Tour de France : "On a moins de certitudes que les autres années, c'est une évidence", admet Christian Prudhomme

Avant le départ, le directeur du Tour de France a confié sur franceinfo ses doutes quant au déroulement de la compétition.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Christian Prudhomme masqué à Nice le 19 août 2020 (VALERY HACHE / AFP)

"On a moins de certitudes que les autres années, c'est une évidence comme absolument tout dans notre vie aujourd'hui", explique ce samedi 29 août sur franceinfo Christian Prudhomme, le directeur du Tour de France, alors que le grand départ doit être donné depuis Nice à 14 heures.

Il admet notamment à propos de l'arrivée à Paris le 20 septembre qu'"on n'est jamais sûrs de rien"."Nous avons dû nous adapter bien évidemment pour l'organisation, avec des centaines de réunions qui ont eu lieu depuis le mois d'avril avec les autorités, avec le ministère de l'Intérieur ou le ministère des Sports, mais aussi avec les autorités de santé et puis avec le monde du cyclisme", précise-t-il.

Bien sûr que sur un aspect populaire, ce sera moins fort qu'à l'ordinaire

Christian Prudhomme

à franceinfo


"Il y aura des spectateurs sur les routes, non pas au départ et à l'arrivée", mais "des gens étalés" tout le long de l'étape, assure Christian Prudhomme. A propos des étapes de montagne, "27 cols ou côtes du Tour de France seront soumis à filtrage avec des effectifs des forces de sécurité intérieure qui ne laisseront passer que les gens à pied, à vélo, dans les transports collectifs mis en place par les collectivités, donc ça veut dire qu'il y aura beaucoup moins de monde", développe le directeur du Tour. "J'espère en tout cas qu'on n'aura pas les émergumènes qui courent à côté des coureurs et qui risquent de les faire tomber à tout moment. Bien sûr que sur un aspect populaire, ce sera moins fort qu'à l'ordinaire, mais comme toute notre vie depuis le mois de mars."


"Le Tour de France et le cyclisme en général ont aussi une force particulière par rapport à d'autres disciplines sportives, c'est le décor. Dans un stade vide, c'est moche, mais il y a quand même des émotions", continue Christian Prudhomme. "Les coureurs du Tour de France, dans un décor tellement plus beau, qui est celui de notre France vue d'en haut, ils vont transmettre des émotions. On préférerait tous que ça se passe comme d'habitude mais il faut s'adapter, il faut vivre avec."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.