Coupe du monde de football : Kadidiatou Diani en échec, Estelle Cascarino dépassée... Les notes des Bleues après le nul face à la Jamaïque

Pour son entrée dans la Coupe du monde, l'équipe de France n'a pu faire mieux qu'un match nul, dimanche, face aux Reggae Girlz (0-0).
Article rédigé par Gabriel Joly, franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 3 min
Kadidiatou Diani au duel avec la défenseure jamaïcaine, Allyson Swaby, lors de France-Jamaïque (0-0), à Sydney, le 23 juillet 2023. (FRANCK FIFE / AFP)

Débuts manqués pour les Bleues. Pour son entrée en lice dans sa Coupe du monde, l'équipe de France d'Hervé Renard a concédé le match nul contre la Jamaïque (0-0) dimanche 23 juillet, au Sydney Football Stadium. En difficulté face à l'omniprésente Khadija Shaw, la défense, incarnée par Estelle Cascarino, a parfois peiné. De son côté, Kadidiatou Diani a eu les occasions d'ouvrir le score mais est finalement restée muette.

Pauline Peyraud-Magnin : 5/10

Jamais inquiétée, la gardienne turinoise a d'abord évolué haut avant de se raviser après un dégagement envoyé en touche (6e). Elle s'est montrée vigilante sur le coup franc puissant de Khadija Shaw, seule véritable tentative jamaïcaine (40e).

Maëlle Lakrar : 4/10

Auteure de performances remarquées lors des matchs de préparation contre l'Irlande et l'Australie, la latérale est rentrée dans le rang à Sydney. Ses centres n'ont que trop peu souvent trouvé preneuses. Même si elle aurait pu ouvrir le score sur un corner en fin de match (87e).

Wendie Renard : 5/10

Son duel accroché face à Khadija Shaw est à l'image de son match. Bougée d'entrée par un tête-contre-tête avec l'attaquante (3e), la capitaine française a ensuite maintenu le bateau bleu à flot. Sa présence dans la surface jamaïcaine a amené du danger jusqu'à la pause, puis elle a provoqué l'exclusion de "Bunny" dans le temps additionnel de la seconde période (90e+2).

Estelle Cascarino : 3/10

Fébrile, la défenseure de Manchester United a régulièrement gêné les interventions défensives de Wendie Renard et s'est illustrée par une flopée de passes dangereuses et dégagements complètement manqués (10e, 16e, 19e, 42e, 67e).

Sakina Karchaoui : 4/10

Agacée à partir du moment où elle a reçu une semelle (38e), l'arrière gauche a rendu une copie globalement neutre. Ses adversaires jamaïcaines ne l'ont pas prise dans son dos, mais son apport sur le front de l'attaque a été pauvre.

Clara Mateo : 5/10

Titulaire pour pallier numériquement l'absence de Selma Bacha, blessée, Clara Mateo a joué dans un rôle d'électron libre. Directement dans le rythme quand ses partenaires apparaissaient dépassées, elle a baissé d'intensité après avoir été avertie (14e), en continuant pour autant de distribuer de bons ballons. Remplacée par Vicki Becho (65e), intéressante sur le flanc droit.

Sandie Toletti : 3.5/10

La milieu madrilène a traversé la première période comme un fantôme. À contretemps, à l'image d'une passe de Sakina Karchaoui qu'elle a laissé passer devant elle (33e), Sandie Toletti a essayé de faire mieux au retour des vestiaires, sans franchement peser.

Grace Geyoro : 4.5/10

On espérait qu'elle ferait danser les Reggae Girlz dans l'entrejeu. Mais Grace Geyoro a souffert face à l'impact physique mis par les Caribéennes (9e, 22e). Barrée, elle a parfois tenté de prendre l'aile droite, en vain.

Amel Majri : 5/10

Dans une première période où les Bleues ne sont jamais parvenues à poser leur jeu, la patte gauche de la jeune maman a été l'une des rares armes efficaces pour envoyer des ballons dans la surface sur coups de pied arrêtés (28e, 35e). Remplacée par Kenza Dali (65e).

Kadidiatou Diani : 5/10

Sevrée de ballons durant la première demi-heure, l'ex-Parisienne s'est ensuite procuré les meilleures opportunités. Mais elle a pêché dans le dernier geste, que ce soit du droit après un bon décalage de Clara Matéo (34e), ou de la tête lorsque sa reprise s'est échouée sur la transversale (89e).

Eugénie Le Sommer : 5/10

L'attaquante tricolore a vite compris qu'elle ne toucherait pas beaucoup le cuir si elle ne décrochait pas plus. Pour sa 17e rencontre en Coupe du monde - un record en bleu - la Lyonnaise aurait bien pu s'offrir une passe décisive si Kadidiatou Diani avait été plus tranchante (53e), mais elle n'a jamais été dans une position idéale pour marquer.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.