Fashion Week : de Romy Schneider à Jeanne Moreau, Chanel rend hommage aux stars hollywoodiennes dans un défilé minimaliste

La griffe a présenté, pour le dernier jour de la Fashion Week parisienne, un défilé minimaliste inspiré par le glamour hollywoodien.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Chanel revisite les looks des stars hollywoodienne avec simplicité et modernité (6 octobre 2020). (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Plusieurs actrices, égéries de Chanel, sont loin de Paris pour cause du Covid mais le glamour hollywoodien est présent dans un défilé minimaliste, au dernier jour de la Fashion week.

Modernité et sobriété

Le logo Chanel en blanc surplombe un podium tout aussi immaculé, comme le panneau Hollywood de l'empire du cinéma à Los Angeles. Sous les verrières du Grand Palais, lieu traditionnel des shows Chanel, les invités sont priés de garder leur masque, blanc, même pour les selfies sur fond du décor, passage obligé.

Défilé Chanel au Grand Palais, 6 octobre 2020. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Les tabourets blancs sont espacés avec des lettres formant le nom Chanel et le logo en double C entrelacé. Il faut rester assis en attendant le spectacle et il est interdit de poser les sacs sur ces barrières qui pourtant s'y prêtent.

L'ambiance est loin de l'effervescence habituelle de ces rendez-vous mais le défilé est maintenu, bien que Paris, en zone d'alerte maximale Covid, vive sa première journée de restrictions encore plus draconiennes.

La griffe a opté pour le minimalisme. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Un hommage aux actrices hollywoodiennes

Dans ce contexte, Virginie Viard, directrice artistique de Chanel, fait un clin d'oeil aux actrices "qui nous font tant rêver". De Gabrielle Chanel en passant par Karl Lagerfeld, décédé en février 2019, la maison a créé des looks mémorables à l'écran et dans la vie des stars du cinéma, comme Romy Schneider ou Jeanne Moreau.

Chanel a choisi de rendre hommage aux actrices d'Hollywood. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

"Je pensais aux actrices au moment du 'photo call', sur le tapis rouge, ce moment où elles sont interpellées par les photographes (...). Et puis les fans qui les attendent derrière les barrières, ce côté très vivant du cinéma hors du cinéma, c'est ce que j'aime", explique Virginie Viard dans la note d'intention du défilé.

La scénographie est repensée pour que les mannequins ne se croisent pas et restent à la bonne distance les unes des autres. Certaines s'arrêtent devant les rangs des spectateurs et prennent des poses, comme les actrices sur le tapis rouge ou comme cela se faisait autrefois lors de la présentation des collections.

Défilé Chanel, 6 octobre 2020. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

"Je voulais que ce soit très joyeux, coloré, très vivant aussi", mais "sans tomber dans la citation vintage", souligne Virginie Viard. En blanc et noir, les couleurs fétiches de Chanel, les tenues sont brodées de sequins, des voilettes noires apportent une touche vintage habillée. Les sacs, minuscules, se portent comme pochettes ou comme collier. Sandales à talons ou mocassins, côté chaussures, on peut choisir entre glamour ou casual (décontracté).

Au défilé Chanel du 6 octobre 2020, les sacs se font minuscules. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Jill Kortleve, une "fille d'à côté" sur les podiums

Aux côtés des incontournables tailleurs-jupe de tweed écrus ou noirs, la maison multiplie sur un registre plus jeune et décontracté les tailleurs avec bermuda, des jeans aux teintes fluo et des tee-shirts imprimés des lettres Chanel façon néons.

Les t-shirts se parent d'inscriptions façon néon (6 octobre 2020). (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Chose rare sur les podiums parisiens, la Hollandaise Jill Kortleve, qui revendique son attitude body positive et ses mensurations de "fille d'à côté", loin de la minceur habituelle des mannequins, défile pour la deuxième fois pour Chanel. Elle porte un pantalon rose fluo à taille haute avec une fine ceinture bijou, une brassière noire sous une cape transparente, découvrant sa taille et son décolleté.

La mannequin hollandaise Jill Kortleve lors du dernier défilé Chanel de la Paris Fashion Week, le 6 octobre 2020. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

La mannequin, qui mélange les origines hollandaise, surinamaise, indonésienne et indienne, incarne, selon Vogue "avec fraîcheur cette nouvelle garde de mannequins curvy super healthy". Avec des formes et super saine.

"Bonne nouvelle, le mouvement s'est propulsé jusqu'à Paris", relève le magazine. Paris pourtant plus réticent que le monde anglo-saxon à mettre en valeur les mannequins rondes - honnies par Lagerfeld - où Jill Kortleve avait déjà défilé pour Alexander McQueen ou Mugler.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.