Tour de France 2023 : qui pour empêcher Jasper Philipsen de signer une troisième victoire au sprint ? La 7e étape en questions

Le Tour perd en altitude et s'éloigne des Pyrénées pour rejoindre Bordeaux, vendredi, à l'occasion de la septième étape.
Article rédigé par Quentin Ramelet, franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Jasper Philipsen (Alpecin-Deceuninck), à gauche, devance son rival Caleb Ewan (Lotto-Dstny) à l'occasion du sprint massif de la 4e étape du Tour de France, le 4 juillet 2023, à Nogaro. (JASPER JACOBS / AFP)

Après les premières grandes manœuvres, provoquées par le tenant du titre Jonas Vingegaard et Tadej Pogacar, le Tour de France quitte définitivement le sud-ouest de la France et ses Pyrénées. La septième étape de cette 110e édition de la Grande Boucle, vendredi 7 juillet, ralliera Mont-de-Marsan à Bordeaux sur un parcours plat de bout en bout, et dont le final est promis aux sprinteurs.

Quel est le profil ?

De la plaine, du plat, une toute petite difficulté histoire de donner un point au classement du meilleur grimpeur. Voilà en gros ce qui attend le peloton, pour ce septième jour de course. Les coureurs devront ainsi parcourir 169,9 km, au départ de Mont-de-Marsan, pour rejoindre Bordeaux. Après avoir traversé les Landes pendant 70 km, le sprint intermédiaire de Grignols, à 80 km de la ligne d'arrivée, marquera plus ou moins l'entrée en Gironde.

La seule petite côte de Béguey (1,2 km à 4,4% de moyenne) viendra mettre un peu de lactique dans les grosses cuisses des sprinteurs. Ceux-ci, enfin, se retrouveront 39 km plus tard dans les rues bordelaises pour en découdre dans un emballement final très attendu.

Le profil de la 7e étape du Tour de France 2023, entre Mont-de-Marsan et Bordeaux (169,9km). (ASO)

Qui sont les favoris ?

Après deux grosses journées particulièrement difficiles dans les Pyrénées, les sprinteurs sont de retour pour faire le spectacle. Et à ce jeu-là, qui d'autre que le Belge Jasper Philipsen (Alpecin-Deceuninck) pour figurer tout en haut de la liste des favoris ? Avec deux victoires d'étape déjà à son compteur, à Bayonne et à Nogaro, il pourra à nouveau compter sur son train d'enfer et la puissance de sa dernière rampe de lancement, Mathieu van der Poel. En revanche, tout n'est pas joué d'avance. Un sprint, sur la Grande Boucle particulièrement, reste imprévisible.

Outre les chutes, nombreuses à l'occasion du final de la 4e étape, il faudra compter sur plusieurs autres prétendants, tous en quête d'une première victoire. Caleb Ewan (Lotto Dstny) et Phil Bauhaus (Bahrain-Victorious), à deux reprises sur le podium en début de semaine, ont une revanche à prendre. Wout van Aert (Jumbo-Visma), Mark Cavendish (Astan Qazaqstan Team), à la chasse au record absolu de victoires d'étapes (co-détenu actuellement avec Eddy Merckx avec 34 succès), ou encore Dylan Groenewegen (Team Jayco AlUla), voudront également s'illustrer alors que Bryan Coquard (Cofidis), quatrième à Nogaro mardi, constituera la meilleure chance tricolore avec Christophe Laporte (Jumbo-Visma).

Quels sont les horaires ?

13h00 : début de la retransmission sur France 3 et france.tv
13h15 : départ fictif
13h30 : départ réel (bascule sur France 2 à 15 heures)
17h07 : arrivée prévue (à une moyenne de 47 km/h) à Bordeaux

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.