Cet article date de plus de trois ans.

Naomi Osaka : pas de pitié pour ses aînées !

Plus jeune vainqueur d’Indian Wells depuis Ana Ivanovic en 2008, la Japonaise Naomi Osaka donne un sacré coup de jeune au circuit féminin. A seulement 20 ans, son ascension palpable depuis deux ans semble inarrêtable. Du haut de son mètre quatre-vingt, la native d’Osaka a tout simplement écrasé une partie de l’état-major de la WTA lors du tournoi californien. Elle n’en est pourtant pas à son premier coup d’essai. L’heure est déjà à la confirmation.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Avant même les questions des journalistes en conférence de presse, Naomi Osaka rigole, comme tout au long d’Indian Wells. La japonaise de 20 ans s’est amusée de ses prestigieuses adversaires sans encombres. Tour à tour, elle a terrassé Maria Sharapova (6-4 6-4), Agnieszka Radwanska (6-3 6-2), Karolina Pliskova (6-2 6-3) ou encore la numéro 1 mondiale Simona Halep (6-3 6-0). Avant elle, seules deux joueuses non tête de série avaient remporté ce tournoi : Kim Clijters et Serena Williams. Deux semaines accomplies qui viennent confirmer un parcours déjà extrêmement prometteur.

Osaka, l’ascension en deux temps

La joueuse née d'une mère japonaise et d'un père haïtien ne débarque pas de nulle part. Déjà en 2016, celle qui possède également la nationalité américaine marque son empreinte. Elle réalise une saison complète à tout juste 18 ans : troisième tour de l'Open d'Australie, de Roland Garros et de l'US Open. Elle devient alors un espoir du tennis japonais, sans pour autant en maitriser sa langue. Ses parents ont déménagé à New-York lorsque Naomi avait 3 ans. Entre sa première brillante saison et son sacre à Indian Wells la semaine dernière, la joueuse fait le dos rond, apprend et s’offre ses deux premières victoires contre des top 10, face à Vénus Williams (Open de Hong Kong) et Angélique Kerber (US Open).

Le coup de force

La jeune prodige rajeunit le tennis féminin avec force et détermination. Contrairement à son adversaire en finale Daria Kasatkina, détentrice d’un super touché de balle, la nippone balaie ses adversaires à coup de massue. Entre puissance, agressivité et intelligence tactique. Elle possède ce point commun avec son modèle Serena Williams.

Pour marcher dans les pas de son idole, Naomi Osaka a choisi Sascha Bajin comme entraîneur, ancien coach de la cadette des sœurs Williams. Reste à savoir s’il parviendra à installer sa joueuse, désormais 22mondiale, durablement dans le top 10. Pour ce faire, rendez-vous demain à Miami où la Japonaise retrouvera, dès le premier tour, une joueuse 495e mondiale en phase de reprise nommée Serena Williams.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.