Violences sexuelles dans le patinage : Didier Gailhaguet démissionne de son poste de président de la Fédération française des sports de glace

Plusieurs anciennes patineuses ont accusé trois entraîneurs différents d'avoir abusé d'elles entre la fin des années 1970 et le début des années 1990, quand elles étaient adolescentes.

Didier Gailhaguet annonce qu\'il démissionne de son poste de président de la Fédération française des sports de glace, le 8 février 2020 à Paris.
Didier Gailhaguet annonce qu'il démissionne de son poste de président de la Fédération française des sports de glace, le 8 février 2020 à Paris. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

"Dès demain, le ministère se sentira libéré". Didier Gailhaguet, président de la Fédération française des sports de glace (FFSG), a annoncé sa démission samedi 8 février à l'issue d'une réunion organisée dans les locaux de l'instance. 

Une décision prise après plus d'une semaine de crise sans précédent dans le sport français, déclenchée par une vague de révélations de violences sexuelles. Plusieurs anciennes patineuses ont accusé trois entraîneurs différents d'avoir abusé d'elles entre la fin des années 1970 et le début des années 1990, quand elles étaient adolescentes. Didier Gailhaguet est soupçonné d'avoir passé sous silence une partie de ces agissements.

Il dénonce une "dictature ministérielle"

"Dans le souci de pur apaisement, j'ai pris avec philosophie, avec dignité mais sans amertume aucune devant son injustice, la tête haute, la sage décision de démissionner de mon poste", a-t-il déclaré devant la presse, à Paris.

"Devant la dictature ministérielle et la menace un peu honteuse d'un retrait de l'agrément, pas un seul instant il ne m'est venu à l'idée de pouvoir être un frein à ma fédération que j'ai reconstruite patiemment depuis près de 15 ans", a-t-il ajouté. "Il est temps devant l'onde de choc de passer à une autre séquence, celle de l'apaisement".