"Il n'était pas tendu lors des coups critiques" : trois questions sur les soupçons de triche qui secouent le monde des échecs professionnels

Une dispute inédite oppose le champion du monde norvégien Magnus Carlsen à l'Américain Hans Niemann, accusé d'avoir triché lors de tournois physiques et en ligne.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le monde des échecs est secoué par des accusations de triche visant le jeune joueur américain Hans Niemann (photo d'illustration). (PETER GERCKE / DPA-ZENTRALBILD / AFP)

L'affaire tranche avec l'univers feutré du "roi des jeux". Depuis le début du mois de septembre, le champion du monde d'échecs, le Norvégien Magnus Carlsen, accuse de triche son rival américain, Hans Niemann, dont la carrière a récemment décollé.

Après avoir refusé deux parties avec Niemann, tout en gardant le silence sur ses raisons, Magnus Carlsen a fini par l'accuser ouvertement de fraude dans un communiqué (en anglais) publié sur Twitter lundi 26 septembre. Franceinfo revient sur ce dossier qui inquiète jusqu'à la fédération internationale d'échecs.

1Qui sont les deux joueurs concernés ?

A l'origine de ce scandale, Magnus Carlsen, 31 ans, champion du monde en titre, qui squatte les sommets de la discipline depuis 2013. Originaire de Tønsberg, en Norvège, il détient par ailleurs le titre de "Grand maître international" d'échecs. Ses premières victoires marquantes remontent à son adolescence, notamment lorsqu'il bat, à l'âge de 13 ans seulement, deux maîtres de la discipline : Anatoly Karpov et Garry Kasparov.

Face à lui, Hans Niemann, un joueur de 19 ans moins connu, mais tout de même qualifié de jeune prodige par certains titres de la presse spécialisée. L'Américain né en 2003 en Californie a en effet commencé les compétitions à l'âge de 9 ans, et s'est souvent retrouvé sur le podium final lors de tournois internationaux. Sa carrière s'est accélérée durant l'année 2021 avec une première place au World Open de Philadelphie (Etats-Unis) puis une entrée dans le top 100 des meilleurs joueurs mondiaux en mars 2022.

2De quoi le jeune Hans Niemann est-il accusé ?

Dans son communiqué, Magnus Carlsen émet de sérieux doutes sur la progression fulgurante d'Hans Niemann, accusant l'Américain d'avoir "triché plus, et plus récemment, qu'il ne l'a publiquement admis". Après avoir battu Carlsen lors de la Coupe Sinquefield le 4 septembre dernier, Niemann avait nié avoir triché lors de cette rencontre, tout en avouant avoir fraudé étant adolescent.

"Quand j'avais 12 ans, j'ai reçu un peu d'aide d'une machine (...) et quatre ans plus tard, j'ai commis une erreur énorme lors de parties amicales", avait-il confessé en marge du tournoi, cité par le média Chessdom (article en anglais). Le jeune joueur avait beau avoir juré qu'il n'avait plus jamais triché depuis – se disant même prêt à "jouer nu" pour prouver qu'il ne porte pas d'appareil de triche sur lui –, cela lui avait tout de même valu d'être banni du site Chess.com, la plus importante plateforme d'échecs en ligne.

Cette explication n'avait pas non plus convaincu Magnus Carlsen, qui s'était tout bonnement retiré de la Coupe Sinquefield après sa défaite, puis lors d'une seconde rencontre en ligne face à Hans Niemann le 19 septembre.

"Il n'était ni tendu, ni particulièrement concentré lors des coups critiques", s'est étonné le Norvégien au sujet de leur premier duel. Dans son communiqué, Magnus Carlsen ne précise pas ses accusations mais réclame plus de contrôles de la part des organisateurs de tournois. "Je pense que la tricherie représente une menace existentielle contre les échecs", a-t-il estimé, prévenant qu'il ne jouerait plus contre son rival américain et qu'il n'en dirait pas davantage sans son accord préalable.

3Comment réagissent les fédérations d'échecs ?

Les organisateurs de tournois et les instances de classement des échecs prennent ces accusations très au sérieux. A commencer par la Fédération internationale des échecs (Fide), qui s'est fendue d'un rare communiqué (lien en anglais) le 23 septembre pour appeler au calme. "Il est de notre devoir de protéger l'intégrité du jeu et son image, a déclaré Arkady Dvorkovich, président de la Fide. Le champion du monde [Magnus Carlsen] a une responsabilité morale liée à son statut (...), nous sommes convaincus qu'il y avait de meilleures façons de gérer cette situation."

Cela étant dit, la Fide partage toutefois les "profondes inquiétudes" de Magnus Carlsen et a l'intention de monter en urgence un panel de spécialistes pour renforcer ses protocoles anti-triche. "Nous espérons que toute cette situation pourra avoir un effet positif à long terme, si elle est abordée correctement, (...) afin de combattre ce risque et d'éviter qu'il ne devienne un véritable fléau", a déclaré la plus haute instance mondiale d'échecs.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sport et loisirs

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.