Agression de Salman Rushdie : le jeune homme poursuivi pour "tentative de meurtre" et "agression" plaide non coupable

L'Américain de 24 ans avait été arrêté immédiatement après avoir poignardé à plusieurs reprises l'auteur des "Versets sataniques", lors d'une conférence à Chautauqua, dans l'Etat de New York.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Hadi Matar est accusé de "tentative de meurtre" et "agression" contre Salman Rushdie, à Mayville (Etats-Unis), le 18 août 2022. (ANGELA WEISS / AFP)

L'homme interpellé après l'attaque contre Salman Rushdie, l'auteur des Versets sataniques poignardé à plusieurs reprises le 12 août, a plaidé non coupable de "tentative de meurtre" et "d'agression" devant le tribunal de Mayville, dans l'Etat de New York, jeudi 18 août.

Arrêté immédiatement après les faits, Hadi Matar, un Américain de 24 ans, est accusé d'avoir poignardé l'écrivain lors d'une conférence à Chautauqua, dans l'Etat de New York. Il avait déjà plaidé non coupable lors d'une audience de procédure samedi. Le juge a choisi de le maintenir en détention, sans caution, avant une nouvelle comparution prévue pour le 7 septembre. Hadi Matar risque jusqu'à 25 ans de prison pour "tentative de meurtre" et jusqu'à sept ans pour "agression".

Après une période sous assistance respiratoire, Salman Rushdie était "sur la voie du rétablissement" dimanche, selon son agent. L'écrivain est depuis 1989 la cible d'une fatwa (un décret religieux) de l'ayatollah iranien Rouhollah Khomeini le condamnant à mort après la publication du roman Les Versets sataniques, considéré comme blasphématoire par certains musulmans fondamentalistes. L'Iran a nié toute implication dans l'attaque, mais en a profité pour fustiger le romancier : "Seuls Salman Rushdie et ses partisans mériteraient d'être blâmés", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Salman Rushdie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.