Roland-Garros : Novak Djokovic en demi-finale, le public répond présent

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 4 min.
Roland Garros : le point à la mi-journée du 10 juin
FRANCE 3
Article rédigé par
J-S. Fernandez, E. Bach, G. Michel, A. Fajon, A. Grenier - France 3
France Télévisions

Rafael Nadal et Novak Djokovic étaient au rendez-vous, mercredi 9 juin, à Roland-Garros. Ils se sont qualifiés pour les demi-finales. Le public était présent lui aussi, en plus grand nombre, avec 14 000 personnes au total. 

Les joueurs de tennis Rafael Nadal et Novak Djokovic se sont tous deux qualifiés pour les demi-finales, mercredi 9 juin, au tournoi de Roland-Garros. "C'est une affiche rêvée", décrit le journaliste Jean-Sébastien Fernandez, "on avait coché cette date lors du tirage au sort, et bien, on l'aura demain." Le Serbe n'a pas caché sa joie à la fin du match, qui s'est déroulé sans public à cause du couvre-feu.

Une fin de match sans public

Le public était présent, mercredi 9 juin, à Roland-Garros pour les matchs de quarts de finale : 5 000 personnes dans le stade Phillippe Chatrier, 14 000 sur tout le site. Les spectateurs étaient nombreux devant un écran géant, installé au pied du stade. Malgré l'augmentation de la jauge, les places étaient chères. "On est victimes de notre succès", analyse Guy Forget, directeur de Roland-Garros. L'ambiance était à la fête, jusqu'à ce que sonne 23 heures, heure du couvre-feu. Les spectateurs, déçus, ont été sommés de quitter le central. Le quart de finale a même été interrompu pour évacuer les retardataires. Une fin de match particulière pour Djokovic : "Je dois vraiment trouver la motivation parce que l'énergie qui était dans le public, c'est très spécial".

Au programme du jeudi 10 juin : les demi-finales femmes et le double des Français Pierre-Hugues Hubert et Nicolas Mahut. Un cours d'initiation au padel, sport de raquette dérivé du tennis, est également proposé au public.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Novak Djokovic

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.