Masters 1000 : ce qu'il faut savoir sur le tournoi de Monte-Carlo

Après son annulation en 2020 en raison de la pandémie, le Rocher accueille cette année la 104e édition du Masters 1000 de Monte-Carlo, dont le tableau final débute lundi 12 avril. Un tournoi à huis clos mais avec les meilleurs joueurs du monde qui vont tenter de succéder à l'Italien Fabio Fognini.
Article rédigé par
Publié
Temps de lecture : 6 min.
 (STEPHANE ALLAMAN / STEPHANE ALLAMAN)

• Nadal, le maître des lieux

Il avait été contraint de décliner l’invitation pour le Masters 1000 de Miami en raison d’une blessure au dos. Mais impensable pour Rafael Nadal de manquer le tournoi de Monte-Carlo. Véritable patron sur le Rocher, il fera son retour sur terre battue, son domaine de prédilection, pour tenter d’aller chercher une 12e couronne.

Depuis 2005, il monopolise la coupe ou presque. À 34 ans, le Majorquin a été sacré onze fois au Rolex Monte-Carlo Masters, soit seulement deux de moins qu'à Roland-Garros, tournoi qu'il a le plus remporté dans sa carrière.

Seuls trois joueurs ont réussi à soulever le trophée à sa place à Monte-Carlo : Novak Djokovic (2013 et 2015), Stan Wawrinka (2014) et Fognini (2019). Alors qu'il avait été contraint de céder sa place de numéro 2 mondial à Daniil Medvedev, le 15 mars dernier en raison de ses différents forfaits pour les tournois de Rotterdam, Acapulco, Dubaï et Miami, Rafael Nadal aura bien l'intention de prouver que son état de santé est revenu au beau fixe. 

• Novak Djokovic, le résistant à la relance

Il n'y en a pas beaucoup qui peuvent s'en vanter. Novak Djokovic a fait tomber le maître des lieux, Rafael Nadal, sur le court. Et pas qu'une seule fois. En 2013 (6-2, 7-6) lors de la finale, puis en 2015 mais pour la demi finale cette fois-ci (6-3, 6-3). Résident monégasque, Novak Djokovic est aujourd'hui, le seul joueur à avoir été sacré deux fois (2013 et 2015) sur le Rocher depuis l'avènement de Nadal.

Numéro 1 mondial et désormais recordman de semaines passées à la tête du classement ATP, le Serbe a les crocs. Vainqueur de l'Open d'Australie cette saison, il voudra, pour son retour à la compétition (il avait aussi déclaré forfait à Miami), effacer le souvenir de l'humiliation subie lors de son dernier face-à-face sur terre battue contre le Majorquin, en finale à Roland-Garros, en octobre dernier. Il avait été balayé 6-0, 6-2, 7-5.

• Medvedev, Zverev, Hurkacz,... les outsiders affamés 

Si la saison demeure encore particulière en raison de la crise sanitaire, celle-ci a été bénéfique pour certains joueurs. En l'absence de Rafael Nadal sur le circuit, Daniil Medvedev, grâce à son succès à l'Open 13 de Provence, s'est hissé à la 2e place du classement ATP. 

Mais en plus de Nadal, Novak Djokovic a aussi fait l'impasse sur de nombreux tournois. La relève du tennis mondial a donc saisi l'opportunité pour se faire remarquer. Diego Schwartzman s'est imposé chez lui en Argentine lors du tournoi ATP 250 de Buenos Aires. Alexander Zverev, 6e mondial, a  gagné à Acapulco face à Stefanos Tsitsipas.

Mais la plus grande surprise de ce début de saison 2021 reste très certainement Hubert Hurkacz. À 24 ans le Polonais a remporté son premier Masters 1000 à Miami. Au cours d'un duel très serré avec l'Italien Jannik Sinner, Hurkacz s'est finalement imposé 7-6, 6-4. Auparavant, il avait déjà remporté le tournoi de Delray Beach (ATP 250) en faisant tomber Sebastian Korda 6-3, 6-3. Le tennisman polonais fait alors un bond de la 37e à la 16e place au classement ATP. 

Seul Italien à avoir remporté le tournoi depuis l'ère Open, le tenant du titre, Fabio Fognini, sera lui aussi présent pour défendre son bien. Tout comme Stan Wawrinka, vainqueur en 2014 face à Roger Federer.  Seul Dominic Thiem est absent, contraint de renoncer en raison d'une blessure au pied.

• Les Français, la revanche en tête

Sur les six Français intégrés au tableau final à l'heure du tirage, deux sont en quête de confiance, de plaisir. 21 ans après Cédric Pioline, seul Tricolore de l'ère Open à avoir remporté le Rolex Monte-Carlo Masters, les espoirs de victoire finale sont donc mesurés côté tricolore.

Gaël Monfils, N.1 français et 13e joueur mondial, a fini l'Open d'Australie dès le 1er tour, en larmes. Il s'était retiré depuis du circuit où il n'a plus gagné depuis le mois de février 2020. Sur la surface qu'il affectionne le plus, qui lui permet de jouer les rallyes de fond de court pour imposer sa puissance, il aurait pu reprendre le fil de sa saison, de son tennis. Mais le Français a déclaré forfait le dimanche 11 avril au matin, jour de l'ouverture du tableau final. Il souffre d'une douleur en bas du mollet. Son retour sur terre est donc reporté.

Autre cas en plein désespoir, celui de Benoît Paire. Le 3e joueur français (33e mondial) a traversé le début de saison comme un zombie, enchaînant défaites et coups de blues publiques. Sans motivation, sans plaisir face à des stades privés de public, l'Avignonnais de 31 ans n'a remporté qu'un match en sept tournois depuis le début de l'année, contre le 1165e mondial Nicolas Jarry à Cordoba en février. Il n'a plus gagné deux rencontres consécutives depuis le tournoi d'Auckland, en janvier 2020, où il avait atteint la finale, perdue contre Ugo Humbert.

Deuxième joueur français, Humbert est dans une dynamique totalement différente. S'il avait échoué de justesse en 2019 lors des qualifications à entrer dans le tableau final, le 31e mondial a franchi bien des étapes depuis. Alors qu'il effectue un bon début de saison (entré pour la 1re fois dans le Top 30), le joueur de 22 ans, demi-finaliste à Marseille après avoir été en quarts à Montpellier, espère beaucoup sur une surface où il avait battu l'an dernier deux cadors : Daniil Medvedev (à Hambourg) et Fabio Fognini (à Rome). 

Adrian Mannarino, 35e mondial, aimerait bien revivre son épopée de 2017 où, sorti des qualifications, il avait atteint les 8e de finale après avoir notamment battu un Top 10, Jo-Wilfried Tsonga. Néanmoins, c'est la seule fois où il a franchi un tour sur le Rocher. Jérémy Chardy, N.6 français, n'a jamais franchi le cap du 2e tour sur le Rocher. En dix participations, il a été éliminé à cinq reprises dès le 1er tour. Lucas Pouille est, comme Monfils et Paire, en recherche de confiance. Tombé au 84e rang mondial, il a obtenu une wild-card pour entrer dans le tableau final, après une année 2020 presque blanche en raison de blessures. 

• Une édition à huis clos

Contrairement à l’an passé où le tournoi avait été annulé en raison de la crise sanitaire, l’édition 2021, elle, aura bien lieu, mais à huis clos. Alors que l'état d'urgence sanitaire sur le Rocher est maintenu jusqu'au 3 mai, la venue du public est donc inenvisageable. Monte-Carlo qui accueille chaque année des milliers de spectateurs promet tout de même d’"offrir un spectacle exceptionnel malgré cette période particulièrement difficile." comme l’ont annoncé les organisateurs dans un communiqué.

En plus du huis clos, un protocole sanitaire strict sera mis en place afin de veiller à la sécurité de tous les participants :  "Toutes les mesures de précautions seront prises pour protéger les joueurs et leur entourage ainsi que le propre site du tournoi qui sera strictement interdit au public." indiquait la direction du tournoi. 

-

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.