Coupe du monde de football : la France freinée d'entrée par la Jamaïque, victoires sans convaincre pour la Suède et les Pays-Bas... Ce qu'il faut retenir de la journée de dimanche

Les Bleues ont concédé un match nul, dimanche, contre la Jamaïque (0-0). Avant cela, les Pays-Bas ont logiquement dominé le Portugal tandis que la Suède s'est imposée in extremis contre l'Afrique du Sud.
Article rédigé par Robin Joanchicoy, franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Caroline Seger avec la Suède face à l'Afrique du Sud, lors de la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande et en Australie, le 23 juillet 2023. (ANDREW CORNAGA / SIPA)

Une contre-performance d'entée pour la France. Les joueuses de Hervé Renard ne sont pas parvenues à faire mieux qu'un match nul contre la Jamaïque (0-0), dimanche 23 juillet. Après les débuts réussis des États-Unis, championnes du monde en titre, les deux autres nations présentes sur le podium de la dernière Coupe du monde entraient également en scène. Finalistes de l'édition précédente, les Pays-Bas l'ont emporté sans briller contre le Portugal (1-0), grâce à un but de Stephanie van der Gragt. L'Afrique du Sud n'est pas passée loin de l'exploit face à la Suède mais s'est inclinée dans les dernières minutes de la rencontre (1-2). Voici ce qu'il faut retenir des derniers matchs du week-end.

Triste première pour les Bleues

Dans un Sydney Football Stadium acquis à la cause des Jamaïcaines, les Françaises sont restées muettes (0-0) alors que l'opposition face la 43e nation mondial laissait présager d'un match déséquilibré. Gênées par l'impact physique proposé par les Reggae Girlz, notamment de l'attaquante star Khadija Shaw, les demi-finalistes du dernier Euro ont eu du mal à assoir leur domination et ont concédé le nul.

Kadidiatou Diani a eu pas moins de cinq bonnes situations pour ouvrir le score mais a manqué de réussite. Avec un seul point pris, la France laisse le champ libre au Brésil - qui joue lundi le Panama -pour prendre la tête de la poule.

Cinquième Mondial avec la Suède pour Caroline Seger, un record

Caroline Seger, initialement annoncée forfait pour cette rencontre face à l'Afrique du Sud, a finalement disputé quelques minutes lors du premier match de la Suède. Entrée à la place d'Elin Rubensson à la 81e minute de jeu, la capitaine emblématique des Blagult a ainsi entamé la cinquième Coupe du monde de sa carrière, un record historique dans le pays scandinave.

Les conteurs de fables diront qu'elle a été le supplément d'âme nécessaire à la victoire de son équipe, arrachée à la dernière minute du temps réglementaire. Mais la véritable histoire de Caroline Seger sous la tunique jaune et bleu garde encore un goût d'inachevé.

Depuis sa première sélection en 2005, la joueuse de 38 ans n'a jamais ramené de titre majeur au pays, qui l'attend depuis l'Euro 1984. Deux fois troisième du Mondial (2011, 2019), double médaillée d'argent aux JO (2016, 2020) et trois fois demi-finaliste de l'Euro (2005, 2013, 2022), Caroline Seger a tout tenté pour atteindre le Graal, sans succès pour l'instant.

L'attaque des Pays-Bas à la peine

En l'absence de la meilleure buteuse de son histoire, Vivianne Miedema (115 sélections, 95 buts), touchée aux ligaments croisés du genou, l'attaque des Pays-Bas était attendue. Dès la 10e minute, l'ouverture du score de Stephanie van der Gragt, à la suite d'un coup de pied de coin, aurait pu laisser croire à un festival offensif. Il n'en a rien été.

La gardienne du Portugal a empêché les Pays-Bas de faire le break en réalisant une parade exceptionnelle face à Danielle van de Donk.
1er tour : l'énorme parade d'Ines Pereira ! La gardienne du Portugal a empêché les Pays-Bas de faire le break en réalisant une parade exceptionnelle face à Danielle van de Donk.

Si elles n'ont jamais été réellement inquiétées par les offensives portugaises, les Oranje n'ont pas non plus brillé dans la moitié de terrain adverse. Les vice-championnes du monde n'auront trouvé le chemin des filets qu'à une reprise sur leurs douze tentatives. Le sélectionneur néerlandais Andries Jonker a quatre jours pour trouver la bonne formule avant d'affronter les États-Unis, bourreaux des Pays-Bas lors du dernier Mondial.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.