Tour de France 2022 : pour le phénix Mark Cavendish, la belle histoire ne se répétera pas

Malgré ses quatre incroyables succès sur le Tour 2021, le coureur britannique, recordman du nombre de victoires d'étapes, n'a pas été retenu par l'équipe Quick-Step Alpha Vinyl, lundi.

Article rédigé par
Tom Nouvian - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Le Britannique Mark Cavendish lors de sa victoire à Châteauroux (Indre), le 1er juillet 2021. (GUILLAUME HORCAJUELO / AFP)

Il est l'autre grand absent de ce Tour. Le sprinteur Mark Cavendish ne sera pas sur la ligne de départ lorsque le coup d'envoi du Tour de France sera donné à Copenhague, vendredi 1er juillet. Son équipe, l'écurie belge Quick-Step Alpha Vinyl, n'a pas retenu le coureur de 37 ans parmi ses huit participants à la Grande Boucle. La nouvelle était plus attendue que l'absence son coéquipier Julian Alaphilippe. Depuis le début de la saison, son équipe préfère aligner le sprinteur Fabio Jakobsen (25 ans).

"Je suis triste de ne pas pouvoir défendre mon maillot vert ou d'écrire une peu plus encore un page d'histoire dans la course de vélo la plus incroyable au monde. Mais, comme toujours, j'encouragerai mes coéquipiers chaque jour", a réagi, lundi 27 juin, sur ses réseaux sociaux le sprinteur britannique.

Recordman de victoires sur le Tour

Si l'absence de Mark Cavendish marque, c'est surtout du fait de sa fantastique performance en 2021. Quatre victoires d'étapes... cinq ans après son dernier succès sur la Grande Boucle. Il est même entré dans la légende du Tour en remportant la 13e étape de l'édition 2021 entre Nîmes et Carcassonne, égalant le record de victoire d'étapes sur le Tour de France de la légende Eddy Merckx (34). Une renaissance alors que huit mois plus tôt, en novembre 2020, un Cavendish sans contrat envisageait de raccrocher. 

Mark Cavendish remporte la 13e étape lors d'un sprint massif à Carcassonne et égale Eddy Merckx au record du nombre de victoires sur la Grande Boucle. Le Britannique termine devant Michael Morkov et Jasper Philipsen.

L'histoire de Mark Cavendish est intimement liée au Tour, pour le meilleur et pour le pire. Son premier vrai traumatisme en course a eu lieu à Vittel, en 2017, lors de la 4e étape de la Grande Boucle. Le Britannique (qui roulait pour l'équipe Dimension Data) a été ce jour-là projeté à terre après un coup de coude de Peter Sagan, qui l'a totalement bloqué à quelques encablures de la ligne d'arrivée. Cavendish a abandonné le soir même, tandis que Sagan a été disqualifié.

Cet accident a été un tournant clé dans la carrière du natif de l'île de Man. "Oui, depuis ce sprint avec Sagan, j'ai peur. Je n'avais jamais eu peur. Tu ne peux plus contrôler ce que les autres font maintenant. Voilà ce qui me fait peur", déclarait-il à L'Equipe (article pour les abonnés) en juillet 2018. Cavendish n'était plus que l'ombre de la légende qu'il a écrite entre 2008 et 2015 sur la route. Il a chuté à nouveau l'année suivante lors de la course Milan-Sanremo, en mars 2018. Bilan : une côte cassée et plusieurs mois de mise à l'écart des guidons.

Les galères se sont enchaînées jusqu'à ce que Cavendish touche le fond. Malgré son statut de héros national en Grande-Bretagne, il n'est pas retenu par l'équipe britannique pour participer aux Jeux olympiques de Tokyo. Un énième camouflet pour le coureur qui a révélé en avril 2020 au journal anglais The Times (article en anglais) avoir souffert d'une dépression clinique, lui qui avait auparavant souffert du virus Epstein-Barr (une maladie apparentée à la mononucléose qui accentue la fatigue).

Face au mur, Cavendish s'est tourné vers Patrick Lefevere, le directeur de la formation belge Deceuninck-Quick-Step (aujourd'hui Quick-Step Alpha Vinyl), qui accepte de l'intégrer à son effectif pour la saison 2021, à condition qu'un sponsor prenne en charge son salaire. "Je lui donne la chance que personne ne veut lui donner, explique alors Lefevere à Cyclingnews (article en anglais)Mais pour moi, il part de zéro." Six mois plus tard, grâce à de bons résultats et le forfait inattendu de l'Irlandais Sam Bennett, "le Cav'" était de retour sur le Tour de France. A la clé, ses 31e, 32e, 33e et 34e victoires d'étape, ainsi qu'un deuxième maillot vert de meilleur sprinteur, dix ans après celui remporté en 2011. 

Seul un miracle...

Mais cette année, Quick-Step Alpha-Vinyl n'a pas fait dans les sentiments. Malgré un 161e succès en carrière, lors des championnats de Grande-Bretagne, et une victoire sur la troisième étape du Tour d'Italie 2022, Cavendish n'a pas pu bousculer la hiérarchie et le Néerlandais Fabio Jakobsen, vainqueur à dix reprises cette saison. La possibilité de voir le Britannique battre le record d'Eddy Merckx n'a pas pesé dans la décision des patrons de la formation belge. 

Seul le forfait d'un autre coureur de Quick-Step Alpha-Vinyl pourrait changer les choses, alors que Tim Declercq, positif au Covid-19, a été remplacé par le champion de France Florian Senechal. Pour "the man from Man" (l'homme de Man), il ne s'agirait pas du premier miracle. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tour de France 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.