Nouvel An : sur le Vendée Globe, les derniers ont été les premiers à passer en 2021

Les skippers de la partie de la flotte la plus à l'ouest sont déjà passés à la nouvelle année, alors que plus à l'est, la tête de la course est encore pour quelques heures en 2020.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le skipper japonais Kojiro Shiraishi. (THOMAS DEREGNIEAUX)

"J'ai la chance de fêter ce Nouvel an dès maintenant !", s'est réjoui Manuel Cousin, actuel 22e au classement du Vendée Globe, sur franceinfo. À l'instant où il parle, il est 11 heures du matin, jeudi 31 décembre à Paris. Mais pour lui, c'est déjà vendredi 1er janvier : le skipper se trouve au sud de la Nouvelle-Zélande, en plein océan Pacifique, à l'ouest de la ligne de changement de date. Et pour les skippers mieux classés, qui sont déjà un peu plus à l'est, au-delà de cette ligne imaginaire, qui suit en grande partie le 180e méridien (ou antiméridien), c'est encore pour quelques heures le 31 décembre.

>> 2021 : suivez le passage à la nouvelle année dans notre direct 

Qu'est-ce que ça fait d'être parmi les premiers à passer en 2021 ? "J'espère que ce sera mieux que 2020, même si nous, on a eu la chance de prendre part au Vendée Globe, confie Manuel Cousin, à bord de Groupe Sétin. Évidemment, on a tous connu ce que tout le monde connaît aujourd'hui avec la pandémie, il est à souhaiter à tout le monde que tout ça s'améliore, et on espère effectivement qu'avec le vaccin, ça va se résorber."

Un réveillon en compagnie des albatros

Manuel Cousin bénéficie de relatives bonnes conditions de navigation, même si le temps est "frais, 3 à 4 degrés". Mais le marin veut aussi partager son bonheur d'être en mer : "On voit en permanence des albatros, qui nous suivent et planent majestueusement derrière le bateau, c'est vraiment magnifique. Ils ne remuent jamais vraiment les ailes, ils planent. On n'est jamais tout seul, finalement."

"Les albatros jouent avec le flux d'air des voiles du bateau. Ils sont très très grands, c'est impressionnant, plusieurs mètres d'envergure."

Manuel Cousin, skipper sur le Vendée Globe

franceinfo

À l'heure où il s'est confié à franceinfo, Manuel Cousin n'avait pas encore "consommé" son réveillon. "J'ai eu quelques pépins techniques, donc mon 31 était un peu spécial. J'ai travaillé toute la journée mais je viens de finir, et ce soir j'avoue que je vais me préparer un bon repas. Ma famille, mes proches, ma femme l'ont préparé dans un sac spécial."

Le réveillon en mer : jour normal pour les uns, bon dîner pour les autres

Parmi les navigateurs du Vendée Globe, certains ne profitent pas beaucoup de leur soirée de réveillon. Le leader de la course, Yannick Bestaven, n'a rien prévu de particulier : "C'est une soirée comme les autres, j'aurai une pensée pour la famille, les amis à terre qui vont fêter ça et puis voilà." En comparaison, sur le monocoque de Maxime Sorel, 9e de la course, c'est Byzance : "Ma compagne m'avait préparé deux repas : un pour Noël et un pour la Saint-Sylvestre."

"Je crois qu'il y a encore du foie gras, et le reste, normalement ça va être des pâtes, comme à Noël, parce que j'adore ça. Je compte bien marquer le coup !"

Maxime Sorel, skipper sur le Vendée Globe

à franceinfo

Marquer le coup, oui, mais à quelle heure ? Heure du bateau, heure universelle ou heure de la maison ? L'Allemand Boris Hermann, 6e de la flotte, a tranché : "Je le fête à l'heure européenne. Un petit apéro et un bon petit truc."

Pour les premiers de la flotte, sur les mêmes fuseaux horaires que l'Amérique du Nord, la bascule sur la nouvelle année attendra encore un peu. Ils fêteront la nouvelle année après la métropole, entre 7 heures et 9 heures, heure de Paris. Pour les derniers au classement, en revanche, c'est déjà 2021.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.