Débarquement de Provence : les soldats africains, héros oubliés de la Seconde Guerre

Le coup d'envoi de l'opération "Dragoon" avait été donné la veille du 15 août 1944. Le débarquement de Provence est un peu l'oublié de l'histoire. 

France 2

Ce sont les "frères obscurs" comme les décrivait l'écrivain Léopold Sédar Senghor. Ces soldats venus des colonies sont des héros souvent méconnus de la Seconde Guerre mondiale : tirailleurs sénégalais, goumiers et tabors marocains. Ces Africains anonymes ont pris la mer il y a 75 ans pour les plages de Provence afin de libérer la France. "Dans l'armée française de l'époque, il y avait plus de 60% de personnes issues des ex-colonies françaises et pour nous, ce n'était pas des indigènes, c'était des frères d'armes", témoigne Herbert Traube, un ancien combattant. 

La majorité des soldats français venaient d'Afrique

Le débarquement en Provence et sa libération en quasiment deux semaines vont permettre d'ouvrir un nouveau front contre les Allemands. En 1944, l'armée française compte près de 600 000 hommes dont la majorité vient d'Afrique. Mais ces soldats des colonies, accueillis en libérateurs, vont très vite sombrer dans l'oubli. "Dès la fin 1944, [il y a un] "processus blanchiment". C'est-à-dire que dans les unités de l'armée d'Afrique, on a remplacé ces soldats, essentiellement d'Afrique subsaharienne, par des anciens maquisards, des résistants, des jeunes français qui ont directement récupéré les uniformes et les armes au sein des mêmes unités", explique l'historien militaire, Cédric Mas.

Le JT
Les autres sujets du JT
Photo de goumiers d\'Afrique du Nord, défilant sur le port de Marseille, en août 1944, quelques jours après le Débarquement en Provence.
Photo de goumiers d'Afrique du Nord, défilant sur le port de Marseille, en août 1944, quelques jours après le Débarquement en Provence. (AFP)