"C'est honteux" : une association de lutte contre les risques de pédocriminalité dément travailler avec la Fédération française des sports de glace

Lors d'une conférence de presse mercredi, le patron du patinage français, Didier Gailhaguet, a assuré mener des actions de prévention avec une association, Colosse aux pieds d'argile. Celle-ci dément, sur Facebook et auprès de franceinfo. 

Le président de la Fédération française des sports de glace, Didier Gailhaguet, lors d\'une conférence de presse à Paris, le 5 février 2020. 
Le président de la Fédération française des sports de glace, Didier Gailhaguet, lors d'une conférence de presse à Paris, le 5 février 2020.  (FRANCK FIFE / AFP)

Il s'est défendu pendant une heure et demie, accusé d'avoir couvert des violences sexuelles dans le patinage français. Le président de la Fédération française des sports de glace, Didier Gailhaguet, a tenu une longue conférence de presse pour justifier son maintien à ce poste, mercredi 5 février. Une réponse à la ministre des Sports, Roxana Maracineanu, qui réclame sa démission, et des propos qui ont fait réagir l'association Colosse aux pieds d'argile. 

"Il n'y a pas eu un seul cas [de violences sexuelles] sous ma présidence qui n'ait pas été traité", a ainsi assuré Didier Gailhaguet. Et le président de la Fédération d'ajouter : "Je n'ai absolument pas protégé Gilles Beyer", l'entraîneur accusé de viol par deux anciennes patineuses, Hélène Godard et Sarah Abitbol. 

Lors de sa conférence de presse, Didier Gailhaguet a assuré mener des actions de prévention avec Colosse aux pieds d'argile, une association luttant contre les risques de pédocriminalité et de bizutage dans les milieux sportifs. Ces déclarations ont immédiatement fait réagir l'association, qui a démenti sur Facebook. 

"C'est honteux" 

Contacté par franceinfo, le directeur de l'association, l'ancien rugbyman Sébastien Boueilh, dit "ne pas accepter" les propos tenus par Didier Gailhaguet. "Se servir de l'association comme bouclier de défense (...), c'est honteux. On ne cautionne pas du tout", a réagi le fondateur de Colosse aux pieds d'argile, lui-même victime de viols pendant son adolescence. "Je vais voir avec mon service juridique pour [des poursuites pour] propos diffamatoires", annonce à franceinfo Sébastien Boueilh. 

Le fondateur de l'association assure que la patineuse Nathalie Péchalat, ambassadrice de Colosse aux pieds d'argile, a voulu, chaque année depuis trois ans, les faire intervenir auprès de la Fédération des sports de glace pour des actions de sensibilisation, lors de rassemblements de jeunes sportifs. 

Elle a toujours essuyé des refus. On lui a répondu : 'Nous n'avons pas de problème de pédophilie dans la fédération', 'Nous n'avons pas le budget pour vous faire intervenir'... Il y avait toujours une excuse et rien n'a jamais été fait.Sébastien Boueilh, fondateur de l'association Colosse aux pieds d'argileà franceinfo

Sébastien Boueilh assure également n'avoir "jamais été reçu" par Didier Gailhaguet et ne pas avoir encore été contacté par la fédération depuis le début du scandale. "Même si Didier Gailhaguet ne culpabilise pas, il doit quitter la fédération pour l'aspect éthique et moral", réclame l'ex-rugbyman. "Une personne au courant et qui ne signale pas, c'est un danger." 

Son association prévoit une action prochaine de sensibilisation auprès du club Les Français volants, dont Gilles Beyer était membre. "On va sensibiliser les enfants de 5 à 15 ans, on va sensibiliser tous les adultes du club, les professionnels comme les parents", explique-t-il.