Cet article date de plus de six ans.

Tour de France : quand les agriculteurs perturbent la course

Des éleveurs bretons ont bloqué les camions de Carrefour et de Cochonou pour les empêcher de participer à la caravane. Et deux étapes des Alpes sont sous la menace d'un blocage.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Les coureurs du Tour de France, le 11 juillet 2015 entre Rennes (Ille-et-Vilaine) et Mûr-de-Bretagne (Côtes d'Armor). (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Avec son exposition médiatique, le Tour de France est un moyen idéal pour faire entendre ses revendications. Les agriculteurs l'ont bien compris. Samedi 11 juillet, les éleveurs bretons s'en sont pris à la caravane de l'édition 2015, en bloquant les véhicules de certains sponsors sur la 8e étape entre Rennes (Ille-et-Vilaine) et Mûr-de-Bretagne (Côtes d'Armor). Et leurs collègues provençaux ont menacé de perturber la course lors de son passage dans les Alpes.

>> Regardez la 8e étape en direct avec francetv sport.

Cochonou et Carrefour privés de caravane en Bretagne

Stars de la caravane, les 2CV à carreaux rouges et blancs de Cochonou n'ont pas distribué de saucissons sur les routes de Bretagne. Chahuté lors de l'étape Abbeville - Le Havre, le groupe a préféré ne pas aligner ses voitures au départ des étapes Livarot-Fougères et Rennes-Mur-de-Bretagne. Selon la FRSEA Bretagne, qui accuse le groupe "d'abuser les consommateurs" sur l'origine de la viande de ses produits, "la présence de Cochonou sur le Tour de France est ressentie comme une énième provocation envers les producteurs agricoles".

Carrefour avait lui prévu de rouler en Bretagne. Mais, samedi, vers 5 heures, un groupe d'agriculteurs a bloqué les camions, stationnés pour la nuit à Lohéac, où était donné le départ de la 8e étape Rennes - Mûr-de-Bretagne. "Partagez vos marges, sauvez l'élevage", proclamait une pancarte des éleveurs à l'adresse de l'enseigne de la grande distribution. En marge du parcours du Tour, les agriculteurs bretons ont poursuivi ce samedi leurs actions visant la grande distribution et les coopératives, comme à Châteaulin (Finistère) et Vitré (Ille-et-Vilaine).

Une menace de blocage dans les Alpes

Le Tour est attendu de pied ferme dans les Alpes-de-Haute-Provence. Les syndicats agricoles et d'éleveurs de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca) ont menacé samedi de bloquer les coureurs pour protester contre "l'inefficacité des mesures" face aux attaques du loup. Les syndicats exigent que le loup ne soit plus considéré comme une espèce protégée par la Convention de Berne. "Certains (éleveurs) se sentent abandonnés et sont prêts à tout pour faire entendre leur désespoir", écrivent-ils dans ce courrier.

"Des actions coup de poing ne sont pas exclues: certains éleveurs sont prêts à bloquer et à perturber le passage du Tour de France", a précisé Jean-Paul Comte, président de la fédération régionale des syndicats d'exploitants agricoles (FRSEA) de la région Paca. Les étapes menacées sont la 17ème, entre Digne-les-Bains et Pra-Loup, et la 18ème étape, de Gap à Saint-Jean-de-Maurienne, les 22 et 23 juillet.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tour de France 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.