Tour de France 2023 : vent de soulagement chez Soudal-Quick Step après la victoire de Kasper Asgreen

Le Danois permet à son équipe d'enchaîner un onzième Tour de France couronné d'au moins un succès par édition, grâce à sa victoire à Bourg-en-Bresse jeudi.
Article rédigé par Hortense Leblanc - De notre envoyée spéciale sur le Tour de France
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Kasper Asgreen entouré de coéquipiers après sa victoire à Bourg-en-Bresse sur la 18e étape du Tour de France 2023. (MARTIN DIVISEK / AFP)

Pas de Fabio Jakobsen pour offrir une victoire d’étape à Soudal-Quick Step sur une étape promise aux sprinteurs ? Pas de problème, pour Kasper Asgreen. Le Danois a pris ses responsabilités pour amener un premier succès à son équipe sur le Tour de France 2023, jeudi 20 juillet, à Bourg-en-Bresse, au terme d’une échappée victorieuse qui remonte le moral de ses coéquipiers. 

Le Wolfpack ("la meute de loups", surnom que se donne l’équipe Soudal-Quick Step) peut enfin hurler en meute, après la victoire de l’un des siens sur la Grande Boucle. Frustrés depuis le début de la course, les coureurs de la formation belge ont laissé entendre des cris de joie et sûrement de soulagement, au retour à leur bus, jeudi soir à Bourg-en-Bresse.

Equipe habituée à la victoire, la Soudal-Quick Step n’avait plus que quatre occasions de lever les bras sur ce Tour de France, dont une arrivée certaine au sprint, dimanche, sans sprinteur dans ses rangs, puisque Fabio Jakobsen a été contraint à l’abandon avant la 12e étape, pas suffisamment remis de sa chute à Nogaro quelques jours plus tôt. 

Le Danois Kasper Asgreen (Soudal Quick-Step), échappé depuis le kilomètre 0, a cru jusqu'au bout en ses chances de remporter la victoire du côté de Bourg-en-Bresse. Tout en maîtrise dans les 500 derniers mètres, il a contrôlé ses trois autres adversaires et résisté au retour en force du peloton et des sprinters.
Etape 18 - Kasper Asgreen : "J'avais un petit peu coché la journée d'aujourd'hui" Le Danois Kasper Asgreen (Soudal Quick-Step), échappé depuis le kilomètre 0, a cru jusqu'au bout en ses chances de remporter la victoire du côté de Bourg-en-Bresse. Tout en maîtrise dans les 500 derniers mètres, il a contrôlé ses trois autres adversaires et résisté au retour en force du peloton et des sprinters.

"C’est vrai que le Tour a été un petit peu difficile pour nous avec l’abandon de Fabio. On s’est vraiment battus durement les deux dernières semaines, on n'était toujours pas très loin, mais on n’a jamais pu accrocher une victoire. Moi, j’avais un petit peu coché l’étape d’aujourd’hui, et même celle de demain. J’étais vraiment motivé pour essayer de rendre quelque chose à l’équipe, à mes coéquipiers et à tous ceux qui nous aident", raconte Kasper Asgreen. "On n’avait pas encore gagné, on avait un peu la pression, reconnaît son coéquipier Rémi Cavagna. C’est une belle victoire, ça remonte le moral à l’équipe"

Comme la saison des classiques, un Tour de France sauvé de justesse

Habituée aux victoires sur le Tour de France, l’équipe belge a gagné au moins une étape sur chacune des dix dernières éditions de la Grande Boucle. Ne pas y parvenir cette année aurait été un échec. "Bien sûr, ce Tour de France pour le moment, ce n’est pas ce que nous avions prévu dans les objectifs. Mais c’est une équipe qui gagne toujours sur le Tour et elle l’a encore prouvé aujourd’hui", s’est réjoui Franck Alaphilippe, entraîneur. "Je suis très content pour Kasper, on l’a vu s’améliorer tous les jours. Le printemps n’était pas parfait, mais il a montré beaucoup de caractère", complète Tom Steels, directeur sportif.

Le printemps n’avait en effet déjà pas été brillant pour la formation belge, dont la saison des classiques flandriennes et ardennaises avait été sauvée par la victoire de Remco Evenepoel sur Liège-Bastogne-Liège

Une nouvelle fois, l’équipe a sauvé sa Grande Boucle jeudi, récompensée de ses prises d’initiatives. "Je dois dire que Julian Alaphilippe a une très grande part dans cette victoire, car comme Kasper, il n’a pas arrêté d’essayer de partir en échappée, et ça a maintenu haut l’esprit de l’équipe, poursuit Tom Steels, c’est un jour qui restera dans les mémoires".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.