Année blanche pour les intermittents, fonds d'indemnisation... Ce qu’il faut retenir des annonces d’Emmanuel Macron pour la culture

Le président a annoncé plusieurs mesures pour soutenir le secteur culturel, durement frappé par la crise, après une réunion avec des artistes. 

Le président Emmanuel Macron et le ministre de la Culture Franck Riester présentent des mesures pour la culture. 
Le président Emmanuel Macron et le ministre de la Culture Franck Riester présentent des mesures pour la culture.  (LUDOVIC MARIN / POOL)

Emmanuel Macron a dévoilé ce mercredi 6 mai les premières mesures pour accompagner la culture, secteur fortement touché par la crise sanitaire, comptabilisant 1,3 million d'emplois. Le président a échangé par visioconférence avec des artistes de différents domaines. Parmi eux, la chanteuse Catherine Ringer, les réalisateurs Eric Tolédano et Olivier Nakache, le metteur en scène Stanislas Nordey, l'écrivain Aurélien Bellanger, l'actrice Sandrine Kiberlain...

>> Suivez l'actualité autour du Covid-19 dans notre direct

Emmanuel Macron a notamment précisé le calendrier de réouverture des lieux culturels. "Le 11 mai, les musées, sans qu'il y ait trop de brassages, les galeries d'art, les librairies, doivent pouvoir rouvrir", a indiqué le chef de l'Etat lors de sa visioconférence. "On doit aussi pouvoir rouvrir les théâtres pour que les gens puissent répéter en respectant les consignes", avant un point "fin mai, début juin" concernant l'accueil du public, a-t-il ajouté. Parmi les mesures annoncées pour accompagner le secteur culturel, le président a déclaré qu'il souhaitait prolonger de douze mois, "jusqu'à août 2021", les droits des intermittents du spectacle à l'assurance chômage.

Année blanche pour les intermittents 

Tout en annonçant cette "année blanche" très attendue par le secteur culturel, le chef de l'Etat s'est dit convaincu qu'il allait "donner suffisamment confiance pour que quasiment, on n'en ait pas besoin". "On va donner, avec beaucoup de projets, les heures" qui permettront aux intermittents de "ne pas activer ces dispositifs", a-t-il dit.

Spécificité française, le régime des intermittents concerne 100 000 artistes et techniciens indemnisés chaque année, une main d'oeuvre cruciale. Pour obtenir l'assurance chômage, ils doivent avoir travaillé 507 heures sur douze mois. Or avec les annulations et l'absence de perspectives, très peu pourront cumuler les cachets nécessaires. Le sort des intermittents était une des plus importantes revendications du monde de la culture, qui se plaignait d'être le grand "oublié" des autorités dans la crise sanitaire.

Faire revivre les lieux de création 

"Il faut que les lieux de création revivent", en s'adaptant aux contraintes de l'épidémie, "sans doute en inventant un nouveau rapport au public", a souligné le président Macron, comptant sur le "bon sens" et la "créativité" du secteur. 

Un fonds d'indemnisation pour les tournages annulés 

Le président a annoncé la création d'un fonds d'indemnisation "temporaire" pour les tournages annulés et dans l'incapacité de reprendre, le secteur n'étant pas assuré contre les pandémies. "On va mettre (les assureurs, les banques) devant leurs responsabilités", a déclaré le chef de l'Etat, visant une reprise des tournages "au cas par cas" après fin mai. C'est à cette période qu'il pourrait décider de la réouverture de nouveaux lieux culturels.

Des aides pour la musique et les festivals

Le ministre de la Culture Franck Riester a rappelé que les rassemblements de plus de 5 000 personnes ne pourront se tenir "avant fin août". Une mesure qui touche notamment les nombreux festivals de l'été. Le ministre a annoncé la création d'un "fonds festivals" (musique, danse, théâtre, cirque, cinéma...), "en lien avec les collectivités territoriales". Le Centre national de la musique, créé en 2020, bénéficiera d'une enveloppe de 50 millions d'euros pour "accompagner les acteurs de la musique", a indiqué le ministre. 

Exonération des cotisations pour les artistes-auteurs 

Les artistes-auteurs auront droit à une exonération de leurs cotisations sociales pendant quatre mois. Le ministre de la Culture a également déclaré que les artistes pourront "se faire rembourser des loyers", par exemple d'ateliers, et seront aidés par "un fonds de solidarité" qui sera accessible dès mi-mai. 

Un grand programme de commandes publiques 

Emmanuel Macron a annoncé le lancement d'un "grand programme de commandes publiques" visant notamment les "jeunes créateurs de moins de 30 ans", avec l'ambition d'"inventer une saison hors norme" et d'aller chercher les publics parfois oubliés du monde de la culture. 

Le renforcement de l'éducation artistique et culturelle 

"Utilisons cette période pour faire une révolution de l’accès à la culture et à l'art", a avancé le président, appelant à "organiser le temps de l’école différemment". Les écoles qui vont rouvrir pourraient avoir "besoin d'intermittents" ces prochaines semaines, a-t-il insisté. Franck Riester a, de son côté, précisé la création d'une plateforme pour mettre en relation les artistes et l'Education nationaleEmmanuel Macron a également appelé le monde de la culture à aider à "inventer" un "été différent" et "apprenant" pour les "millions de jeunes" qui ne partiront pas en vacances. 

Faire "contribuer les plateformes" à la création audiovisuelle française

Concernant l'audiovisuel, première branche du secteur culturel, le président a plaidé pour la transposition "avant la fin 2020" de la directive européenne SMA (services de médias audiovisuel). Cette réglementation prévoit de rééquilibrer les règles entre les chaînes de télévision, soumises à de nombreuses obligations, et les plateformes en ligne, en les faisant contribuer à la création audiovisuelle française.