceurs" à Aussois face au Fort Victor-Emmanuel. (Théâtre national de Chaillot)

C'est lorsque les acrobates se noient dans l'immensité d'un paysage que la poésie éclot. "Nous cherchons à créer un état contemplatif, voire méditatif, afin que les spectateurs posent un regard différent sur les monuments qu'ils ont l'habitude de regarder, devant lesquels ils passent rapidement, confie Rachid Ouramdane. Là, tout d'un coup, on ralentit, c'est une invitation à s'allonger et contempler les paysages autour de soi, de découvrir certains détails". 

Observer ses propres vulnérabilités

Durant la performance, on entend Nathan Paulin, dans un enregistrement sonore, partager ses doutes, raconter sa peur du vide lorsqu'il était enfant ou encore les efforts qu'il a fournis pour gagner en confiance dans les airs. "Quand vous assistez au spectacle Les Traceurs, vous ne voyez pas des surhommes ou des surfemmes. Vous voyez des personnes qui ont une attention particulière à ce qui les entoure. Et face à ça, les spectateurs sont souvent très émus parce que ça les renvoie à des choses assez intimes, à leurs propres vulnérabilités".

"Les Traceurs" de Rachid Ouramdane, lors d'un festival de danse à Hong Kong. (Théâtre national de Chaillot)

Chorégraphe, Rachid Ouramdane a réalisé par le passé un spectacle, Franchir la nuit, avec des mineurs isolés, des personnes âgées dans Overdance ou porteuses de handicap avec Tordre. "Ce qui m'intéresse là-dedans, c'est de voir comment on acquiert une pleine conscience de ses fragilités. Ce que j'essaie de partager, c'est que quand on sait qui on est, quand on a conscience de ce qui nous construit, cela rend plus fort."

Les Traceurs de Rachid Ouramdane : 

Le 7 juin, 19h à La Rochelle Entre la Tour de la Lanterne et
la Tour St Nicolas. Le 9 juin, 19h à Bordeaux. Entre la Cathédrale Saint-André et la tour Pey-berland. Le 26 juillet, 16h. Au sein du village fortifié de Mont-Dauphin (Hautes-Alpes) entre le pavillon de l’Horloge et l’église Saint-Louis.

Avec le funambule Nathan Paulin, Tamila De Naeyer, Clotaire Foucherau, Löric Foucherau, Hamza Benlabied, Arnau Povedano, Joël Azou, Maxime Seghers, Seppe Van Looveren, Peter Freeman. Musique de Jean-Baptiste Julien et Alexandre Meyer.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.