"Vous allez me manquer" : Serena Williams parle de sa prochaine retraite, affirmant que le "compte à rebours a commencé"

La légende du tennis a écrit un long texte pour le magazine "Vogue", publié mardi. Elle ne laisse guère de place au doute quant à son avenir.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Serena Williams lors de sa victoire contre Nuria Parrizas Diaz, le 8 août 2022 à Toronto (Canada). (VAUGHN RIDLEY / GETTY IMAGES / AFP)

Sa fin de carrière semble proche. Sans clairement l'annoncer, Serena Williams a laissé entendre qu'elle prendrait bientôt dans sa retraite, dans un texte publié par le magazine américain Vogue (article en anglais), mardi 9 août. "Si je dois choisir entre construire mon CV de tenniswoman ou construire ma famille, je choisirai la seconde option", a affirmé la détentrice de 23 tournois du Grand Chelem, âgée de 40 ans.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Serena Williams (@serenawilliams)

Celle qui confie n'avoir "jamais aimé le mot 'retraite'" a, de plus, publié un post Instagram laissant peu de place au doute. "Le compte à rebours a commencé, je vais savourer ces quelques semaines à venir", a ainsi ajouté Serena Williams.

"J'aurais dû avoir 30 tournois du Grand Chelem"

Dans son texte publié dans Vogue, Serena Williams confie désirer, avec son mari, un deuxième enfant. Celle qui a poussé la WTA à instaurer un congé maternité pour les sportives professionnelles (avec 12 tournois de classement protégé pour maternité, au lieu de 8, lors d'une absence supérieure à 52 semaines), précise cependant ne vouloir "absolument pas être enceinte, à nouveau, en tant qu'athlète".

"J'ai besoin d'avoir les deux pieds dans le tennis ou les deux pieds en dehors."

Serena Williams, gagnante de 23 titres du Grand Chelem

à "Vogue"

A la naissance de sa fille Olympia, en 2017, Serena Williams avait contracté une embolie pulmonaire, aggravée par sa césarienne, et avait frôlé la mort. De retour sur les courts, à peine huit mois après avoir accouché, la championne n'avait pas hésité à renverser les usages en allaitant sa fille y compris en plein tournoi du Grand Chelem. Elle était alors parvenue à atteindre la finale de Wimbledon, en 2018, moins d'un an après avoir accouché. Un tour de force pour celle qui confie avoir subi une dépression postpartum.

Serena Williams lors du tournoi de Roland-Garros, le 30 mai 2019. Sur sa jupe est écrit "Femme, mère, championne". (MEHDI TAAMALLAH / AFP)

Malgré son retour dans le top 10 mondial, l'Américaine n'a, depuis, plus gagné de Grand Chelem, tout en atteignant trois autres finales (US Open 2018 et 2019, Wimbledon 2019). Elle reste ainsi à une longueur du record de Margaret Court (24 titres). "Je mentirais si je disais que je ne veux pas ce record. Bien sûr que je le veux, explique Williams dans Vogue. Mais au quotidien, je n'y pense pas à elle. Si je suis en finale de Grand Chelem, alors oui, je pense à ce record. Peut-être que j'y ai trop pensé, et que ça ne m'a pas aidée. A mon avis j'aurais dû avoir 30 tournois du Grand Chelem. (...) Mais je n'y suis pas arrivée. (...) Mais j'ai gagné 23 fois, et ça va. En fait, c'est même extraordinaire".

L'US Open comme dernière danse ?

La native de Saginaw (Michigan) termine son texte en s'adressant à ses fans : "Je ne suis pas douée pour dire au revoir, je suis la pire au monde. Mais s'il vous plaît, sachez que je vous suis plus reconnaissante que je ne pourrai jamais l'exprimer. (...) Vous allez me manquer."

Cette annonce intervient alors que l'Américaine devrait prendre part à l'US Open, prévu du 29 août au 11 septembre. Le tournoi new-yorkais, où elle a triomphé à six reprises, pourrait ainsi constituer le théâtre de ses adieux. "Je ne sais pas si je serai prête pour l'emporter à New York. Mais je vais essayer", assure-t-elle. Elle semble sur de bons rails : Williams a remporté son premier match depuis 430 jours au tournoi WTA 1000 de Toronto (Canada), lundi. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Serena Williams

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.