Vidéo Roland-Garros : "C'est une blague, que fait-on ici ?" La Biélorusse Azarenka proteste contre le mauvais temps

"Ça devient un peu ridicule (...) Il fait trop froid", a dit l'ancienne numéro un mondiale, dimanche, alors qu'elle affrontait la Monténégrine Danka Kovinic sur le court Suzanne-Lenglen et qu'une averse gênait la rencontre.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La Bélarusse Victoria Azarenka lors d'un match contre la Montégrine Danka Kovinic sur le court Suzanne-Lenglen de Roland-Garros, à Paris, le 27 septembre 2020. (CHRISTIAN HARTMANN / REUTERS)

Sale temps pour Roland-Garros, les joueuses et les joueurs. La Biélorusse Victoria Azarenka, récente finaliste de l'US Open, a poussé l'arbitre à interrompre le match qu'elle disputait, dimanche 27 septembre, contre la Monténégrine Danka Kovinic sur le court Suzanne-Lenglen. L'ancienne numéro un mondiale a refusé d'attendre dans le froid (relatif) qu'une averse passe. En effet, la quinzaine parisienne, décalée fin septembre-début octobre à cause de la pandémie de Covid-19, a débuté sous un temps humide et frisquet (11°C), accompagné de rafales de vent.

"Ça devient un peu ridicule. Vous ne voyez pas ce qui est en train de se passer ? (...) Il fait trop froid", a dit Victoria Azarenka. "On ne peut pas tenir sa raquette parce que c'est trop humide", a expliqué la Biélorusse. "C'est une blague, que fait-on ici ?" a encore demandé Victoria Azarenka avant de quitter le court, avant même que l'arbitre ne prononce la suspension du match. "Je ne vais pas attendre ici parce que j'ai froid."

De la pluie prévue pour les jours à venir

La partie a repris une trentaine de minutes plus tard. Azarenka a finalement passé un tout petit peu plus d'une heure (61 minutes) sur la terre battue parisienne pour s'imposer en deux sets contre Kovinic 6-1, 6-2. Au 2e tour, elle sera opposée à la Tchèque Anna Karolina Schmiedlova ou de l'Américaine Venus Williams.

"Bonjour tout le monde", a ironisé Azarenka sur le court après sa victoire. "Je suis contente d'avoir pu finir et je vais pouvoir regarder tout le monde lutter avec ces conditions difficiles", a-t-elle ajouté en souriant. Les prévisions météorologiques n'augurent rien de vraiment meilleur pour les deux semaines qui viennent.

Outre la grisaille, la pluie et les températures fraîches, le tournoi de Roland-Garros se tient cette année dans des conditions exceptionnelles en raison de la pandémie. Le nombre de spectateurs est extrêmement limité (1 000 spectateurs par jour contre environ 37 000 par jour lors de l'édition 2019) et les joueurs doivent suivre un protocole strict. "Ce ne sont pas les conditions idéales, mais j'ai envie de dire que c'est mieux que rien", a commenté l'ancien tennisman Paul-Henri Mathieu, consultant tennis de franceinfo. "On a peur du test positif, car les conséquences sont assez énormes. La situation est anxiogène, et c’est fatigant mentalement", a témoigné la Française Caroline Garcia auprès de francetvsport.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.