"Distorsion grossière", "négligence criminelle" : la 4e saison de "The Crown" indigne les spécialistes de la Couronne anglaise

L'accueil réservé à la dernière saison de la série Netflix à succès qui retrace la vie d'Elizabeth II est une nouvelle preuve que la famille royale demeure un sujet à tout le moins sensible outre-Manche.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le palais de Buckingham le 13 janvier 2020. (ADRIAN DENNIS / AFP)

Le quatrième volet de The Crown provoque de vives réactions au Royaume-Uni. La dernière saison en date de cette série Netflix à succès, qui retrace la vie de la reine Elizabeth II, est sortie il y a deux jours et met notamment en scène deux nouveaux personnages : la princesse Diana et Margaret Thatcher. Et les critiques s’abattent en masse.

La famille royale reste un sujet ultra-sensible

Tout y passe : les attitudes des personnages, les erreurs dans les dates, les raccourcis historiques… Une nouvelle preuve que la famille royale reste un sujet ultra-sensible au Royaume-Uni. Un exemple : le premier épisode s’attarde sur la relation entre le Prince Charles, encore célibataire, et Camilla Parker-Bowles, alors mariée à un autre homme, l'un des thèmes brûlants de cette saison. Et parmi les innombrables reproches adressés aux créateurs de la série, une lettre que son grand-oncle adresse à Charles, qui n’a jamais existé. Il n'en a pas fallu davantage pour que les spécialistes de la Couronne dénoncent des "distorsions grossières". Le créateur de la série précise que s'il a effectivement inventé la lettre, elle contiendrait, selon lui, tout ce que pensait vraiment le grand-oncle de Charles à l’époque.

Outre cette affaire de la lettre qui n'a pas existé, une autre séquence a fait s'étrangler les puristes. Mais reprenons: Charles est amoureux depuis toujours de Camilla Parker Bowles, qui elle-même est mariée. Avant même l’arrivée de Diana, ils vivent une relation extra-conjugale que la famille royale désapprouve, bien sûr. Dans la série, le personnage qui se charge de le faire savoir à Charles, est donc son grand-oncle, Lord Mountbatten. Lors d’un coup de téléphone où Charles s’énerve, ce dernier traite son grand-oncle de ''traître'', faisant bondir au passage les spécialistes de la Couronne. Jamais, disent-ils, le Prince de Galles ne se serait autorisé une telle injure. Et les deux seules personnes qui peuvent témoigner de cet échange seraient le Prince Charles, qui ne collabore pas à cette série Netflix, ni à aucune autre. Ou Lord Mountbatten, décédé il y a maintenant 41 ans.Comme pour la lettre, le créateur de la série reconnaît avoir inventé le coup de fil.

L’affaire devient même politique puisque des députés conservateurs s’en prennent, eux aussi, à la série, furieux de l’image donnée de Margaret Thatcher, notamment dans le combat qu’elle mène contre l’IRA, l’armée républicaine irlandaise, ou sur la guerre des Malouines. Ou même son comportement vis-à-vis de la reine : dans la série, lors d’un tête-à-tête, elle tente de se lever avant la fin, soit le summum de la grossièreté protocolaire vis-à-vis d’Elizabeth II. Jamais Margaret Thatcher ne se serait permis un tel écart, affirment des hommes politiques qui l’ont connue.

On ne plaisante pas avec la pêche au saumon

Certains étudient jusqu’au moindre petit détail. Ainsi trouve-t-on dans le courrier des lecteurs du Daily Telegraph un couple furieux, décrit comme de "fervents royalistes" qui se sont installés impatients devant cette saison 4. Et qui ont connu une immense déception : ''Jamais, écrivent-il au Daily Telegraph, une série télévisée n’a réussi à perdre toute crédibilité avec un tel aplomb.'' Aux yeux de ces téléspectateurs, le Prince Charles est victime d’une "injustice" : "La représentation de sa technique de pêche est totalement injustifiable.'' Le spectateur pourra en effet voir le prince de Galles pêcher du saumon dans la série mais, selon ces lecteurs courroucés, imaginer que l’on peut y parvenir de la sorte "équivaut à une négligence grave, presque criminelle", assènent-ils. On ne plaisante pas avec la famille royale. Ni avec la pêche au saumon.

C’est certainement dans le Guardian du jour que l’on peut lire l’une des critiques les plus violentes. Une tribune titrée "L’histoire fausse de The Crown est aussi destructrice que les fake news." L’auteur de ce texte est Simon Jenkins, auteur, chroniqueur, ancien patron de presse. Et il n’y va pas de main morte, écrivant qu’il s’agit d’une "réalité détournée à des fins de propagande". Pour lui, pas de doute, dans cette nouvelle saison, le scénariste a voulu montrer une famille royale odieuse avec Diana, au mépris de la réalité historique. Selon lui, la série s’affranchit trop facilement de la réalité et les téléspectateurs, qui ne sont pas a priori des spécialistes de l'histoire des Windsor, le prennent pour argent comptant et se font donc berner. Alors voilà : si vous regardez The Crown, sachez-le, ce n’est pas l’exacte réalité. Et le créateur lui-même le dit.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.