Cet article date de plus d'un an.

Open d'Australie 2023 : Rafael Nadal annonce six à huit semaines d'absence à la suite de sa blessure à Melbourne

Vaincu en trois manches dès le deuxième tour et blessé à la hanche lors de ce match, le numéro 2 mondial restera éloigné des terrains pour un bon moment.
Article rédigé par franceinfo: sport avec AFP
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Rafael Nadal en pleine souffrance lors de son match du deuxième tour de l'Open d'Australie, le 18 janvier 2023. (STRINGER / AFP)

Rafael Nadal a annoncé, jeudi 19 janvier, que la blessure à la hanche dont il a souffert la veille durant son match du deuxième tour de l'Open d'Australie, durant lequel il s'est incliné contre l'Américain MacDonald McKenzie, demanderait six à huit semaines de récupération.

"J'ai passé des examens médicaux après ma défaite hier (mercredi). L'IRM a montré une lésion du deuxième degré du muscle ilio-psoas de la jambe gauche. Je vais maintenant me reposer et effectuer une thérapie anti-inflammatoire. La durée de récupération normale est de six à huit semaines", écrit l'Espagnol sur son compte Twitter.

Il devrait donc manquer la tournée américaine des mois de février et mars (avec les deux premiers Masters 1000 de la saison, Indian Wells et peut-être même Miami fin mars), et ne pourrait donc revenir sur le circuit que pour la saison sur terre battue.

A bientôt 37 ans, Rafael Nadal, qui multiplie les problèmes physiques depuis plusieurs mois, se lancera dans la conquête d'un 15e Roland-Garros, si son corps le lui permet. A l'issue de sa défaite et dans l'attente d'un  diagnostic précis, il déclarait : "Il est évident que c'est fatigant et frustrant d'avoir passé autant de temps dans ma carrière en récupération, à essayer de revenir. Je l'ai assez bien accepté et je l'ai plutôt bien supporté. Mais ces sept derniers mois ont encore été une période compliquée." Les années passent, et sa résilience se fait peut-être moins forte.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.