Etats-Unis : l'écrivain Salman Rushdie est "sur la voie du rétablissement" après son agression au couteau

L'écrivain britannique, réfugié aux Etats-Unis, a été violemment poignardé vendredi lors d'une réunion publique à Chautauqua, dans l'Etat de New York.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'écrivain Salman Rushdie, le 16 novembre 2019, à Vienne (Autriche). (HERBERT NEUBAUER / APA-PICTUREDESK / AFP)

Les nouvelles sont rassurantes. L'écrivain Salman Rushdie, 75 ans, poignardé à plusieurs reprises vendredi au centre culturel de Chautauqua (Etat de New York, Etats-Unis), est "sur la voie du rétablissement", a annoncé dimanche 14 août son agent Andrew Wylie, cité par des médias américains.

Il n'est plus sous assistance respiratoire et "la voie du rétablissement a commencé", a indiqué Wylie dans un communiqué transmis notamment au Washington Post. "Les blessures sont graves, mais son état évolue dans la bonne direction", a ajouté l'agent.

"Nous sommes soulagés", réagit sa famille

Menacé de mort depuis une fatwa de l'Iran de 1989, un an après la publication de son livre Les Versets sataniques, l'écrivain britannique naturalisé américain a été poignardé une dizaine de fois vendredi dans l'Etat de New York (nord-est des Etats-Unis) par un jeune Américain de 24 ans, Hadi Matar.

Dans un communiqué publié sur Twitter, son fils, Zafar Rushdie, confie que la famille est "très soulagée" que l'écrivain ne soit plus sous assistance respiratoire. Malgré la gravité des blessures, "son sens de l'humour est intact". "Nous sommes très reconnaissants envers les personnes de l'assistance qui se sont bravement portées à son secours et lui ont apporté les premiers soins", précise le communiqué.

Des médias d'Etat iraniens "jubilent" 

"Son combat est le nôtre, universel", avait lancé Emmanuel Macron, tandis que le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres s'était déclaré "horrifié". Mais dans des pays musulmans, l'attaque a été saluée par des extrémistes.

En Iran, le quotidien ultraconservateur Kayhan a félicité "cet homme courageux et conscient de son devoir qui a attaqué l'apostat et le vicieux Salman Rushdie" et le journal Javan a écrit dimanche qu'il s'agissait d'un complot des Etats-Unis qui "veulent probablement propager l'islamophobie dans le monde".

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a déclaré dimanche que des médias d'Etat iraniens "jubilaient" après l'agression de l'intellectuel. "C'est abject", a-t-il observé dans un communiqué.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Salman Rushdie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.