Alizé Cornet en quart de finale de l’Open d’Australie, "une juste récompense", selon le capitaine des Bleues

Julien Benneteau se réjouit d'une "saison qui démarre bien".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Alizé Cornet tombée à genou après avoir décroché la qualification pour les quarts de finale de l'Open d'Australie le 24 janvier 2022. (MARTIN KEEP / AFP)

"C'est une juste récompense de tous les efforts qu'elle fait depuis de nombreuses années", se réjouit lundi 24 janvier sur franceinfo Julien Benneteau, capitaine de l'équipe de France de Fed Cup après la qualification d’Alizé Cornet en quart de finale de l’Open d’Australie. Elle est la seizième Française à atteindre ce niveau en Grand Chelem, la première depuis 2017. "Au-delà de la performance physique et mentale dont elle a fait preuve 'tennistiquement' à certains moments, elle était tout simplement plus forte que Simona Halep", juge-t-il.

>> Open d'Australie : le rêve continue pour Cornet, Collins renversante, l'émotion de Swiatek... Ce qu'il faut retenir des matchs du jour dans le tableau féminin

franceinfo : Ça vous surprend qu'elle atteigne aujourd'hui ce niveau dans ce tournoi ?

Julien Benneteau : Non ça ne me surprend pas. Elle joue très bien au tennis depuis pas mal de mois.

"L'abnégation, la ténacité, les forces morales et physiques, c'est ce qui caractérise Alizé."

Julien Benneteau, capitaine de l'équipe de France de Fed Cup

à franceinfo

Quand j'ai pris mes fonctions, je lui ai dit qu'elle avait tout pour être une grande joueuse de Fed Cup parce que justement, ces qualités-là font qu'elle est très dure à battre et aujourd'hui, elle l'a prouvé. Au-delà de la performance physique et mentale dont elle a fait preuve "tennistiquement" à certains moments, elle était tout simplement plus forte que Simona Halep.

Il y a la régularité et la constance. Elle est toujours dans les 100 premières mondiales depuis des années. Il manquait un exploit de cette nature, c’est un déclic aussi ?

Je ne sais pas si elle a été très forte très jeune. Elle a atteint la douzième place mondiale assez tôt, il y a une dizaine d'années, 13 ans, elle a eu la balle de match pour aller en quart de finale ici à l'Open d'Australie, en 2009. Donc, c'est une juste récompense de tous les efforts qu'elle fait depuis de nombreuses années. Maintenant, elle peut aller encore plus loin. Elle est très exigeante avec elle-même. Elle est exigeante avec les personnes qui l'entourent. C'est une femme qui est très franche aussi et qui sait dire les choses directement mais toujours de manière assez constructive quand il s'agit d'un sujet sensible. C’est une personne qui s'intéresse aussi à beaucoup de choses. Elle a écrit un livre, elle va certainement en écrire un autre et n’a pas que le tennis dans sa vie. Quand elle est sur le terrain, elle montre justement toute ces facettes-là : intelligence de jeu, essayer de chercher des solutions, de faire l'adversaire, de jouer avec cette force. Et aujourd'hui, elle l'a fait à merveille.

Alizé Cornet ou Gaël Monfils ou les deux en demi-finale, à l'Open d'Australie, ça serait bien pour le tennis français ?

Oui, on est sorti d'une année 2021 compliquée en Grand Chelem. On n'avait pas été habitué à ça. Premier tournoi du Grand Chelem de l'année. On a deux joueurs en quarts de finale avec une vraie carte à jouer, donc la saison démarre bien et on espère que ce n'est pas terminé. Je reste le plus longtemps possible à Melbourne.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Open d'Australie 2023

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.