"Bientôt, on va lui reprocher d'être vivant !" : on vous raconte la tournée agitée de Bertrand Cantat

Le chanteur suscite la polémique partout où il passe. Alors qu'il s'apprête à clôturer sa tournée jeudi au Zénith de Paris, franceinfo revient sur les six derniers mois, particulièrement agités pour l'ex-leader de Noir Désir. 

Bertrand Cantat lors de son concert à la Rochelle (Charente-Maritime), le 1er mars 2018.
Bertrand Cantat lors de son concert à la Rochelle (Charente-Maritime), le 1er mars 2018. (XAVIER LEOTY / AFP)

"Cantat, t'as du sang sur les mains !" Lundi 4 juin, il est 19h30 et devant la salle de concert Stereolux de Nantes (Loire-Atlantique), une douzaine de femmes s'époumonent pour crier leur colère contre la venue de l'ancien chanteur de Noir Désir. Certaines brandissent des portraits en noir et blanc de Marie Trintignant, morte sous les coups du chanteur le 1er août 2003, et de Krisztina Rady, son ancienne compagne, découverte pendue à son domicile en janvier 2010. Mi-gêné, mi-blasé, le public passe devant les manifestantes, maintenues à distance de l'entrée par la police.

Quelques manifestantes devant la salle Stereolux, à Nantes (Loire-Atlantique), contre le concert de Bertrand Cantat, lundi 4 juin 2018.
Quelques manifestantes devant la salle Stereolux, à Nantes (Loire-Atlantique), contre le concert de Bertrand Cantat, lundi 4 juin 2018. (JULIETTE CAMPION / FRANCEINFO)

Depuis les débuts de sa tournée le 1er mars 2018, pour la sortie de son nouvel album Amor Fati, un comité d'accueil souvent virulent attend l'ancienne star de Noir Désir avant chacune de ses représentations. Jeudi 7 juin, pour sa dernière date au Zénith de Paris, l'association Osez le féminisme appelle de nouveau à manifester "contre cette tournée qui méprise toutes les femmes victimes de violences". Bertrand Cantat, icône du rock français à la fin des années 1980 et dans les années 1990, n'est définitivement pas un artiste ordinaire.

Depuis sa libération conditionnelle en 2007 pour l'homicide de sa compagne Marie Trintignant en août 2003, il tente progressivement de revenir à des projets artistiques. Chaque fois, il se heurte à de vives contestations. Mais cette tournée hexagonale se révèle particulièrement chaotique, à tel point que, sous la pression publique et médiatique, certaines salles ont fait le choix de le déprogrammer, quand ce n'est pas Cantat qui s'est, de lui-même, retiré de nombreuses dates. 

Un climat plus tendu que lors de sa précédente tournée 

"Par rapport à la tournée de 2014, le climat s'est incroyablement tendu. Il ne s'était rien passé. Ce qu'a fait Cantat n'était pas moins grave il y a quatre ans qu'aujourd’hui. Pourtant, c'est maintenant que ça monte" constate Eric Boistard, directeur du Stereolux, rencontré par franceinfo. A l'époque, pour son retour sur scène, le rockeur s'était fait relativement discret. Pour minimiser la polémique, il s'était effacé derrière les couleurs de son groupe, Détroit, qu'il formait avec son actuel bassiste, Pascal Humbert.

Cette année, Bertrand Cantat assume la promotion de son premier album solo en son nom propre et n'a pas cherché à se cacher, comme en témoigne la une polémique des Inrocks du 11 octobre 2017. Le torrent de critiques qui s'est abattu sur l'hebdomadaire, relayé par la secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, laissait déjà augurer une vive opposition à sa réapparition publique et artistique. 

Cette opposition au responsable de la mort de Marie Trintignant est d'autant plus forte qu'elle est alimentée par la libération de la parole, dans le sillage de l'affaire Harvey Weinstein. Le numéro des Inrocks est d'ailleurs sorti six jours après les premières révélations du New York Times sur les agressions sexuelles commises par le réalisateur.  

Il y a une maturité du débat public sur la question des violences faites aux femmes. Les affaires DSK et Baupin ont vraiment marqué les mentalités. Voir l'auteur d'un féminicide monter sur scène paraît beaucoup plus difficile à accepter.Raphaëlle Rémy-Leleu, porte-parole d'Osez le féminismeà franceinfo

La tournée du chanteur de 54 ans a également été fortement perturbée par de nouvelles révélations sur le suicide de Krisztina Rady, et notamment relancée par le témoignage anonyme d'un membre de Noir Désir, publié dans Le Point (article payant) en novembre 2017. L'enquête vient d'être réouverte par la justice, à la demande de Yael Mellul, avocate, détentrice de "nouveaux éléments" à charge contre Bertrand Cantat. 

C'est dans ce contexte tendu qu'a débuté sa tournée le 1er mars à la Rochelle (Charente-Maritime). Rapidement, de vives oppositions se sont organisées contre le chanteur. 

"Le public était choqué d'être aussi malmené" 

Lundi 4 juin, à quelques heures du concert de l'icône contestée, Eric Boistard ne cache pas sa fébrilité : "Mon objectif, c'est que tout se passe bien ce soir, pour les spectateurs comme pour ceux qui voudraient manifester. J'espère vraiment qu'il n'y aura pas d'affrontements physiques". A l'entrée du Stereolux, le dispositif de sécurité a été renforcé pour l'occasion et les spectateurs doivent se plier à une fouille corporelle.

Pour les directeurs de salle, la tournée de Bertrand Cantat s'est révélée particulièrement stressante. Rares sont les dates où il n'y a pas eu de manifestations, plus ou moins denses, à l'appel de plusieurs collectifs féministes. Mardi 13 mars, devant la salle de La Belle Electrique, à Grenoble, les choses ont bien failli dégénérer lorsque Bertrand Cantat est sorti à la rencontre des manifestants. "Venu parler aux provocateurs" selon ses propres mots, il a attisé l'énervement de la foule et récolté insultes et crachats. Un technicien de la tournée nous a confié avoir été surpris de cette initiative du chanteur : "Ce n'était peut-être pas la meilleure idée qu'il ait eu"

Frédéric Lapierre, le directeur de la salle, est encore marqué par la violence des réactions. Il se souvient avoir compté une grosse centaine de manifestants le premier soir et une trentaine le lendemain, pour le concert du 14 mars : "L'ambiance sur les deux dates était très particulière, parce qu'elles se sont déroulées à un moment central du buzz médiatique."

Le public était choqué d'être aussi malmené et parfois même insulté. Les spectateurs étaient vraiment fébriles une fois rentrés : ils ne s'attendaient pas à se faire autant interpeller.Frédéric Lapierre, directeur de La Belle Electriqueà franceinfo

Stéphane Al-Mallak, directeur du Rockstore de Montpellier (Hérault), où s'est produit le chanteur le 12 mars, s'estime chanceux : "Pour nous, ça s'est relativement bien passé : il n'y avait qu'une trentaine de manifestants et presque autant de journalistes" souligne-t-il à franceinfo, un brin agacé. "On a remarqué avec l'équipe que les manifestants interpellaient surtout les femmes qui venaient voir Bertrand : ils devaient trouver ça choquant qu'elles ne se sentent pas plus concernées par ce qu'il a fait".

Pour éviter les remous devant les salles de concert, la promotion de l'album, comme celle de la tournée, a été quasiment réduite à néant. 

"On n’a pas collé d’affiches, on n’a pas fait de flyers" 

Quand on arrive au Stereolux, difficile de savoir que Bertrand Cantat va jouer le soir même : son nom n'est visible nulle part sur la signalétique de la salle nantaise. Et pour cause : consigne a été donnée par le tourneur, Uni-T Production, de rester le plus discret possible sur la tournée. "Dans l'histoire du Stereolux, c'est le spectacle sur lequel on a le moins communiqué. On n'a pas collé d'affiches, on n'a pas fait de flyers, on a fait le minimum syndical. Si vous cherchez sur le net, vous allez trouver très peu de choses" explique Eric Boistard, le directeur du lieu. 

Il fallait qu'il y ait le moins de couverture médiatique pour éviter toute agitation le jour J.Eric Boistard à franceinfo

Même mode d'action (ou d'inaction) du côté de La Belle Electrique : "On n'a répondu à aucun média" explique Frédéric Lapierre, le directeur de la salle. Malgré ces précautions, les images de l'ex-star de Noir Désir se faisant cracher dessus par les manifestants lors de sa première date à Grenoble font le tour des réseaux sociaux. "Le deuxième soir, on s'est retrouvés avec je ne sais pas combien de télés et de presse : ils devaient espérer de nouveaux débordements" se souvient Frédéric Lapierre, un peu irrité. 

Etonnamment, malgré cette communication a minima, le chanteur a fait salle comble presque partout où il a été programmé. Mais les ventes de l'album se révèlent plutôt décevantes. D'après un article du Monde publié début mars 2018, Amor Fati plafonnait alors à 35 000 exemplaires vendus, contre 150 000 pour le premier album de Détroit. "Il n'y a pas de promotion de l'album, on entend dire à longueur de journée qu'il ne faut pas acheter ses disques sous peine de cautionner les violences faites aux femmes… C'est un amalgame." explique Sébastien Pernice, le manageur du chanteur, au quotidien. 

Malgré cette quasi-absence de promotion, la fronde anti-Cantat a continué de s'amplifier. Les pétitions se sont multipliées, comme celle des "Féministes grenobloises", qui enjoignait le maire de Grenoble, Eric Piolle, de faire annuler les concerts. Si ce dernier a fait le choix de ne pas intervenir sur le sujet, certains élus et programmateurs de salles ont rapidement pris position sur le cas Cantat. 

Annulations en série et accusations de censure 

Devant l'ampleur des critiques, certains festivals ont reçu des pressions publiques. Dès janvier 2018, le maire PS de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) David Samzun, a fait connaître dans un communiqué sa "très vive désapprobation" concernant la venue du chanteur au festival Les Escales, fin juillet. Quant au festival normand Les Papillons de nuit, qui devait accueillir Bertrand Cantat le 18 mai, il s'est vu retirer son enveloppe de 34 000 euros du Conseil départemental à cause de la venue du chanteur. Déjà, une lettre ouverte publiée le 5 mars, qui avait notamment été signée par la ministre de la Culture Françoise Nyssen, demandait le retrait du chanteur de l'affiche du festival. Malgré cela, les programmateurs sont restés fermes : "Nous considérons que notre seul critère de choix doit être celui de l'artistique, qui détermine tout le projet associatif que nous défendons" expliquait fin février l''association Roc en Baie, organisatrice des Papillons de Nuit. 

Mais certaines salles ont préféré éviter les remous en annulant purement et simplement la venue du chanteur. C'est le cas de l'Usine à Istres (Bouches-du-Rhône) mais surtout de l'Olympia, qui devait être le point d'orgue de la tournée, les 29 et 30 mai. La mythique salle parisienne invoque "des risques sérieux de trouble à l'ordre public". Pour Raphaëlle Rémy-Leleu, cette annulation est une victoire : "C'était insupportable d'imaginer le nom de Cantat en grandes lettres rouges sur l'Olympia. Il faut imaginer ce que ça aurait représenté pour les femmes battues ou qui ont subi une agression : elles auraient vu l'auteur d'un féminicide hissé sur la façade de l'une des salles les plus prestigieuses de France" explique la porte-parole d'Osez le féminisme à franceinfo. 

Mais l'épisode laisse un goût amer à de nombreux programmateurs. Les Papillons de Nuit ont décliné notre demande d'interview dans un mail, avec cette explication : "Cette polémique a été très brutale pour l'équipe et nous ne voulons pas non plus relancer la machine"

Comme Bertrand Cantat, qui crie à la censure après l'annulation de son concert à Istres, des directeurs de salle voient dans ces pressions extérieures une forme de musellement du monde culturel. Du côté du Stereolux, Eric Boistard n'y va pas par quatre chemins : "Je pense que le maire de Saint-Nazaire est sorti de son rôle en prenant position". 

Je peux comprendre que des personnes soient choquées par ce que Cantat a fait. Mais ce n'est pas envisageable qu'une annulation soit décidée à la demande d'un groupe social ou d'une entreprise privée.Eric Boistard, directeur du Stereoluxà franceinfo

A la Belle Electrique, Frédéric Lapierre assure n'avoir reçu "aucune pression" et précise qu'il n'y aurait "cédé en aucun cas""La polémique autour de la tournée nous a encore plus donné envie de nous accrocher et de maintenir les dates, au nom de notre liberté artistique".  

Malgré lui, l'interprète de L'Homme pressé est rapidement devenu un emblème de la lutte pour la liberté d'expression. Il divise fortement mais continue d'être porté aux nues par un public de fans de la première heure. 

Du côté des équipes techniques, comme du public : une tournée (presque) comme les autres 

Lundi soir au Stereolux, Karine, la cinquantaine, trépigne d'impatience dans la file d'attente : "C'est la cinquantième fois que je viens voir Bertrand mais aujourd'hui c'est une première, j'emmène ma mère de 80 ans et ma fille de 8 ans !"  Initialement prévues début mai, les deux dates nantaises ont été reportées pour cause de lumbago de Bertrand Cantat. Mais il en fallait plus pour décourager les nostalgiques de "Noir Dés'" : les deux concerts affichent quasiment complet. 

La file d\'attente des spectateurs devant le Stereolux à Nantes (Loire-Atlantique), lundi 4 juin 2018. 
La file d'attente des spectateurs devant le Stereolux à Nantes (Loire-Atlantique), lundi 4 juin 2018.  (JULIETTE CAMPION / FRANCEINFO)

La plupart des spectateurs se montrent compréhensifs vis-à-vis des manifestations à l'entrée, même si certains sont un peu agacés : "Ça va carrément trop loin, bientôt on va lui reprocher d'être vivant !" s'énerve Julie, grande brune d'une trentaine d'années, une fleur rouge dans les cheveux. 

Dans le coin fumeurs qui jouxte la salle, l'excitation monte et les pronostics fusent sur le déroulé de la soirée. Entre les pintes et les hot dogs, personne n'aborde "le drame", un peu tabou parmi les aficionados de "Bertrand". La plupart des spectateurs ont de toute façon déjà tranché sur le sujet : "Il a purgé sa peine et beaucoup d'artistes n'ont pas, eux non plus, un passé très reluisant" estime Nicolas, 58 ans, venu avec son épouse. A voir leurs mines réjouies, on oublierait presque les slogans féministes scandés à l'entrée. 

Pour Eddy Josse, ingénieur du son sur toutes les dates, même son de cloche : "C'est une des plus belles expériences de tournée que j'aie pu faire" affirme-t-il à franceinfo. "Les annulations se sont gérées avec le tourneur, très simplement. Les deux Olympia ont été remplacés par un Zénith, alors on ne perd pas trop au change : c'est une très belle salle" constate-t-il. 

A la sortie du concert, les avis sont quasi unanimes : "C'était incroyable, magique, un de mes plus beaux concerts, j'ai pas de mots, lance Alexandra, qui rêvait de voir le chanteur sur scène depuis des années. C'était aussi une forme de soutien d'être là, avec lui"

Venus de Rennes, Viriginie et Xavier semblent tout de même un peu gênés : "On aime l'artiste. Mais on n'a pas apprécié qu'il fasse référence à son actualité entre deux chansons. Quand il dit 'courage les amis, tout n'est pas perdu' ou ironiquement 'dans ce pays où la bienveillance règne', on trouve ça too much. Il aurait dû faire preuve d'un peu plus de réserve à notre goût"