"C'est un loisir majeur, qui est dans tous les foyers" : le soulagement des vendeurs de jeux vidéo, autorisés à ouvrir malgré le confinement

La vente de jeux vidéo fait désormais partie des commerces dits essentiels, au même titre que les librairies et disquaires. Le chiffre d'affaires du secteur a battu un nouveau record l'année dernière.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Les magasins de jeux vidéo sont autorisés à ouvrir dans les départements soumis à un nouveau confinement, en mars 2021. Photo d'illustration. (AURELIE LADET / MAXPPP)

Avec les libraires et les disquaires, ils font désormais partis des commerces dits essentiels. Les magasins de jeux vidéo peuvent rester ouverts dans les départements soumis au confinement en raison de l'épidémie de Covid-19. Une forme de reconnaissance pour l'une des principales industries culturelles françaises, dont le chiffre d'affaires a atteint un record en 2020 avec de plus de 5,3 milliards d'euros. Les vendeurs comme les joueurs sont soulagés.

Garder un lien en jouant avec ses amis

"On est très contents que ce soit essentiel" : Najwa, 42 ans, est ravie que les sorties à Paris, malgré le confinement, ne se résument pas aux courses au supermarché. Elle est venue dans un magasin de jeux vidéo du 15e arrondissement pour trouver de quoi occuper ses enfants : "Tu regardes et tu me dis quand il y a un truc qui t'intéresse", dit-elle à son fils, adepte des jeux en réseau. "Pendant le confinement, ça a participé à ce qu'il garde aussi un lien avec ses amis", explique Najwa. L'adolescent n'a pas encore réussi à convertir sa mère mais s'il devait lui conseiller un jeu, ce serait Mario Kart, les célèbres courses de combat de Nintendo. 

Les clients défilent dans le magasin. Un père de famille avec ses deux jeunes filles, fans de Pokemon, reconnaît que "cela reste toujours une échappatoire pour tous, avoir un petit dépaysement pour sortir un peu de ce Covid." Il y a aussi Jean, 34 ans, gameur et défend défenseur de l'industrie des jeux vidéo : "C'est de la culture, les jeux vidéo, parce que l'on parle de musique, de direction artistique, d'écriture, de mise en scène. Je vous parle bien de jeux vidéo, oui !"

"C'est important au même titre que les films, que la lecture. On en a besoin en tous cas."

Jean, gameur de 34 ans

à franceinfo

Les magasins de jeux vidéo classés commerces essentiels, c'est une bataille gagnée pour Nicolas Vignolles, délégué général du SELL, le syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs : "On l'a appris avec beaucoup de joie parce que c'est enfin mettre le jeu vidéo à la juste place qu'il occupe dans le quotidien des Français. Quand vous avez 71% d'entre eux en 2020 qui jouent au moins une fois par semaine aux jeux vidéo, c'est aujourd'hui un loisir qui est majeur, qui est dans tous les foyers."

Les jeux vidéo "essentiels" : reportage de Benjamin Illy
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.