Coronavirus : "Nous ne raisonnons ni sur l'hypothèse d'une annulation ni sur l'hypothèse d'un report" de Roland-Garros, affirme la FFT

"Nous ne raisonnons ni sur l'hypothèse d'une annulation ni sur l'hypothèse d'un report du tournoi" de Roland-Garros à cause du coronavirus, déclare à franceinfo Jean-François Vilotte, directeur général de la Fédération Française de Tennis. Les Internationaux de France de tennis doivent en théorie se tenir du 18 mai au 7 juin porte d’Auteuil, à Paris (16e arrondissement).

Des spectateurs lors du tournoi de Roland Garros 2019.
Des spectateurs lors du tournoi de Roland Garros 2019. (THOMAS SAMSON / AFP)

Les tournois professionnels de tennis sont suspendus jusqu'au 26 avril, à cause du coronavirus. C'est la décision prise par l'ATP, l'organisation qui gère le circuit professionnel masculin de tennis ce jeudi 12 mars. Par conséquent, les tournois d'Indian Wells, de Miami, Houston, Marrakech, Monte-Carlo, Barcelone et Budapest sont annulés. Et après le 26 avril ? La pression se fait plus forte sur Roland Garros, qui doit débuter le 18 mai.

Franceinfo : Envisagez-vous l’annulation ou le report de Roland-Garros ?

François Vilotte : Aujourd’hui, nous ne raisonnons ni sur l'hypothèse d'une annulation ni sur l'hypothèse d'un report du tournoi. Par contre, nous travaillons à différents scénarii d'organisation du tournoi, comme des procédures passives afin de limiter les risques. Par exemple, la distribution d'un certain nombre de kits de protection, la diminution des temps d'attente ou encore la fluidification des conditions d'entrée.

Parmi les procédures envisagées, cela peut également être une diminution de la jauge du nombre de spectateurs.François Vilotte, dircteur général de la Fédération Française de Tennis.sur franceinfo

Je rappelle qu'on joue le tournoi sur 13 hectares, c'est-à-dire que nous avons la capacité de gérer la répartition des spectateurs. On a donc un certain nombre de variantes d'organisation que nous sommes en train d'étudier et que nous concerterons avec les autorités publiques en tenant le compte des évolutions de la crise sanitaire.

Avez-vous l’intention d’interdire l’entrée du stade à des personnes habitant dans les zones à risque ?

Si, au moment du tournoi, c'est à dire fin mai, il y avait des zones de concentration, de la contamination du virus, nous envisagerions, le cas échéant, en fonction de l'origine des spectateurs, des mesures d'annulation de leurs billets. Mais ça fait partie de toutes les solutions que nous envisageons pour être responsable dans l'organisation du tournoi.

Un tournoi de Roland-Garros à huis clos est-il possible ?

Tous les scénarii sont envisageables, mais celui-là n'est évidemment pas le scénario souhaitable ni privilégié. Donc, pour l'instant, nous privilégions d'autres solutions d'organisation que le huis clos. Je rappelle qu'en toute hypothèse, un tournoi, ce sont des salariés, des personnels, des prestataires d'organisation, même quand il n'y a pas de spectateurs. Ça n'est donc évidemment pas l'hypothèse que nous privilégions à ce stade.