Open d'Australie : Monfils et Nadal rassurent, des Bleus en forme… Ce qu'il faut retenir des matchs du premier jour dans le tableau masculin

Les favoris ont dans l'ensemble réussi leur entrée en lice lors de la première nuit de l'Open d'Australie, lundi à Melbourne.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Gaël Monfils lors du premier tour de l'Open d'Australie 2022 contre Federico Coria, le 17 janvier 2022 à Melbourne (MARTIN KEEP / AFP)

Si jamais certains doutes subsistaient, ils semblent bel et bien dissipés pour Gaël Monfils et Rafael Nadal. Le Français, touché aux cervicales ces derniers jours, et le Majorquin, de retour en Grand Chelem après une saison 2021 tronquée, n'ont pas tremblé pour se hisser au deuxième tour de l'Open d'Australie lundi 17 janvier. Outre les deux hommes, les têtes de série ont globalement évité les frayeurs pour la première journée du tournoi dans le tableau masculin.

Expéditif et incisif, Monfils va mieux

On se posait quelques questions sur celui qui représente sur le papier la meilleure chance française à Melbourne. Mais Gaël Monfils a donné bien des gages de sécurité lundi. En forme en début de saison, avec un titre à Adélaïde, puis blessé aux cervicales ces derniers jours, la tête de série n°17 a semblé peu gêné physiquement contre l'Argentin Federico Coria. En 1h35, le Parisien s'est promené (6-1, 6-1, 6-3). Monfils n'a pas concédé la moindre balle de break et s'est appuyé sur un service bien réglé.

Son match est d'autant plus rassurant qu'avec l'expulsion d'Australie de Novak Djokovic dimanche, le tableau du Tricolore s'est considérablement éclairci. Son principal obstacle théorique sur la route vers les quarts de finale, le Chilien Cristian Garin (n°16), a dû lui s'employer pour venir à bout de l'Argentin Facundo Bagnis en 4h39 lundi (6-3, 6-4, 5-7, 6-7, 6-3). Au deuxième tour, Monfils fera face au Kazakhstanais Alexander Bublik.

Tranquilles comme Nadal et Alcaraz

Les blessures semblent aussi oubliées pour Rafael Nadal. L'ancien n°1 mondial avait dû écourter sa saison 2021, perturbé par une blessure au pied. Après une rentrée 2022 débutée par une victoire au tournoi ATP 250 de Melbourne, Nadal n'a pas connu de problème pour son premier tour contre l'Américain Marcus Giron, dominé en 1h49 de jeu (6-1, 6-4, 6-2). Comme Monfils, le Majorquin n'a pas laissé la moindre balle de break à son adversaire. Toujours aussi exigeant pour sa 70e victoire à Melbourne, l'Espagnol ne s'est pourtant pas contenté de cette prestation aboutie : "Je n'avais pas le meilleur feeling sur le court, je commets encore des erreurs, mais je me sens de mieux en mieux, malgré tout" a-t-il expliqué.

Son compatriote Carlos Alcaraz a été tout aussi impitoyable. Outsider du tournoi, la pépite de 18 ans (tête de série n°31) a laminé le qualifié chilien Alejandro Tabilo, ne lui laissant que sept petits jeux à se mettre sous la dent.

Bonzi, Mannarino et Moutet qualifiés

Après une édition 2021 morose, et aucun Français au-delà du troisième tour, l'Open d'Australie 2022 commence sur un bon ton pour les joueurs tricolores. En sus de Monfils, trois autres Bleus ont aussi passé le cap du premier tour lundi. Benjamin Bonzi a remporté son premier match en carrière à Melbourne, en dominant l'Allemand Peter Gojowczyk (6-3, 6-3, 6-3), qui restait sur un huitième de finale lors du dernier US Open. Son deuxième tour contre Karen Khachanov (tête de série n°28) lui offrira un autre défi un peu plus corsé encore.

Adrian Mannarino a pour sa part dû renverser une situation mal embarquée. Mené deux sets à un par le joueur australien James Duckworth, le joueur de 33 ans a fini par trouver la solution, au terme d'un match assez décousu (6-4, 2-6, 3-6, 6-2, 6-1). Dans le duel 100% bleu-blanc-rouge de la journée, Corentin Moutet l'a emporté contre Lucas Pouille. Ce dernier a dominé les débats en début de match, a mené d'un break dans le troisième set, avant de baisser de pied et de s'incliner en quatre manches (3-6, 6-3, 6-4, 6-3).

Norrie et Harris prennent la porte, Zverev, Berrettini et Hurkacz s'emploient

Dans l'ensemble, la nuit australienne a été moins agitée que les précédentes, avec les soubresauts du "Djokogate". Les têtes de série ont globalement évité les mauvaises surprises, même si elles ont souvent dû passer un peu plus de temps que prévu sur le court. Matteo Berrettini (n°7), contre le jeune Américain Brandon Nakashima, Hubert Hurkacz (n°10) face au Biélorusse Egor Gerasimov, Denis Shapovalov (n°14), face au Serbe Laslo Djere, et Karen Khachanov (n°28), contre l'Américain Denis Kudla, ont tous laissé un set en cours de route. La surprise de l'édition 2021 Aslan Karatsev a de son côté eu toutes les peines du monde - 107 fautes directes commises ! - avant de l'emporter après 4h52 d'un match acharné contre l'Espagnol Jaume Munar (3-6, 7-6, 6-7, 6-4, 6-4). Alexander Zverev (n°3), un des favoris de cet Open d'Australie, a évité pareil sort, mais a dû s'employer pour se défaire de son compatriote Daniel Altmeier (7-6, 6-1, 7-6).

En revanche, Cameron Norrie a déçu. Le Britannique, tête de série numéro 12, qui a été parmi les meilleures progressions du circuit la saison passée, a été balayé par Sebastian Korda (6-3, 6-0, 6-4). L'Américain de 21 ans, 40e joueur mondial (et fils de Petr Korda, vainqueur de l'Open d'Australie en 1998), a confirmé tout son talent pour son tout premier match dans le majeur australien, et ce, après avoir contracté le Covid-19, entraînant une quarantaine à son arrivée en Australie. Korda retrouvera Corentin Moutet au deuxième tour dans un affrontement prometteur.

Autre tête de série surprise d'entrée : le Sud-Africain Lloyd Harris (n°30) a été dominé par l'Australien Aleksandar Vukic, invité par les organisateurs du tournoi (4-6, 6-3, 7-5, 7-6). A noter également l'élimination du lucky loser le plus célèbre de 2022, Salvatore Caruso, appelé pour remplacer Novak Djokovic au piedlevé dans le tableau. L'Italien a été balayé par un autre Serbe, Miomir Kecmanovic (6-4, 6-2, 6-1).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Gaël Monfils

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.