"Reconstruire Notre-Dame en cinq années": quelles contraintes le délai avancé par Emmanuel Macron impose-t-il?

 "Nous rebâtirons la cathédrale plus belle encore et je veux que ce soit achevé d'ici cinq années", a affirmé mardi soir Emmanuel Macron, lors de son allocution télévisée. Une déclaration qui laisse plusieurs spécialistes sceptiques.

La voûte de la cathédrale Notre-Dame de Paris après l\'incendie, le 16 avril 2019.
La voûte de la cathédrale Notre-Dame de Paris après l'incendie, le 16 avril 2019. (AMAURY BLIN / AFP)

Redonner à Notre-Dame sa silhouette d'origine en cinq ans : c'est l'objectif colossal que s'est engagé à tenir le président de la République, mardi 16 avril. Au lendemain de l'incendie qui a ravagé la cathédrale, cette annonce a surpris plusieurs spécialistes étant donné l'ampleur de la tâche. "C'est inenvisageable de livrer un tel chantier dans cinq ans, estime Rémi Desalbres, le président de l'association des Architectes du patrimoine auprès de franceinfo. A moins d'utiliser des techniques et des manières de procéder qui seraient une nouvelle plaie faite à Notre-Dame." 

Le doute est amplifié par les inquiétudes qui restent vives concernant la stabilité de la structure et l'ampleur des dégâts. "Les études à mener, le diagnostic à établir et la consolidation de l'édifice vont prendre plusieurs mois, voire une bonne année", estime Rémi  DesalbresUne fois le diagnostic posé, les architectes mandatés n'auront donc plus que quatre ans pour trancher entre différentes options, qui limitent les choix pour reconstruire Notre-Dame.

Une charpente en métal ou en béton pour aller plus vite

Surnommée "la forêt" en raison des centaines de poutres de chênes qui la composaient, la charpente de la cathédrale, qui datait en grande partie du XIIIe siècle, est réduite en cendres. Sa reconstruction préoccupe déjà les architectes. "Si on refait [la charpente] en bois à l'identique, ça va prendre plusieurs années, au moins dix à quinze ans" estime Grégory Teillet, spécialiste de l'architecture médiévale et chargé du mécénat au ministère de la Culture. "Alors que si on part sur du métal, comme cela a été fait pour la cathédrale de Chartres dès les années 1840, ou sur du béton, comme pour la cathédrale de Reims, ça ira beaucoup plus vite." Plus récemment, le Parlement de Bretagne, à Rennes, a pu être reconstruit en cinq ans grâce à une charpente métallique. Un incendie l'avait ravagé en 1994. 

La charpente étant située entre les voûtes et la toiture, choisir le métal ou le béton au lieu du bois ne changera pas la silhouette de Notre-Dame, assure Grégory Teillet. "Son aspect visuel à l'extérieur comme à l'intérieur ne change pas." Là encore, quand la décision sera prise, les travaux ne pourront pas débuter immédiatement : la cathédrale devra être entièrement sécurisée et nettoyée avant que le chantier ne puisse être installé. Des tonnes de débris doivent notamment être évacuées.

Mais reconstruire la charpente de Notre-Dame en béton ou en métal reviendrait, selon Rémi Desalbres, à "recourir à des entreprises leaders du bâtiment, ce qui serait catastrophique pour le maintien des savoir-faire français". "On a un tissu en France d'entreprises très spécialisées, d'indépendants, d'artisans, qu'il s'agirait de soutenir pour faire en sorte que ces compétences se perpétuent", poursuit le président des architectes du patrimoine. Il faudra donc arbitrer entre la rapidité de l'exécution et la mise en valeur du travail des professionnels du secteur.

Une mobilisation exceptionnelle d'artisans et d'ouvriers 

Les experts interrogés par franceinfo l'assurent : les artisans et les entreprises françaises spécialisées dans la restauration de monuments sont en capacité de reconstruire Notre-Dame. Le délai leur pose cependant problème : pour mener à bien le projet, il va falloir faire "appel à tous les corps de métier : des tailleurs de pierre, des maîtres vitriers, des spécialistes de la charpente... énumère Grégory Teillet. Ce sont des ouvriers très qualifiés qu'on a effectivement en France, mais en nombre limité." 

Une autre complication pourrait retarder le lancement des travaux : beaucoup d'artisans et d'ouvriers spécialisés sont actuellement mobilisés sur d'autres chantiers, notamment au Louvre et aux Archives nationales. Il faudrait donc délester certains chantiers en cours pour terminer celui de Notre-Dame en cinq ans.

La réouverture d'une cathédrale inachevée

Notre-Dame pourrait avoir retrouvé sa silhouette dans le paysage parisien dans cinq ans. Mais pas encore dans son aspect définitif. Les sculptures et les vitraux demanderont à coup sûr plus de cinq années de travail. Et il faudra attendre les résultats d'un "concours international", annoncé lundi 15 avril par Edouard Philippe, avant de voir une nouvelle flèche se dresser dans le ciel parisien.

Même si sa reconstruction est inachevée, la cathédrale Notre-Dame pourrait être de nouveau ouverte aux visiteurs d'ici à 2024, selon les spécialistes interrogés par franceinfo. A l'aide d'un échafaudage spécifique, la cathédrale éventrée devrait être recouverte d'une protection contre les intempéries, "une sorte de parapluie au-dessus de la charpente", qui permettrait, selon Rémy Desalbres, "de libérer l'intérieur ou une grande partie" de la cathédrale, pour les visiteurs. Et ce pendant que les travaux continuent.

Mais cette réouverture au public n'est envisageable que "si on met des moyens et de la volonté politique dans ce chantier", selon Julien Lecarme. Le compagnon du devoir et responsable de l'Institut de la charpente et de la construction bois craint que l'annonce du président ait été faite "pendant le temps de l'émotion alors que les cendres sont encore chaudes".